Formule 1

Seidl espère que McLaren F1 n’aura pas besoin d’artifices pour être compétitive

Mais ce ne sera pas possible à court terme

Recherche

Par A. Combralier

1er juillet 2020 - 11:27
Seidl espère que McLaren F1 n’aura (...)

La F1 a déjà introduit, pour favoriser les dépassements, l’usage du DRS. Ces derniers mois, le sport a également envisagé, pour pimenter les courses, des grilles qualificatives, avec un ordre de départ fondé sur le classement des pilotes, pris à l’envers. A l’avenir encore, les meilleures équipes auront moins de temps de développement aérodynamique autorisé, toujours dans le but de favoriser les dépassements.

Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1, a redit son opposition contre tous ces artifices, bien qu’ils favorisent McLaren.

Seidl connaît d’ailleurs bien le principe de l’égalisation des performances, puisqu’il dirigeait Porsche en LMP1…

« Je dirais que je suis encore un peu vieux jeu sur ce point. Par exemple, la raison pour laquelle je n’aime pas du tout le DRS… c’est parce que j’ai toujours apprécié en Formule 1 que tout le monde travaille selon les mêmes règles et qu’au final, c’est l’équipe qui a tout simplement fait le meilleur travail qui gagne. »

« C’est une chose que j’ai toujours aimée en Formule 1 par rapport aux autres catégories dans lesquelles j’ai été. Et j’ai toujours ce rêve qu’avec les nouveaux règlements à partir de 2022, et avec le plafond budgétaire, nous arrivions un jour à nouveau à une position où nous pourrions avoir ces mêmes règlements pour tout le monde, et ne pas avoir de dispositifs de dépassement artificiels, avec simplement un grand spectacle et une grille compétitive, comportant des batailles rapprochées en piste. »

En prenant position contre les grilles inversées, Seidl a conscience qu’il tire une petite balle dans le pied à sa propre équipe...

« Bien sûr, une équipe comme McLaren aurait été partante pour cela, car cela aurait été une grande opportunité pour nous d’obtenir également de grands résultats, ce qui n’est tout simplement pas possible pour une équipe comme nous dans les courses dans des conditions normales pour le moment. »

« Mais je comprends parfaitement qu’une équipe comme Mercedes, qui semble si dominante et si compétitive, ne puisse accepter l’introduction soudaine de courses aléatoires. »

Quant aux limitations aérodynamiques introduites en 2022, Seidl est encore très prudent sur leur capacité à changer la hiérarchie.

« Pour être honnête, je ne m’attends pas à un grand changement en termes d’équilibre des forces cette année et aussi pour l’année prochaine. Parce qu’avec la façon dont le règlement est conçu aujourd’hui, avec un énorme transfert possible de la voiture de cette année également sur l’année prochaine, je m’attends à peu près au même type d’équilibre des performances entre les trois meilleures équipes et le milieu de grille. »

Enfin, s’agissant de la hiérarchie à plus court terme, pour ce week-end, qu’imagine le directeur d’écurie ?

« Avec ce que nous avons vu à Barcelone, je pense que nous pouvons nous attendre à un Racing Point très fort. Parce qu’avec la façon dont ils ont développé leur voiture avec Mercedes, ils seront forts. Nous nous attendons à une très forte lutte, encore une fois, en milieu de grille. »

« Ensuite, je pense que la première fois que nous pourrions voir un peu de changement dans le plateau, ce serait probablement en 2022 ou 2023, une fois que le plafond budgétaire aura été atteint et que les nouvelles règles seront entrées en vigueur. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less