Formule 1

Russell est ‘épuisé’ : il a quitté le circuit à 4h vendredi pour s’adapter à la Mercedes F1

Il se trompait encore de boutons en qualifications

Recherche

Par Alexandre C.

6 décembre 2020 - 14:13
Russell est ‘épuisé’ : il a quitté le (...)

En arrivant chez Mercedes, George Russell, tout pilote de réserve qu’il soit, a dû apprendre nombre de procédures, de boutons, de réglages, tous différents par rapport à sa monoplace de Grove. S’adapter à une nouvelle F1 n’est jamais aisé, et pourtant le Britannique y est arrivé avec brio ce week-end à Sakhir – en finissant à un cheveu de la pole de Mercedes, et devant la Red Bull de Max Verstappen.

Mais en conférence de presse à Sakhir hier, il répétait que rien n’avait été facile de l’intérieur…

« C’était très difficile de me lancer à la dernière minute, d’apprendre une nouvelle voiture, de travailler avec de nouveaux ingénieurs, de comprendre les réglages, de voir comment faire pour que cette voiture aille vite, parce que c’est un jeu complètement différent. Je suis vraiment content. D’une certaine manière, le fait d’être si proche rend la chose un peu frustrante, mais si vous m’aviez dit il y a quatre jours que je qualifierais en deuxième place, j’aurais pensé que vous auriez baissé mon pantalon dans la foulée ! »

« C’est une méthode d’ensemble… Et ça ne concerne pas seulement Bono [ingénieur de course de Lewis Hamilton], mais les quatre ou cinq ingénieurs autour, les mécaniciens, debout tard dans la nuit, en train de modifier le siège, de modifier les palettes d’embrayage, d’apprendre toutes les procédures. C’était un effort très, très bien exécuté. Je pense que nous sommes tous assez épuisés et fatigués, juste à cause du manque de sommeil, vraiment, en quittant la piste à trois, quatre heures du matin [dans la nuit du vendredi au samedi]. »

« Ils veulent gagner et je leur ai demandé comment ils se sentaient, ils ont manifestement été très loyaux envers Lewis et ils font partie de son équipe depuis si longtemps et (ils ont dit) "écoutez, nous voulons juste gagner" et cela montre bien la mentalité de cette équipe. »

George Russell a eu du mal à s’adapter au point qu’il appuyait encore sur les mauvais boutons en qualifications !

« J’ai passé toute la semaine dernière à freiner à tel ou tel endroit au virage 1, et à faire ceci, à faire cela et cette voiture est tout simplement différente. Ensuite, toutes les procédures, l’apprentissage de nouvelles procédures, l’apprentissage de nouveaux boutons. Les EL1 étaient un vrai fouillis, j’appuyais sur les mauvais boutons ici et là et même en qualification, j’appuyais sur le point mort à un moment donné au lieu d’autre chose. C’est difficile quand vous êtes dans une telle routine. »

« Pour moi, dans la Williams, on ne pense même pas à ces choses-là, ça arrive tout naturellement. J’essaie de modifier le plus possible les choses physiquement, juste pour me faciliter la tâche. Cela a été beaucoup de travail et cela prend encore un peu de temps. Il faut quelques courses pour comprendre tout ça, alors Toto, encore quelques courses et j’y serai ! »

« J’ai été très impressionné par les ingénieurs avec lesquels je travaille, par la façon dont ils ont essayé de me montrer comment m’améliorer. Le niveau de cette équipe est absolument incroyable. Ils m’ont vraiment aidé à m’améliorer sur les petites choses. Je n’en suis pas encore là, évidemment, c’est une piste étrange, mais oui, heureux. »

Et quid du stress de ce week-end ? George Russell évolue enfin devant Toto Wolff en course et peut montrer de quel bois il est fait…

« Très détendu, pour être honnête. Quand j’attendais la confirmation, j’étais incroyablement anxieux, mais dès que j’ai eu la confirmation, j’ai vu ça comme une grande opportunité, donc j’étais assez détendu. Tout le monde chez Mercedes, Toto et James, ils m’ont juste dit "sors et profite". On n’attend rien de vous. Si Lewis devait sauter dans une Williams, disons, ce serait difficile, donc on n’attend rien de vous, et si tu te qualifies dans les deux premières lignes, dans les cinq premiers, dans les six premiers, très bien. »

« Je suis très meurtri et j’ai très mal, et la course sera très fatigante si vous n’êtes pas à l’aise dans la voiture. J’avais de la glace sur les épaules hier soir pour réduire un peu l’enflure et les genoux... et les orteils ! »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less