Formule 1

Sainz : Quelques tours et puis c’est tout !

Carlos pointe du doigt la fiabilité de sa McLaren Renault

Recherche

Par D. Thys

1er septembre 2019 - 17:52
Sainz : Quelques tours et puis c'est (...)

Quelques minutes avant le départ du Grand Prix de Belgique de F1, Carlos Sainz a eu quelques mots pour le malheureux Antoine Hubert, mortellement blessé hier lors de la course de F2.

"Nous nous sommes rendus à la cérémonie d’hommage qui lui était dédiée afin de soutenir sa famille," explique Sainz. "Mais comme cela se passe habituellement, la vie continue… tout continue. Aujourd’hui, nous allons lui rendre hommage de la meilleure façon possible."

"C’est un pilote qui avait de nombreuses options pour accéder un jour à la F1. Nous les pilotes de F1, nous suivons beaucoup la F2 et il était clair qu’il avait sa chance. Mais le sport automobile est comme ça… on oublie parfois les risques que nous prenons lorsque nous sommes en piste. C’est pour cela que nous devons appuyer les tentatives d’améliorer la sécurité. Pourtant, aussi sûr que soit ce sport, nous savons qu’un impact à 250 km/h peut être fatal," ajoute le pilote espagnol.

Malheureusement pour lui, Carlos Sainz n’a pas pu rendre hommage à son jeune collègue aujourd’hui en course, du moins comme il l’aurait voulu, puisque sa McLaren n’a fait que trois tours à vitesse réduite.

L’Espagnol avait eu des soucis techniques hier en qualification et McLaren lui a changé son MGU-K et sa batterie cette nuit, mais visiblement, cela n’a pas suffi pour donner une seconde jeunesse à sa monoplace.

Officiellement, c’est une perte de puissance qui a provoqué son abandon. "Je n’en sais pas plus. Nous ne le savons pas encore," concède Carlos Sainz. "J’ai perdu de la puissance, toute l’énergie de ma batterie s’est épuisée et je n’ai jamais pu la récupérer. C’est dans le dernier secteur du tour de formation que c’est arrivé. J’ai bien essayé de poursuivre la course, mais je n’y suis pas arrivé."

Si Carlos Sainz a très mal commencé cette course, son équipier Lando Norris n’a pas pu la terminer puisque sa McLaren s’est immobilisée alors qu’il avait entamé le… dernier tour !

"Fiabilité, fiabilité… c’est la fiabilité qui nous fait défaut, car nous avions un bon rythme de course. Nous savons que notre voiture est généralement plus rapide en course qu’en qualification et Lando l’a démontré aujourd’hui. Ce manque de fiabilité nous coûte les oints que Lando aurait pu marquer et probablement les miens étant donné que nous étions très compétitifs en conditions de course. Nous devons retenir cette leçon et espérer que Renault nous apportera des nouveautés," conclut-il.

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less