Sainz s’étonne d’avoir perdu son calme et sa concentration à Melbourne

L’exception qui confirme la règle

Recherche

Par Alexandre C.

22 avril 2022 - 12:58
Sainz s'étonne d'avoir perdu (...)

Carlos Sainz a réalisé un week-end presque catastrophique lors du dernier Grand Prix à Melbourne : 9e place seulement en Q3, mauvais départ, et abandon dans les premiers tours après avoir fini dans les graviers.

Le pilote Ferrari voulait rattraper son retard initial en dépassant la Haas de Mick Schumacher, mais a clairement surconduit, la précipitation l’emportant sur la vitesse.

Une telle erreur ne ressemble pas à Carlos Sainz, qui avait fini les 17 Grands Prix précédents dans les points. L’Espagnol est lui-même interloqué par cette bourde peu usuelle.

« Une de mes forces en tant que pilote est de rester calme dans ce genre de situations » s’étonne aujourd’hui Carlos Sainz, quelques heures avant les qualifications à Imola.

« Cette fois, il m’a manqué ce calme pour réagir correctement à qui m’est arrivé à ce moment-là. »

« Et ce n’était pas un grand week-end parce que beaucoup de choses se sont produites, beaucoup de facteurs externes, mais en même temps je n’ai pas eu la meilleure réaction à tout cela. À un moment donné, il fallait que ça arrive - j’ai eu, je ne sais pas combien, de courses d’affilée dans les points. Je ne sais pas combien de courses consécutives j’ai terminées sans erreur majeure. »

« A un moment donné, cette erreur devait arriver. Et c’est arrivé, et je suis sûr que je vais en tirer des leçons - comme je l’ai fait précédemment dans ma carrière et cela m’a rendu plus fort. »

« Donc, un week-end de construction, pour progresser dans mes émotions, c’est sûr. »

Carlos Sainz a payé le dimanche le prix de la frustration du samedi : le drapeau rouge qui l’a privé de deuxième tour rapide en Q3, a créé un sentiment d’injustice qui a nui même aux premiers tours de roue au départ du Grand Prix.

« Il y avait un peu de frustration en plus. »

« Vous avez l’impression d’être dans la lutte pour la pole et je conduisais bien tout le week-end, je menais des séances d’essais libres et je sentais que je conduisais vraiment bien la voiture. »

« Soudain, les problèmes externes ont commencé à se produire et ont peut-être provoqué un peu de frustration. Je me suis dit : "Tu devrais peut-être attendre un autre week-end". Et j’ai dit, ’Non, je ne veux pas attendre un autre week-end et je veux foncer !’. Et c’est comme ça. C’est la beauté du sport. »

Carlos Sainz va tirer les leçons de cette déconvenue dès ce week-end à Imola : désormais, il ne laissera plus l’émotion l’emporter sur la raison, et y réfléchir à deux fois avant de tenter de sauver encore ce qui peut l’être.

« C’est surtout ce côté psychologique… comment gérer les émotions et les sentiments. C’est une de mes forces et je ne veux pas du tout le perdre. Et cela restera l’une de mes forces. »

« C’est juste que de temps en temps, dans la carrière d’un sportif ou d’un pilote de course, vous avez besoin de rappels – pour continuer à faire les choses que vous faisiez avant et qui vous permettaient de garder votre calme. »

« Il y aura toujours un week-end ou une course difficile dans la vie d’un pilote de course. Ce qui est bizarre, c’est que je n’avais pas beaucoup de difficultés avant cette course, j’étais sur une très bonne lancée avec très peu d’erreurs et à un moment donné, il fallait que ça arrive. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos