Formule 1

Sainz revient sur ses trois premiers GP malheureux avec McLaren

0 point et beaucoup de frustration

Recherche

Par A. Combralier

21 avril 2019 - 09:31
Sainz revient sur ses trois premiers GP

Après le Grand Prix de Chine, il est désormais temps, pour Carlos Sainz, de faire le bilan de ses trois premiers Grands Prix disputés avec McLaren. Un bilan forcément contrasté : deux abandons (à Melbourne et à Bahreïn), et une dernière course finie hors des points (Shanghai), après un accrochage au premier tour avec Daniil Kvyat... L’ancien pilote Renault ressort ainsi plutôt frustré de ces trois premières courses.

La frustration avait commencé dès les qualifications en Australie…

« Je me sentais vraiment bien dans la voiture, et j’étais en confiance avant les qualifications » confie Carlos Sainz.

« Mais en Q1, lors de mon dernier relais, je me suis retrouvé coincé derrière une Williams qui avait une crevaison. Et c’était fini pour moi. J’ai été éliminé en Q1 [18e chrono]. »

« En course, j’ai pris un départ formidable, mais quand j’ai essayé de dépasser Lance Stroll, le MGU-K a eu une défaillance. Lance Stroll a fini 9e lors de ce Grand Prix… Donc je pense que j’aurais pu finir devant lui. J’ai perdu quelques points à Melbourne. »

A Bahreïn, Carlos Sainz avait affiché un potentiel encore supérieur… mais cette fois-ci, ce n’est pas la fiabilité, mais un accrochage au premier tour avec Max Verstappen, qui a fini par tout gâcher.

« Des trois Grands Prix jusqu’à présent, c’est à Bahreïn que notre voiture fut la plus forte. Mon tour en qualifications fut génial, j’avais fini à la 7e place, un dixième derrière une Red Bull et une Haas. C’était une journée géniale pour l’équipe, puisque nos deux voitures étaient en Q3 à l’occasion d’une de nos courses à domicile. »

« Le dimanche, j’ai gagné une place pour me retrouver 6e, et je revenais sur la Red Bull de Max Verstappen. J’ai pris une bonne sortie au virage 3 et au virage 4, j’étais bien devant Max avant la zone de freinage. Ensuite… vous avez vu ce qu’il s’est passé. C’est moi qui ai le plus souffert dans l’affaire. Max aurait pu avoir une crevaison, mais il en est ressorti sans aucun dégât. Néanmoins, j’ai dû abandonner par la suite en raison d’un problème au niveau de la boîte de vitesses. Donc au bout du compte le résultat aurait été le même. C’était malheureux, mais le rythme était encourageant. »

Entre le Grand Prix de Bahreïn et celui de Chine, Carlos Sainz a également été mobilisé par McLaren dans le cadre des essais privés, sur le circuit de Sakhir.

« C’était un test très important pour l’équipe. Nous avions Fernando Alonso avec nous, ce qui était une nouvelle expérience pour moi. J’ai couru contre lui en F1, mais pour la première fois, nous travaillions ensemble. Partager un garage avec une de mes idoles, travailler ensemble sur la voiture, fut incroyable, j’ai vraiment apprécié tout cela. »

En Chine, Carlos Sainz a de nouveau été malchanceux. Il s’était certes qualifié au 14e rang. Mais en rythme de course, sa McLaren affichait un rythme très prometteur. Hélas, il rencontra la route de Daniil Kvyat au premier tour…

« Ce week-end à Shanghai ne s’est pas déroulé comme nous l’espérions. Nous savions que nous pourrions souffrir, parce que notre voiture, dans les virages longs, n’est pas aussi solide que sur le plan du freinage ou de la motricité. Le vendredi fut encourageant mais en qualifications, nous avons raté la Q3 pour quelques dixièmes. »

« En course, vous savez tous ce qui est arrivé. J’ai essayé d’éviter un accident, mais il n’y avait rien à faire. Daniil Kvyat a juste perdu sa voiture, m’a tamponné et a aussi heurté la voiture de Lando. »

A Bakou, l’ambition de Carlos Sainz sera ainsi simple : connaître, enfin, un week-end propre…

McLaren

expand_less