Formule 1

Renault F1 fait le bilan de ses jeunes pilotes pour la saison 2020

Une année particulière avec la pandémie

Recherche

Par Olivier Ferret

20 décembre 2020 - 12:16
Renault F1 fait le bilan de ses (...)

La Renault Sport Academy a été créée pour former de jeunes pilotes à travers la pyramide de la monoplace et avec l’objectif de placer l’un de ses membres sur la grille de départ en Formule 1, comme le rappelle Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing.

Reste à tirer, comme chaque année un bilan mais 2020 a été particulière.

"Nous nous rapprochons de ce but, mais l’année 2020 s’est avérée difficile pour tous en raison de la pandémie de Covid-19. Le fait que nos espoirs aient pu finir leurs saisons témoigne non seulement des forces du programme, mais aussi du travail accompli par tous les championnats, organisateurs et promoteurs."

"En 2020, nous avons accueilli Oscar Piastri et Hadrien David, respectivement vainqueurs de la Formule Renault Eurocup et du Championnat de France F4, tout en conservant Guanyu Zhou et Christian Lundgaard en Formule 2 et Caio Collet en Formule Renault Eurocup."

"Tous ont connu de formidables moments, notamment Oscar qui a remporté le Championnat FIA de Formule 3 en tant que rookie en support des Grands Prix de F1. Zhou et Christian ont signé des victoires en F2, Zhou devenant même le premier pilote chinois à s’imposer dans la catégorie, tandis que Caio a obtenu un succès retentissant à Imola en lever de rideau de la F1."

"En parallèle, nous avons continué d’organiser pour nos pilotes des roulages en F1 avec notre équipe de course. Nous avons conclu la saison avec des essais pour Christian, Oscar et Zhou, ce dernier participant aussi aux tests d’après-saison à Abu Dhabi avec la R.S.20 (photo) afin de souligner notre engagement dans ce projet. Nous avons hâte d’être l’an prochain pour poursuivre le développement de nos jeunes talents."

Mia Sharizman, directeur de la Renault Sport Academy, ajoute :

"L’année 2020 a représenté le plus grand défi de l’Academy depuis sa création en 2016. La situation liée au Covid-19 nous a tous menés à repenser la manière de préparer et de gérer nos pilotes. Cette année, tous nos espoirs ont couru sans le soutien de leur famille à leurs côtés durant les week-ends de course, rendant ainsi notre rôle plus crucial que jamais tant du point de vue technique qu’émotionnel."

"Je tiens à remercier toutes nos équipes partenaires, UNI-Virtuosi Racing, ART GP, PREMA Racing, Hitech GP, MP Motorsport et R-ace GP, de leur soutien et de leur dévouement dans le développement de nos pilotes."

"Le titre d’Oscar en Championnat FIA de Formule 3 est une superbe réussite dont nous sommes tous très fiers. Néanmoins, nous attendions mieux de Zhou et Christian qui ont fini sixième et septième en Championnat FIA de Formule 2 malgré de belles performances à l’origine de leurs victoires et podiums. Caio et Hadrien ont manqué leur objectif qui était le titre dans leurs catégories respectives, mais nous avons pu observer le potentiel de Caio et son développement en phase avec nos projections au fil de la saison. Nous savons que tous peuvent mieux faire et ils sont conscients qu’ils devront être meilleurs l’an prochain pour continuer de progresser dans l’Academy. Je suis persuadé qu’ils y parviendront."

"J’ai été ravi de voir la parfaite exécution du programme d’essais F1 pour nos pilotes de l’Academy malgré les mesures et restrictions s’appliquant à leur organisation en raison de la pandémie. Zhou et Christian ont énormément bénéficié de leur préparation avec les F1 cette année. Oscar les a rejoint pour sa première expérience en F1, une récompense bien méritée après son sacre. Il s’est montré performant et je suis convaincu qu’il aura davantage d’opportunités de ce type à l’avenir."

Formule 2

Pour sa deuxième année dans le programme, Guanyu Zhou s’est classé sixième du Championnat FIA de Formule 2 à l’issue d’une saison marquée par la malchance.

Qualifié en pole position de la première épreuve, le pilote chinois dominait les débats avant qu’un problème de boîte de vitesses sur sa monoplace de l’équipe UNI-Virtuosi ne le fasse rétrograder au dix-septième rang. Si ce souci mettait fin à ses espoirs sur ce week-end, Zhou retrouvait Spielberg la semaine suivante pour s’offrir le podium en course longue avant de terminer quatrième du sprint.

Après de nouveaux points en Hongrie, Zhou prenait la deuxième place à Silverstone. Une fois de plus, Zhou était bien placé le lendemain avant qu’un tête-à-queue dans le dernier tour ne le relègue à la porte des points. Neuvième et cinquième du second rendez-vous britannique, Zhou signait ensuite deux podiums en quatre courses en se classant troisième le samedi à Barcelone et le dimanche à Spa.

En Russie, Zhou devenait le premier pilote chinois à s’imposer dans le cadre d’un Grand Prix de Formule 1 en l’emportant le dimanche à Sotchi, un jour après s’être élancé de la pole et avoir mené une course longue finalement écourtée. Pour clore une campagne aux allures de montagnes russes, Zhou dévoilait tout son talent dans le peloton avec une remontée impressionnante de la onzième à la deuxième place lors de la manche principale à Sakhir avant une finale conclue au pied du podium.

Zhou a également pris le volant de la Renault R.S.20 pour la première fois à l’occasion des essais d’après-saison d’Abu Dhabi au mois de décembre.

Guanyu Zhou : « C’était une année animée, stressante et plutôt malchanceuse. Nous avions la vitesse pour jouer le titre, mais certains événements ont tourné en notre défaveur, sans oublier des éléments que ni l’équipe ni moi ne pouvions contrôler. Nous avons subi des problèmes techniques nous ayant fait perdre gros dans un championnat aussi disputé et serré. Nous avons démontré que nous avions le rythme et le potentiel pour être de véritables prétendants et c’est un point positif à retenir. Le résultat final ne nous fait pas justice. Cette sixième place est toutefois un moindre mal compte tenu de notre malchance, mais je suis déçu de ne pas être dans le trio de tête du classement général. Je voudrais adresser un grand merci à Renault et UNI-Virtuosi pour leur aide cette année. »

Son moment préféré : la victoire à Sotchi

« Ma première victoire en Formule 2 et la première d’un pilote chinois dans la discipline, d’où une certaine fierté qui m’était inconnue. J’étais vraiment heureux, car je voulais vraiment aller la chercher. Le dernier rendez-vous était également bien. Nous avons fait une mauvaise qualification, mais nous avons tenté de remonter le plus haut possible. J’ai terminé deuxième malgré une pénalité de cinq secondes. J’ai tout donné et nous avons finalement fait mieux que ce que nous espérions tous ! »

Christian Lundgaard a connu une saison mitigée en Formule 2 avec des moments forts, comme ses victoires en Autriche et en Toscane, et des occasions manquées au terme d’une belle première campagne pour ses débuts dans la catégorie. Malgré son absence aux essais de présaison due à une période d’isolation liée au Covid après un stage d’entraînement, Christian dévoilait son talent en terminant quatrième puis cinquième en Autriche pour ses premières courses en F2. Lors du second rendez-vous autrichien, le Danois s’imposait avec une confortable avance après s’être élancé depuis la troisième position sur la grille inversée. Bien placé pour enchaîner les bons résultats en Hongrie, il était contraint à l’abandon en raison d’un incident au départ de la course principale. Silverstone lui souriait ensuite avec une quatrième place en course longue avant de finir deuxième le lendemain, puis le samedi suivant durant le deuxième week-end en Grande-Bretagne.

Après trois courses hors des points en Espagne et en Belgique, Christian rectifiait le tir en remontant de la dix-septième à la septième place en course sprint à Spa. Les deux épreuves italiennes lui permettaient de revenir aux avant-postes en terminant troisième et deuxième à Monza avant une pole sensationnelle au Mugello. Malgré sa domination, l’intervention de la voiture de sécurité le privait de toute chance de victoire et il devait se contenter de la sixième position à l’arrivée. Il prenait toutefois sa revanche le jour d’après en s’imposant depuis la troisième place sur la grille tout en signant le meilleur tour en course. Ce podium allait être son dernier puisque Christian ne rentrait plus qu’une fois dans les points lors des trois dernières manches avec un top six à Bahreïn.

Christian Lundgaard : « Ma première année en Formule 2 a été difficile. C’était dur mentalement de finir la saison sans un résultat probant qui nous aurait placés encore plus haut au championnat. Nous espérions monter sur le podium lors des deux dernières courses, mais nous avons connu quelques difficultés. L’année entière avait des allures de montagnes russes avec des hauts et des bas à différents stades. Nous avons eu de bons week-ends où nous avons marqué beaucoup de points comme à Monza et au Mugello, mais nous en avons aussi perdu beaucoup sur d’autres comme la Hongrie, où nous aurions dû être meilleurs. Nous avons fini la saison avec des essais qui devraient nous permettre d’être en ordre de marche dès la reprise l’an prochain. »

Son moment préféré : la pole position au Mugello

« Ma première pole position en Championnat FIA de Formule 2. Nous avions un excellent rythme tout au long du week-end et nous avons su tout mettre bout à bout quand cela comptait. Je découvrais aussi un nouveau circuit, comme la majorité des pilotes sur la grille, donc c’était très satisfaisant d’être le plus rapide. Nous avions la course en main, mais la voiture de sécurité a permis à d’autres concurrents de reprendre du terrain en pneus neufs et je n’ai pu sauver que quelques points. »

Mia Sharizman : « Nous avions de grands espoirs pour la deuxième saison de Zhou dans le championnat, notamment après sa septième place et son titre chez les rookies en 2019. Il a affiché des progrès avec une première victoire et cinq podiums pour prendre la sixième position du classement général final. Cependant, nous en attendions plus et Zhou aussi. Son année a malheureusement été marquée par des problèmes techniques et une certaine malchance le privant de plus de victoires et de podiums. Nous analyserons cela cet hiver pour revenir plus forts que jamais. Christian, qui a terminé septième pour sa première campagne, a été exceptionnel en dominant certaines courses cette année. Il a signé une pole position, deux victoires et quatre autres podiums. Cela en dit long sur son talent pur. Néanmoins, la régularité lui a parfois fait défaut comme pour chaque pilote découvrant une catégorie. Nous y travaillerons ensemble pour l’avenir. Nous voyons tellement de potentiel en Zhou et Christian que nous sommes convaincus qu’ils pourront exceller dans ce championnat à l’avenir. »

Formule 3

Oscar Piastri a rejoint la Renault Sport Academy en début d’année en vertu de son titre acquis dès sa deuxième saison en Formule Renault Eurocup. L’Australien a été promu en Championnat FIA de Formule 3 avec une écurie de pointe, PREMA Racing, afin de viser la couronne d’entrée de jeu. Oscar a finalement été sacré avec trois points d’avance au terme d’une finale à suspense au Mugello.

Oscar connaissait des débuts parfaits en s’imposant d’emblée en Autriche après s’être emparé des commandes au premier tour alors qu’il s’était élancé depuis la troisième position. Auteur d’une prestation pleine de maturité, Oscar affichait la couleur en démontrant ses qualités de combattant et sa gestion efficace des pneumatiques dans les collines styriennes. Après de nouveaux points dans la deuxième course, il se classait quatrième et cinquième du deuxième rendez-vous autrichien pour prendre les rênes du classement général avant de signer trois podiums consécutifs, dont deux deuxièmes places en Hongrie et une autre à Silverstone.

Si certains de ses rivaux commençaient à combler leur retard, Oscar finissait septième et sixième du deuxième week-end à Silverstone avant un nouveau top six à Barcelone. En Catalogne toujours, il effectuait une superbe remontée dans la deuxième course pour passer de la cinquième à la première position dans les quatre premiers virages. Une fois en tête, il contrôlait les débats pour s’offrir sa deuxième victoire de la saison. Cinquième et sixième à Spa, Oscar abordait le sprint final en Italie au cœur d’une lutte pour le titre opposant plusieurs prétendants se tenant en quelques points seulement.

