Sanction de Red Bull : Wolff satisfait par la FIA, moins par la pénalité

"L’amende, ils s’en foutent, clairement"

Recherche

Par Franck Drui

28 octobre 2022 - 22:17
Sanction de Red Bull : Wolff satisfait

Toto Wolff s’est dit satisfait de la "gouvernance solide" de la FIA dans l’affaire la violation du plafond des coûts de Red Bull, même s’il trouve la sanction encore un peu légère.

"Je pense que ce qui est le plus important pour moi, c’est qu’il y ait une gouvernance solide," confie le directeur de Mercedes F1 après les Libres 1 à Mexico.

"Les auditeurs n’ont pas bougé une paupière, ils ont juste suivi le processus et ont déroulé tout ce qui s’est passé."

"Federico [Lodi, responsable de la réglementation financière de la FIA] et son équipe, Sheila Ann Rao et Nicholas [Tombazis] ont été absolument bons dans leur évaluation."

" Je sais à quel point ils ont été rigoureux avec nous tout au long de l’année. C’était un processus difficile."

10% de tests aéros en moins et 7 millions de dollars d’amence, qu’en pense-t-il ?

"Quand je vois 13 points qui n’allaient pas chez Red Bull, ce n’était pas le cas chez nous. L’amende, ils s’en foutent clairement à mon avis. Ils ont les moyens. Ce qui les embête ce sont les 10% de tests aéros en moins."

"Globalement, c’est bien de voir qu’il y a une pénalité, qu’on la juge trop basse ou trop haute. Pour nous ce sera toujours trop bas, pour eux toujours trop haut."

Wolff admet que Red Bull souffrira un peu plus avec 10% de tests en moins.

"Toute réduction du temps de soufflerie aura un impact sur les performances. Nous avons eu la chance de remporter le championnat, donc pendant 18 mois, nous avons eu sept pour cent de moins que Red Bull pendant plus d’un an et demi."

"Dans l’ensemble, tout s’additionne et si vous regardez Ferrari en ce moment, ils étaient 6e l’année précédente et ont obtenu énormément de performances grâce au temps supplémentaire dont ils disposaient."

"Donc, maintenant nous bénéficierons malheureusement d’être 3e, en obtenant 14% de plus que le leader et maintenant nous avons 10% en plus sur Red Bull. C’est beaucoup mais vous devez voir comment vous l’utilisez."

Lorsqu’on lui a demandé si la sanction et l’absence d’action rétroactive sur les résultats de 2021 valaient la peine de briser le plafond budgétaire à l’avenir, Wolff a répondu : "Je pense que ce que vous voyez au-delà de la sanction sportive et de l’amende financière, c’est aussi l’atteinte à la réputation."

"Dans un monde de transparence et de bonne gouvernance, ce n’est tout simplement plus d’actualité."

"Concernant la conformité, quelle que soit l’équipe que vous êtes, vous êtes responsable de représenter votre marque, vos employés, vos sponsors. C’est pourquoi, pour nous, ce ne serait pas une bonne analyse à faire en termes de rentabilisation que de briser même un peu le plafond budgétaire."

Le premier bilan de ces budgets plafonnés en F1 reste excellent selon Wolff.

"Oui très positif ! Nous ne pouvons pas laisser les coûts devenir incontrôlables. Dans les sports américains, en NBA ou en NFL, ils ont introduit un plafond salarial et les équipes sont en bonne santé et le sport est en bonne santé dans l’ensemble."

"Nous avons commencé avec le plafonnement des coûts, et il était extrêmement important également de créer un équilibre plus équitable entre les équipes."

"Nous fonctionnons tous à 140 millions de dollars maintenant. Cela signifie normalement qu’avec le temps, les petites équipes peuvent rattraper leur retard. Il y a aussi l’avantage de passer plus de temps en soufflerie si vous finissez derrière."

"Fondamentalement, c’est tout ce que nous voulons - plus de courses très serrées entre beaucoup plus de concurrents."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos