Ricciardo espère comprendre sa contre-performance en Espagne

"C’était plus qu’une question de réglages"

Recherche

Par Emmanuel Touzot

25 mai 2022 - 10:34
Ricciardo espère comprendre sa (...)

Dimanche en Espagne, Daniel Ricciardo a qualifié sa course de "vraiment triste" après avoir terminé loin du top 10, dans lequel il avait pris le départ. L’Australien revient sur cette contre-performance, dont il peine toujours à comprendre les causes, et déplore en plus une stratégie qui n’a pas fonctionné.

"On l’a senti dès le début" a déclaré Ricciardo. "J’étais huitième au premier tour, évidemment il y avait des choses qui se passaient autour de moi, je me souviens que Hamilton a eu une crevaison ou quelque chose comme ça au premier tour. Donc nous étions dans une position de piste relativement bonne."

"Mais dès le troisième tour, je savais que j’allais devoir défendre assez rapidement. Ensuite, bien sûr, nous savions que c’était soit deux soit trois arrêts, et j’ai pensé qu’on allait s’arrêter pour avoir un peu plus de rythme avec un jeu de pneus différent."

"Et non, nous étions un peu nulle part du début à la fin. Ce n’était pas comme s’il y avait un relais lent. C’était une course lente dès le départ, une course durant laquelle je ne pouvais tout simplement pas avoir de grip. Et si j’essayais d’en avoir, je ne faisais que glisser et être lent."

"J’ai essayé d’être prudent avec les pneus et j’ai dû conduire trop lentement pour y arriver. La voiture fonctionnait simplement sur un niveau d’adhérence inférieur à celui de tout le monde. Je suis sûr que tout le monde s’est plaint parce qu’il faisait chaud, et de mauvaises conditions de piste en termes de chaleur."

Ricciardo espérait trouver une défaillance ou un véritable problème qui aurait expliqué son absence de rythme et le fait qu’il ne parvienne pas à trouver de solution : "Je n’ai pas encore vu les temps mais je sais que j’étais juste lent. C’était plus qu’une question de réglages."

"J’espère qu’il y a quelque chose parce que je suis assez expérimenté maintenant pour essayer différentes choses tout au long de la course et essayer de pousser sur le pneu, essayer d’être prudent et d’aborder les virages de différentes manières. Mais le temps au tour à la fin était le même à chaque fois."

Alors que le PDG de McLaren, Zak Brown, a montré quelques signes d’impatience, le directeur Andreas Seidl cherche des solutions et des explications pour permettre à l’Australien de progresser.

"Nous avons besoin de plus de temps pour analyser et comprendre pourquoi il a reculé dès le premier tour et pourquoi le fait de changer de composé pneumatique n’a pas changé la situation. C’est quelque chose que nous devons analyser et essayer de maîtriser" a déclaré Seidl.

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos