Formule 1

Red Bull veut sauver les meubles face à Mercedes en Belgique

Horner loue les arrêts aux stands de son équipe

Recherche

Par Emmanuel Touzot

26 août 2020 - 18:22
Red Bull veut sauver les meubles (...)

Red Bull arrive à Spa-Francorchamps avec l’objectif de limiter la casse, face à une équipe Mercedes qui fait office de favorite. En dépit de deux victoires laissées à Ferrari en 2018 et 2019, la structure championne du monde semble posséder une avance et des performances moteur qui la favoriseront en Belgique et à Monza.

"Nous nous concentrons maintenant sur Spa et Monza, deux week-ends qui sont traditionnellement des courses assez difficiles pour nous" juge Horner. "Ces deux circuits sont le terrain de chasse de Mercedes depuis quelques années, mais la façon dont Max pilote cette saison est phénoménale. Nous avons besoin d’un peu de chance, mais nous espérons pouvoir être performants à Spa."

"Nous travaillons aussi dur que possible, car nous utiliserons cette voiture jusqu’à l’année prochaine. Chapeau à Mercedes qui a fait du bon travail, mais nous avons encore quelque chose dans les tuyaux. Si nous survivons aux deux prochaines courses sur les circuits préférés de Mercedes, il y aura encore des opportunités pour nous après cela."

Le GP de Belgique est le retour pour Alex Albon sur les terres de sa première course pour Red Bull, et son patron loue ses progrès : "Pour Alex, cela marque son premier anniversaire avec l’équipe et il a beaucoup changé en douze mois. Il a de plus en plus d’expérience et il est de plus en plus confiant dans ses retours sur la voiture."

"Si vous regardez ses performances en course au cours des 12 derniers mois, elles ont été excellentes et il nous impressionne chaque semaine avec ses dépassements courageux, c’est quelque chose que nous avons toujours recherché chez nos pilotes et il le fait."

Horner regrette que les deux meilleures courses du Thaïlandais se soient conclues par un accrochage avec Lewis Hamilton : "Lewis a été sa Némésis en termes de podiums au Brésil et même de victoire en Autriche lors de la première course de cette année, et le fait d’en avoir une à son actif aurait fait des merveilles pour sa confiance."

Le directeur de Red Bull a tenu à louer le travail des mécaniciens, qui parviennent régulièrement à faire des arrêts aux stands en moins de deux secondes. En Espagne, de nouveau, c’est un arrêt en deux secondes précises qui a été effectué, soit moins que toutes les autres équipes.

"Un aspect clé de la course en Espagne a été le record de l’arrêt le plus court. Cette année, l’équipe a établi l’arrêt le plus rapide à chacune des six courses et cela signifie que, stratégiquement, on peut compter sur l’équipe pour cela. Quel est le secret ? C’est une combinaison de facteurs, à commencer par notre directeur sportif, Jonathan Wheatley et le mécanicien en chef, Phil Turner. Il y a aussi l’entraînement que notre équipe a mis en place et la stabilité que nous avons dans notre équipe."

"Il y a une réelle fierté à perfectionner ces arrêts aux stands. Il s’agit de se concentrer sur les détails, de s’entraîner, de travailler sur les gains, même minimes et de résoudre tous les problèmes afin de parvenir à une certaine cohérence, car il ne sert à rien de faire un arrêt record et cinq arrêts plus lents."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less