Formule 1

Rosberg : Les directeurs d’équipe ne devraient pas discuter avec l’arbitre en plein Grand Prix

Il faut y remédier pour que ça n’arrive plus en 2022

Recherche

Par Paul Gombeaud

13 décembre 2021 - 11:14
Rosberg : Les directeurs d’équipe ne (...)

La saison 2021 de Formule 1 s’est donc terminée hier sur ce scénario rocambolesque où tout s’est joué dans le dernier tour, après que la voiture de sécurité se soit retirée permettant à Max Verstappen chaussé de pneus neufs de coiffer Lewis Hamilton en pneus usés sur le fil et de s’adjuger son premier titre mondial.

La situation était pour le moins confuse et Mercedes comme Red Bull étaient en discussion permanente avec le directeur de course de la FIA Michael Masi pour savoir s’il y allait avoir relance ou non, chacun défendant bien sûr ses propres intérêts.

Le champion du monde 1996 Damon Hill estime pour sa part que Red Bull a mis la pression sur Masi et ainsi influencé le résultat final.

"Nous devons prendre en compte les communications qui ont été diffusées entre les deux équipes et le directeur de course Michael Masi. Il semblerait qu’il ait été mis sous pression par Red Bull pour prendre une décision."

"Je pense que c’est une nouvelle façon de diriger la course et que Mercedes a pâti des décisions prises. Red Bull l’a jouée à la dure et a convaincu le directeur de course qu’il fallait relancer le Grand Prix."

Hill a également eu un mot concernant les deux pilotes protagonistes et bien qu’il n’approuve pas l’approche de Red Bull, il estime que Verstappen fait un très beau champion du monde.

"Un seul pilote peut gagner malheureusement. Je pense que Max s’est battu vaillamment et que le bon pilote a gagné, si on peut dire."

"Je suis désolé pour Lewis, il s’est battu avec tout ce qu’il avait ainsi que Mercedes. Mais ils ont fait face à une formidable équipe Red Bull et son pilote."

Nico Rosberg, sacré en 2016, estime que les directeurs d’équipe ne devraient pas être autorisés à parler ainsi avec le directeur de course en plein Grand Prix.

"Nous avons bien sûr entendu Christian [Horner] parler à l’arbitre en lui disant ’hey, nous avons seulement besoin d’un tour de couse supplémentaire,’ ce qui n’est pas idéal."

"C’est le genre de chose que nous devons étudier en vue de l’année prochaine afin que ça ne se reproduise plus. Ils ne devraient pas être en mesure de communiquer avec lui du tout. Ca n’arriverait pas en football. Vous ne pouvez pas avoir l’entraîneur qui interpelle l’arbitre en permanence. Ce n’est pas possible."

"Il faut remédier à tout ça ainsi que les règles concernant les dépassements. Il faut mettre en place un cadre qui permette de tout comprendre."

Le champion du monde 2009 Jenson Button va dans le sens de Rosberg.

"Mercedes et Red Bull parlaient en effet avec l’arbitre, pour le nommer ainsi, durant la course. Ils ne peuvent pas influencer ainsi les décisions, c’est déjà assez difficile comme ça pour Masi."

Button s’est également dit surpris par l’incident du premier tour hier à Abu Dhabi.

Auteur d’un meilleur envol que son rival, Hamilton prenait la tête de la course au premier virage mais voyait Verstappen tenter un dépassement au virage 6. Le Néerlandais forçait la Mercedes à partir au large mais gardait sa voiture en piste, tandis qu’Hamilton court-circuitait le virage et gagnait du temps dans la manœuvre.

Verstappen avait été pénalisé pour des incidents similaires en Arabie Saoudite, ce qui fait dire à Button que les règles doivent être plus claires à l’avenir sur ce qui est autorisé ou non.

"C’était une attaque tardive mais ça allait forcément arriver. Lewis savait que Max revenait sur lui et Max l’a poussé dehors en restant sur la piste."

"J’ai du mal à comprendre les règlements car au Brésil, il n’y avait pas eu de pénalité mais ils avaient alors tous deux franchi les limites de la piste, alors que cette fois Max était encore en piste."

FIA

Mercedes

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less