Sainz : Les règlements 2022 mettent en avant la beauté de la F1

L’Espagnol est séduit en voyant de telles différences entre les monoplaces

Recherche

Par Paul Gombeaud

8 mars 2022 - 16:07
Sainz : Les règlements 2022 mettent (...)

Après avoir vécu deux saisons sans victoire, la Scuderia Ferrari entend profiter de la nouvelle règlementation mise en place cette année en Formule 1 pour retrouver le devant de la scène.

L’équipe italienne a fait sensation à Barcelone lors des trois premières journées d’essais hivernaux, où la F1-75 a fait preuve de fiabilité et a toujours occupé les avant-postes au niveau de la feuille des temps, bien que les chronos soient pour le moment à relativiser.

Quoiqu’il en soit, nous avons pu constater que chaque équipe possédait une monoplace avec une philosophie propre, là où certains observateurs s’attendaient plutôt à voir des monoplaces similaires en raison de règlements aérodynamiques assez restrictifs.

En observant toutes ces innovations, le pilote Ferrari Carlos Sainz a tenu à souligner la beauté qu’offrait ce sport.

"Nous savons que le travail a eu lieu durant un an et demi, il y a des choses que j’ai appréciées, d’autres moins," a déclaré l’Espagnol. "C’est pour cette raison que nous nous rendons aux essais, nous voulons découvrir notre voiture et observer ce que font les autres."

"Tout le monde m’a surpris, les voitures sont si différentes les unes des autres alors que les ingénieurs évoquaient des règlements restrictifs."

"Cela vous fait penser et vous rappelle à quel point la F1 est belle, j’aime voir autant de différences et le résultat de l’imagination des ingénieurs, même si nous devions tous avoir un niveau similaire plus tard."

Si la F1-75 a donc été fiable du côté de l’Espagne, Sainz rappelle que le nouveau moteur de la Scuderia n’a pas encore été poussé dans ses retranchements.

"Nous n’avons pas encore cherché la limite et il est donc difficile de ressentir la différence avec la nouvelle voiture."

"Les moteurs étant maintenant gelés, il fallait trouver la limite en termes de performance et nous aurons ensuite cinq ans pour améliorer la fiabilité. Nous voulons le moteur le plus puissant, ou au moins l’un des plus puissants."

Pour ce qui est du pilotage des nouvelles monoplaces, le natif de Madrid a noté qu’elles avaient tendance à glisser plus facilement que leurs devancières.

"Elles diffèrent sur plusieurs points, mais j’ai par dessus tout noté un changement dans la conduite. Nous avons tendance à glisser davantage."

"Avant, nous aurions bloqué la roue et contourné le virage, désormais nous pouvons jouer avec la voiture un peu plus."

"Les voitures de l’année dernière étaient désignées pour aller tout droit. Elles avaient beaucoup d’appuis mais lorsque vous perdiez le contrôle, la voiture sortait complètement de la trajectoire."

"Celle-ci vous permet de jouer un peu plus de manière générale, en entrée comme en sortie de virage et je veux m’adapter à ça, c’est amusant."

Comme la majorité sinon toutes les autres équipes, Ferrari a également souffert de marsouinage à Barcelone, conséquence du retour de monoplaces à effet de sol cette saison.

"C’est l’une des grandes priorités depuis que nous sommes allés en piste et l’avons ressenti."

"Nous devons travailler là-dessus et le premier qui aura résolu le problème sera en mesure de baisser quelque peu la hauteur de caisse."

"Ce n’est pas confortable ni plaisant pour le pilote lorsqu’il roule à 320km à l’heure. Ce n’est vraiment pas génial. En particulier en sachant que nous sautons de 30 à 40 millimètres du sol à de telles vitesses, c’est fou et dérangeant."

"J’espère que ce sera résolu et que nous n’aurons pas à vire avec. C’est vraiment limite. Vous devez faire confiance à vos ingénieurs et croire que ça va s’améliorer, nous apprenons de ces voitures à effet de sol."

"Mais ça fait partie de la beauté de la Formule 1. Les équipes semblent tout avoir sous contrôle et avec ces nouveaux règlements et de nouvelles circonstances, cela nous remet à notre place."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos