Formule 1

Rouler dans la Renault de 2018 permet à Alonso de ’s’habituer’

Budkowski explique l’enchaînement de tests de l’Espagnol

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 novembre 2020 - 13:41
Rouler dans la Renault de 2018 (...)

Fernando Alonso roulera de nouveau dans la Renault RS18 vieille de deux ans en début de semaine prochaine, sur le circuit Yas Marina d’Abu Dhabi. L’Espagnol enchaîne les journées de tests après en avoir fait deux à Bahreïn.

"Il veut passer un maximum de jours dans la voiture pour s’habituer à l’équipe, aux systèmes, aux procédures, et pour régler sa position, le volant et tout le reste" a expliqué Marcin Budkowski, directeur exécutif de l’équipe.

"Mais il n’a pas non plus piloté de monoplace de F1 depuis deux ans. Ce sont des voitures très rapides. Il a besoin de se remettre en forme, de retrouver le rythme, et il profite de toutes les occasions qui se présentent pour piloter."

"C’est une opportunité de piloter et de travailler avec lui sur des choses comme le volant, sur la manière dont il veut être capable d’activer tous les différents systèmes de la voiture, et de pratiquer nos procédures. Cela semble simple, mais plus nous nous entraînons, moins nous aurons à faire de tests cet hiver."

En effet, avec des tests hivernaux limités l’année prochaine, toute préparation préliminaire sera essentielle : "Nous n’aurons que trois jours de roulage pour nos deux pilotes lors des essais hivernaux en 2021. Il faut donc s’entraîner aux procédures, à toutes les choses qu’il devra avoir sous la main et qui pourraient être différentes de ce qu’il a connu auparavant, et il faut se familiariser avec l’équipe."

"La voiture est différente, c’est notre voiture de 2018. Nous avons beaucoup progressé depuis deux ans, mais c’est le même ADN sur la voiture. La monoplace 2020 est meilleure mais au final, cela permet de l’habituer à une Renault, et c’est bénéfique."

Budkowski assure qu’Alonso est très motivé, à la fois pour son retour l’an prochain, mais aussi au sujet de la nouvelle réglementation technique châssis, qui fera son apparition en 2022, et sur laquelle Renault F1 compte énormément pour se rapprocher du titre mondial.

"Nous étions dans la soufflerie et il a dit ’on ne peut pas utiliser la voiture de 2022 pour le moment ?’. J’ai dit ’non, nous ne pouvons pas le faire à cause du règlement’. Il m’a demandé ’quand pouvons-nous commencer à la développer ?’, et j’ai répondu le 1er janvier 2021’."

Alonso lui a alors demandé si l’usine tournait habituellement le 1er janvier, ce à quoi Budkowski a répondu par la négative, tout en assurant que ce serait possible : "Il m’a dit ’OK, nous devons ouvrir le 1er janvier, je peux venir ici et vous aider. C’est le niveau de motivation de Fernando en ce moment."

Renault F1 - Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less