Malgré une pénalité le reléguant en quinzième position sur la grille à Monza, l’Australien réalisait une véritable performance en enchaînant les dépassements pour se hisser sur la troisième marche du podium. La couronne allait toutefois se jouer au Mugello après son abandon le lendemain. En Toscane, Oscar manquait d’abord les points et l’occasion de partir en pole position grâce à la grille inversée. Sa tâche s’annonçait alors délicate puisque ses deux rivaux le précédaient au départ, mais Oscar voyait son équipier Logan Sargeant abandonner au premier tour. À l’issue d’une finale pleine de suspense, Oscar franchissait finalement la ligne d’arrivée au septième rang pour sceller le titre.

Oscar Piastri : « J’ai vécu une année incroyable en remportant le Championnat FIA de Formule 3 dès ma première tentative. Il y avait beaucoup d’incertitude sur le début de notre saison, mais j’ai travaillé dur pour me préparer au mieux à ce calendrier court et compact puisque tout s’est joué en onze semaines seulement. Cela a porté ses fruits avec une victoire d’entrée en Autriche et la tête du classement général sur les quatre premières manches. Je me suis rendu la vie difficile avec des performances moyennes en qualifications tout au long de l’année, mais j’ai vraiment pu développer mes qualités en course. Cela m’a grandement aidé, notamment à Monza. La finale au Mugello était incroyablement intense, mais j’ai réussi à garder mon sang-froid pour résister et gagner le titre. Un grand merci à la Renault Sport Academy et à PREMA pour leur aide dans cette belle réussite dès notre première année ensemble ! »

Son moment préféré : la victoire en Autriche

« Ma victoire dès mes débuts en Autriche. J’étais impatient de reprendre le volant après une longue intersaison, mais c’était surréaliste de gagner la première course de l’année. Je suis parti troisième et j’ai réussi à prendre la tête au premier tour malgré un contact au premier virage. J’ai ensuite géré les débats et c’était assez stressant comme il s’agissait de ma première course avec des pneus Pirelli. Je ne savais pas jusqu’où irait leur dégradation, donc j’étais satisfait de ma gestion puisque j’ai gagné avec une belle avance ! »

Mia Sharizman : « Cette année, l’Academy a écrit une page de son histoire avec le sacre d’Oscar en Championnat FIA de Formule 3. Il s’agit du premier titre d’un pilote de l’Academy au sein d’une catégorie support de la F1. Ce succès est d’autant plus impressionnant qu’Oscar disputait sa première campagne dans la discipline. Il s’est bien adapté à sa nouvelle équipe, PREMA Racing, et a su faire face à un calendrier dense et intense de neuf week-ends de course en onze semaines. Nous sommes très fiers de cet exploit qui vient récompenser son travail et son abnégation depuis qu’il a quitté le domicile familial de Melbourne pour nous rejoindre à Enstone dès le mois de février. Max Fewtrell, notre autre pilote engagé en F3, a malheureusement connu une année très difficile en piste et a dû s’arrêter avant les trois dernières manches puisqu’il avait perdu toute confiance malgré son talent. C’est une immense déception, mais nous apprendrons de cette expérience pour faire mieux avec nos pilotes à l’avenir. »

Formule Renault Eurocup

Caio Collet est passé tout près du titre en Formule Renault Eurocup après une fin de saison au goût amer puisque deux abandons indépendants de sa volonté lors des six dernières courses ont mis un coup dur à ses espoirs avant la finale disputée en France. Finalement deuxième, le Brésilien a toutefois réalisé une excellente campagne marquée par cinq victoires et six autres podiums en vingt départs.

Caio commençait bien l’année en finissant troisième à Monza avant d’obtenir son premier succès dans la catégorie le lendemain. Après une deuxième place et trois résultats près du podium à Imola et au Nürburgring. Caio renouait avec la victoire à Magny-Cours avant cinq podiums consécutifs dans la Nièvre, à Zandvoort – où il s’imposait à nouveau – et à Barcelone. Septième et sixième d’un rendez-vous humide et frustrant à Spa-Francorchamps, le Pauliste l’emportait sous les yeux de la F1 à Imola. Percuté par un concurrent le jour suivant, il rebondissait vite avec un nouveau succès à Hockenheim. Caio achevait ensuite sa campagne en terminant deuxième et quatrième au Castellet.

