Ricciardo : Hamilton n’exagérait pas ses problèmes de dos

"J’ai vu certaines de ses caméras embarquées"

Recherche

Par Olivier Ferret

17 juin 2022 - 09:24
Ricciardo : Hamilton n'exagérait (...)

Daniel Ricciardo a confié que Lewis Hamilton n’exagérait pas ses maux de dos à la fin du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

L’Australien est devenu une voix de soutien derrière les pilotes critiquant le niveau extrême de marsouinage observé sur certaines voitures après un week-end de course très douloureux à Bakou pour certains.

Avec ce phénomène aérodynamique particulièrement fort sur les longues lignes droites bosselées du circuit de Bakou, les deux pilotes Mercedes, Lewis Hamilton et George Russell, ont évoqué la nécessité d’apporter des modifications pour réduire le problème.

D’autres pilotes, tels que Carlos Sainz, Kevin Magnussen et Pierre Gasly, ont également exprimé leurs inquiétudes quant au potentiel de dommages à long terme infligés aux pilotes en raison de la punition que leur dos subit à cause des voitures qui rebondissent le long des lignes droites. On pouvait voir Hamilton avoir du mal à sortir de sa Mercedes W13 après avoir franchi la ligne d’arrivée à la quatrième place.

Alors que la FIA vient d’annoncer des mesures à venir pour contrôler le marsouinage des F1 (lire notre information d’hier), Ricciardo a confié à Montréal qu’il avait commencé à ressentir les mêmes problèmes que les pilotes Mercedes.

"Il a été question de l’attitude de Lewis après la course, que c’était exagéré ou actor studio ! Mais j’ai vu certaines de ses caméras embarquées, j’ai vu des photos de lui sortant de la voiture et s’étirant le dos, et il n’exagérait pas. C’était vraiment inconfortable à Bakou."

"Ce qui est bien, c’est que c’est très visible. Si vous avez l’audio de la voiture, vous pouvez l’entendre sauter et rebondir, et à partir des images, vous pouvez voir que le casque se déplace également. Ce n’est ni normal ni confortable. Dans la position dans laquelle nous sommes assis dans la voiture, nous n’avons pas beaucoup d’espace pour bouger, donc nous ne sommes pas préparés aux impacts."

"Comment la FIA va contrôler ça, si cela dépend d’un changement de règle, ou de la façon dont les équipes configurent les voitures, je ne sais pas à 100%. Mais je ne voudrais pas que quiconque subisse des blessures ou des douleurs inutiles."

"Nous en avons parlé tout au long de la saison et je suis sûr que cela sera discuté de nouveau lors du briefing des pilotes aujourd’hui. C’est bien d’avoir agi."

Revenant sur la performance de Hamilton face à George Russell, le pilote McLaren a apporté son soutien au septuple champion du monde.

"Je pense vraiment que Lewis est aussi capable que jamais. Nous savions tous que George était rapide, et c’était juste une question de savoir ’à quel point est-il rapide ? À quel point est-il bon ?’ Et il prouve qu’il est très bon. Mais je ne pense pas que Lewis ait perdu quoi que ce soit, pas du tout."

Zak Brown pense que je peux faire mieux

Ricciardo, qui a fini en huitième place dimanche a également admis qu’il avait pris la critique de Zak Brown comme une sorte de compliment d’un patron qui, selon lui, n’attend que de bons résultats d’un pilote de ses talents.

"Je sais que l’équipe se soucie de moi et donc on s’attend à ce que je puisse performer et où se situent mes capacités, donc le commentaire de Zak, je le prends comme un compliment détourné parce qu’il croit aussi que je peux faire mieux. Je suis mon plus grand critique et je ne prends pas ça à cœur. Un peu de pression, c’est bien. Ce n’est pas quelque chose que je prends personnellement ou négativement."

McLaren

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos