Formule 1

Seidl loue la constance des commissaires et le ‘travail sensationnel’ de Masi

Une succession réussie ?

Recherche

Par A. Combralier

18 septembre 2019 - 16:48
Seidl loue la constance des commissaires

Depuis qu’il a pris la succession de Charlie Whiting en tant que directeur de course de la FIA, Michael Masi a tenté d’introduire la philosophie du « let them race », symbolisé par le retour en grâce du drapeau blanc. Ce drapeau, afin d’éviter l’octroi, directement, de pénalités, est une sorte de carton jaune adressé à un pilote. Charles Leclerc et Pierre Gasly ont été les deux protagonistes à en recevoir un lors des précédents Grands Prix.

Cette nouvelle règle s’est attirée les critiques de Jacques Villeneuve, qui a évoqué l’apparition dangereuse d’un « joker sécuritaire. » De même, après le Grand Prix d’Italie, Lewis Hamilton, qui avait eu affaire directement à Charles Leclerc, a dénoncé un manque de constance des commissaires.

Face à ces critiques, Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1, a pris la défense de Masi…

« Ils font un travail formidable. Le directeur de course fait un travail sensationnel pour être honnête, si on se rappelle qu’il est nouveau dans ce travail. J’aime aussi la manière avec laquelle il communique avec l’équipe, avec laquelle il est ouvert à la discussion. C’est très bon. »

« Dans les décisions prises par les commissaires, la constance est de même importante. Et je pense que la constance a été au rendez-vous. Il y aura toujours des décisions controversées, mais pour être honnête, je ne vois aucun motif de plainte, vraiment. »

« J’aime le drapeau noir et blanc, c’est une bonne idée. Cela suit une discussion ouverte que nous avions eue avec le directeur de course, les équipes et la FIA. J’aime aussi la manière avec laquelle ce sujet a été géré. »

Au-delà de ce tableau idyllique, la direction de course a cependant paru quelque peu débordée par la fameuse Q3 de Monza, lors de laquelle tous les pilotes ont effectué des tours très lents de sortie pour éviter de donner l’aspiration à une autre voiture.

Que devrait faire Michael Masi pour mettre fin à ce phénomène, selon Seidl ?

« Il y a eu beaucoup de sens commun dans les discussions que nous avons eues entre équipes. Personne n’était heureux de ce qui est arrivé. Il devrait être possible de trouver une solution juste, je pense. »

« Le directeur de course l’avait dit juste avant les qualifications : il fallait rester en-dessous des chronos d’une voiture de sécurité. Ce n’était en fait pas suffisant. J’ai été surpris quand toute la discussion a porté sur la culpabilité de Carlos Sainz, qui était accusé d’être le principal responsable. »

Mais bien évidemment, le dirigeant de McLaren défend vertement son pilote espagnol…

« Je dirais que les neuf autres pilotes étaient aussi impliqués d’une manière ou d’une autre, certains plus ou moins. Mais au bout du compte, je pense que la décision prise [réprimande] était la bonne. »

« La direction de course n’a pas infligé une pénalité à tout le monde, et c’était la bonne chose à faire. Maintenant, discutons, établissons des lignes directrices, pour je l’espère, éviter de nouveau un tel incident à l’avenir. »

FIA

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less