Caio Collet : « C’était une année hors du commun avec le COVID-19 et toutes les difficultés concernant la logistique et les voyages. C’était un plaisir de pouvoir tout simplement être là et piloter. Nos résultats étaient assez similaires à nos attentes puisque nous nous avons joué le titre jusqu’au bout. Nous avons eu des hauts et des bas et les deux abandons où nous ne pouvions rien faire nous ont coûté cher avant la finale. Le sport automobile est ainsi, mais j’ai l’impression que l’équipe et moi avons fait de l’excellent travail. Nous avons très bien travaillé ensemble et je suis plutôt satisfait. Nous n’avons pas remporté le titre, mais je me réjouis de ce bon résultat dans une saison difficile. J’ai désormais hâte de voir ce que l’avenir me réserve. »

Moment préféré : le deuxième week-end d’Imola

« Imola était un moment particulier avec la présence de la Formule 1. C’était un week-end difficile pour mon équipe puisque mon ingénieur a dû manquer la course après un test Covid non concluant et le directeur de l’écurie ne pouvait être présent. Je n’avais donc qu’un autre ingénieur et c’est tout ! Nous avons toutefois gagné et je m’en souviendrai toujours étant donné les circonstances. Et je ne suis pas près d’oublier cette journée comme la F1 était également là ! »

Hadrien David a rejoint la Renault Sport Academy en vertu de son titre de Champion de France F4. Présent chez MP Motorsport pour sa première campagne en Formule Renault Eurocup, le Français a connu une saison difficile malgré onze tops dix, dont un podium en lever de rideau du Grand Prix de F1 à Imola, et la dixième place du classement général final.

Après trois entrées consécutives dans les points à Monza et Imola, Hadrien augmentait son compteur au Nürburgring avant de revenir les mains vides des deux rendez-vous suivants. Il rebondissait toutefois avec un premier top cinq, puis une sixième position à Barcelone, mais aussi de nouveaux points à Spa. Sixième et troisième à Imola, Hadrien terminait sa première année dans la catégorie avec une dixième place à Hockenheim et une neuvième place à domicile sur le Circuit Paul Ricard.

Hadrien David : « C’était un véritable plaisir de piloter en Formule Renault Eurocup sous les couleurs Renault. C’était une saison compliquée et les résultats bruts ne sont pas représentatifs de notre potentiel. J’ai acquis beaucoup d’expérience et nous pouvons être satisfaits de nos progrès avec mon statut de rookie. Nous étions dans le top cinq des cinq dernières qualifications et c’est une belle réussite si l’on regarde d’où l’on vient. Je voudrais adresser un grand merci à la Renault Sport Academy pour son soutien infaillible et à MP Motorsport pour tout son travail et son aide durant l’année. Il est désormais temps de redoubler d’efforts pour être fin prêts en 2021 ! »

Son moment préféré : le podium à Imola

« Sans aucun doute mon premier podium et ma première victoire chez les rookies en Eurocup, le tout en support de la F1 à Imola. Nous ne nous attendions clairement pas à un tel résultat et c’était un véritable soulagement. J’aurais aimé en faire plus ! Nous savons sur quels aspects travailler pour que cela se produise plus souvent et j’ai hâte de montrer ce dont nous sommes capables à l’avenir. »

Mia Sharizman : « Caio devait franchir un cap pour sa deuxième année dans la catégorie. Même s’il a fini deuxième du classement général, il a signé trois pole positions, cinq victoires et sept autres podiums. Cela traduit une progression par rapport à ses cinq podiums de l’an passé. Il a affronté des pilotes bien plus expérimentés dans la discipline et le fait qu’il ait été en lice jusqu’au dernier week-end montre qu’il s’est bien développé sous notre aile et qu’il est désormais prêt à passer à l’échelon supérieur. Hadrien a connu une première campagne bien plus difficile. Il a réussi à trouver son rythme, à améliorer ses performances et à obtenir des résultats en seconde moitié de saison, notamment avec un premier podium à Imola lors de la course en support de la F1. Nous sommes convaincus qu’il progressera encore davantage, mais il a besoin de plus de temps que les autres pour être performant et atteindre le niveau que nous attendons de lui. »

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less