Sainz : C’était mentalement l’une des courses les plus difficiles

"C’est arrivé, je me suis battu pour ça"

Recherche

Par Olivier Ferret

4 juillet 2022 - 08:45
Sainz : C'était mentalement (...)

Carlos Sainz est arrivé en Formule 1 en 2015, en même temps que Max Verstappen, chez Toro Rosso. Mais le chemin a été autrement plus long pour l’ancien pilote de la filière Red Bull, aujourd’hui chez Ferrari, pour décrocher sa première victoire.

Il rêvait de cette place tout en haut du podium depuis des années. La réalité est-elle à la hauteur de sa longue attente après avoir remporté hier la course à Silverstone ?

"Eh bien, ce n’est pas encore tout à fait rentré dans mon esprit, je suis très heureux. J’attendais que les minutes passent après l’arrivée pour réaliser ce qui s’est réellement passé. Gagner ma première course devant ce public incroyable, avec Ferrari, à Silverstone, un de mes circuits préférés, c’est incroyable. Et oui, ce n’était pas facile du tout. Mais c’est arrivé, je me suis battu pour ça."

Était-ce difficile de garder la tête froide en partant de la pole avec tout ce qui s’est passé pendant la course ?

"Oui, certainement ! C’était mentalement l’une des courses les plus difficiles, car il se passait tellement de choses à la radio, essayant de gérer à la fois l’écart avec Charles et Lewis et au début avec Max, il y avait beaucoup de batailles. Je n’étais pas complètement à l’aise avec la voiture. J’avais beaucoup de mal avec le sous-virage dans les virages à grande vitesse. Quand l’occasion s’est présentée, avec la voiture de sécurité, je l’ai saisie et c’est arrivé."

Justement, sous régime de voiture de sécurité, il a opté pour des pneus tendres alors que Leclerc ne l’a pas fait. Qui a fait cet demande ?

"Non, je ne savais vraiment pas ce qui se passait devant et qui a décidé. J’ai su dès que la voiture de sécurité est sortie que c’était une excellente occasion de mettre un pneu tendre pour moi, car j’étais sur ces durs depuis plus longtemps."

"J’avais l’avant gauche très usé, ce à quoi je ne m’attendais pas, avec du graining. Je ne sais pas, pour moi, c’était un pneu que je voulais enlever rapidement, car ce n’était pas un pneu qui me donnait beaucoup de sensations et de rythme et quand la voiture de sécurité est sortie, j’étais prêt à m’arrêter. J’ai saisi l’opportunité et à partir de là, j’ai su que dépasser Charles allait être assez facile au redémarrage."

"J’étais sûr à 100% que l’opportunité était là. Je voulais juste le faire de la manière la plus propre possible sans affecter sa propre course car je savais que derrière moi arrivaient plein de gars en tendres neufs pour l’attaquer. J’ai fait de mon mieux pour ne pas l’affecter et je pense qu’il a fait un excellent travail également pour terminer quatrième."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos