Formule 1

Sainz et McLaren ’encouragés’ par les résultats avant Barcelone

Un week-end de Bakou où il a été suivi par les caméras de Netflix

Recherche

Par A. Combralier

5 mai 2019 - 10:45
Sainz et McLaren 'encouragés' par les (...)

Les trois premières courses de la saison avaient été erratiques, brouillonnes et indubitablement à oublier pour Carlos Sainz. Le nouveau pilote McLaren avait joué de malchance, entre problèmes de fiabilité et accrochages au premier tour.

A Bakou, l’Espagnol a remis les pendules à l’heure. Même si son dernier tour en Q2 fut gâché par un drapeau jaune, l’ancien de Renault s’est repris de belle manière en course, en signant la 7e place, devant son coéquipier Lando Norris (qui a certes pâti d’une mauvaise stratégie).

« Après trois premières courses délicates, je voulais en avoir une propre et à Bakou, je l’ai eue, enfin presque ! » sourit Carlos Sainz.

Sainz raconte cependant sa mésaventure en Q2, qui lui a causé autant de désillusion que de colère…

« Le week-end se passait très bien jusqu’à la Q2. Kevin Magnussen est sorti de la piste, et a causé un drapeau jaune devant moi. J’ai dû avorter mon tour et j’ai raté la Q3. C’était très frustrant puisqu’en Q1, j’avais signé un temps qui avait trois dixièmes d’avance sur le chrono qu’il fallait faire pour passer en Q3. Donc je savais que j’avais assez de rythme pour le faire. »

« J’étais super frustré samedi soir. Je n’avais jamais été aussi en colère cette saison. Mais j’ai réussi à dormir assez facilement. Je savais que beaucoup de choses pouvaient arriver à Bakou. »

En effet en course, Carlos Sainz, parti 9e à la faveur des pénalités, n’a fini que derrière Sergio Pérez en milieu de grille.

« Racing Point était très solide à Bakou, et avait le meilleur rythme en milieu de grille pour être honnête. En général, c’était un week-end plus propre, une course moins brouillonne, avec une dose de malchance en qualifications, mais que nous avons réussie à surmonter de manière sympathique. C’est un bon bonus pour le moral. »

Ce week-end assez contrasté à Bakou va donner de belles images pour le prochain documentaire Netflix : en effet, Carlos Sainz révèle que les caméras de la saison 2 de « Drive to Survive » l’ont suivi pendant trois jours…

« Toute l’équipe Netflix était là avec moi ce week-end, ce qui rend cette course un peu différente puisque vous avez tout le temps un micro. Vous êtes observé, même dans le garage et parfois dans le bureau des ingénieurs, dans vos routines du matin. Mais c’est un bon moyen de rapprocher les fans de la F1, de leur montrer des choses comme l’ambiance formidable que nous avons dans le garage, même pendant la tension qui précède une course. Je pense que c’était formidable. »

Cette semaine voyait aussi les véritables débuts d’Andreas Seidl chez McLaren…

« Ce mercredi, je suis allé au McLaren Technology Centre avant de retourner en Espagne pour le week-end. Nous avons eu une réunion et j’ai passé un peu de temps dans le simulateur pour préparer la course à Barcelone et les évolutions que nous y aurons. »

« Andreas Seidl, notre nouveau directeur d’écurie, était là aussi. C’était son premier jour au bureau et nous avons eu une réunion avec tout le monde à l’usine. Il est totalement concentré sur son travail et il fera, pour sûr, une différence immédiatement dans l’équipe. »

« Nous avons aussi observé une minute de silence pour Ayrton Senna, mort il y a 25 ans, l’année de ma naissance, puis Zak Brown, Lando, Andreas, James Key, notre directeur technique, et Andrea Stella, le directeur de la performance, et moi-même, avons eu une réunion. C’était formidable pour construire un esprit d’équipe, tout le monde était encouragé. Nous savons tous l’importance de continuer à faire du bon travail à ce stade de la saison. Toutes les équipes vont amener des évolutions importantes à Barcelone, et nous espérons que les nôtres seront solides. »

Carlos Sainz s’apprête maintenant à disputer son Grand Prix à domicile… qui pourrait bien être le dernier.

« J’espère vraiment que la course ne disparaîtra pas du calendrier, pas seulement parce que c’est ma course à domicile, mais aussi pour tous les moments formidables que Barcelone a offerts à ce sport. J’espère vraiment que nous allons continuer à courir là-bas. »

McLaren

expand_less