Formule 1

Redistribution des revenus : une deadline a été fixée aux écuries

Mais Ross Brawn ne révélera pas la date

Recherche

Par A. Combralier

10 mars 2019 - 09:07
Redistribution des revenus : une (...)

Dans le cadre de la renégociation des Accords Concorde, Liberty Media entend bouleverser la redistribution des revenus en F1, dans un sens plus égalitaire : autrement dit, une écurie de pointe devrait moins recevoir, et une équipe de milieu de grille toucher plus de revenus. Ferrari, qui touche des bonus spécifiques liés à son histoire, devrait être en particulier affectée.

Ce dossier est donc sensible pour Liberty Media, qui peut néanmoins s’appuyer sur la grande expérience de Ross Brawn. Le manager des sports mécaniques pour la FOM a-t-il bon espoir de convaincre Ferrari, Mercedes et Red Bull ?

« La distribution des revenus est une discussion rude, nous le savons. Ceux qui ont tout veulent tout garder, et ceux qui n’ont pas tout en veulent plus, donc il s’agit de trouver un équilibre juste. Nous savons que si nous avons une meilleure redistribution des revenus en F1, nous aurons une meilleure F1, c’est un fait. Donc nous travaillons dans cette direction. »

« Je vois beaucoup de progrès, et je suis toujours enthousiaste. Je connais mes mauvais jours, comme tout le monde, mais 99 % du temps, je vois que nous avançons. Ce n’était jamais censé être une partie du plaisir. Les équipes de F1 sont trop grandes, trop compétitives, trop agressives pour que ça le soit. Mais je pense que nous-mêmes et la FIA sont alignés sur ce que nous essayons de faire, et cela renforce considérablement notre poids, et nous assure de ne pas gaspiller d’énergie, parce que par le passé, beaucoup d’énergie a été gaspillée dans des batailles entre la FIA, les équipes et la F1 [Liberty Media]. Donc je suis très enthousiaste sur notre situation. Tout le monde aimerait que ça aille un peu plus vite, mais une fois que ce sera fait, ce sera bien fait. »

Les discussions avancent, certes, mais le calendrier file aussi… Ne faudrait-il pas fixer une deadline aux écuries – elles semblent jouer la montre pour tirer le plus de profit possible des négociations ?

« Il y a une deadline » confirme Ross Brawn « et c’est probablement délicat d’en parler en public. »

« Les discussions sont en cours. Et nous avons un Groupe stratégique qui inclut seulement six équipes, ce qui n’est pas une bonne chose, et bien sûr, peu importe l’évolution future de la gouvernance, il faudra impliquer toutes les équipes. Ce sera une version simplifiée de ce que nous avons aujourd’hui. »

FIA

FOM (Liberty Media)

expand_less