Formule 1

S’il signe en Indycar, Grosjean ne fera pas l’Indy 500 en 2021

Le Français évitera aussi les autres ovales pour sa 1ère année

Recherche

Par Olivier Ferret

26 janvier 2021 - 08:47
S’il signe en Indycar, Grosjean ne (...)

Romain Grosjean ne participera pas à l’Indy 500 cette année - même s’il signe pour participer au championnat Indycar.

Le Français, qui a perdu son baquet en F1 en 2021, se remet toujours de ses brûlures aux mains après avoir échappé miraculeusement à un crash à Bahreïn à la fin de la saison dernière.

"L’accident a changé ma vie - maintenant je ne peux plus aller faire mes courses au supermarché," confie-t-il avec le sourire au journal L’Equipe.

"J’avais 900 000 abonnés sur les réseaux sociaux, et quelques jours après l’accident, j’en suis arrivé à 1,4 million. Et les haineux se sont un peu calmés. Ils ont arrêté de parler de moi de manière si négative."

Maintenant, le pilote de 34 ans envisage la prochaine étape de sa carrière en course automobile et il serait sur le point de signer avec l’équipe Dale Coyne en Indycar.

"Pendant un mois, je me suis dit que je pourrais sauter la saison et ne pas courir du tout, même si je n’aimerais pas ça," ajoute Grosjean.

"Il y a des choses que je ne ferai jamais. Comme en Indycar, qui n’est pas une mauvaise option pour moi, je ne vais pas courir sur des ovales - même pas en Indy 500. Du moins pas cette année."

"Mais je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. Avant l’accident, j’aurais couru sur des ovales sans aucun problème, mais maintenant je vais attendre sur ce point."

Le Français estime qu’il était important pour lui qu’il entre dans sa phase post-Formule 1 de sa vie avec des choses mises au clair.

"Maintenant, les gens me prennent pour le gars qui est sorti du feu parce que je suis un pilote qui se donne à fond. Oui, j’ai fait des choses stupides et j’ai pris beaucoup de risques, mais je n’ai jamais eu de voiture rapide comme une Mercedes. J’ai toujours a dû attaquer."

"J’apprécie ce changement de perception. Ça n’a pas toujours été comme ça. Les gens ont commencé à comprendre que notre travail est notre passion. J’ai presque donné ma vie pour gagner trois positions alors que je me battais pour la 19e place."

"Ceux qui m’ont critiqué auparavant n’ont pas compris que nous risquons toujours nos vies."

Il reste encore du travail aussi du côté de ses proches, et notamment de ses enfants. Le choc de l’accident n’est pas encore passé.

"Moi je n’ai eu ni rêve ni cauchemar. J’ai juste eu deux flashbacks de l’accident. Pour les enfants, c’est plus compliqué. Simon, mon fils de 5 ans, se réveille la nuit en pensant que la maison brûle. Quant à son grand frère, Sacha (7 ans), il aimerait que je fasse un sport moins dangereux. Il m’a proposé de faire du tennis, comme on fréquente beaucoup Gaël Monfils, qui est voisin, ou alors de devenir artiste !"

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less