Red Bull pourrait développer sa F1 en fonction de Ferrari

Monaghan explique la philosophie de Milton Keynes

Recherche

Par Alexandre C.

4 juin 2022 - 18:49
Red Bull pourrait développer sa F1 (...)

Depuis le début de l’année, si la Red Bull paraît véloce dans les courbes à haute vitesse, les virages lents sont une de ses faiblesses – un domaine où justement la Scuderia apparaît plus en verve.

C’est justement en fonction de la Ferrari que Red Bull pourrait faire évoluer sa voiture, en privilégiant ses points faibles face à la F1-75.

Malgré la forte limite des budgets plafonnés, Paul Monaghan, le patron de l’ingénierie à Milton Keynes, a en effet confié que Red Bull ferait son développement en ayant aussi un œil sur celui de Maranello…

« Les Ferrari ont tendance à être assez fortes à basse vitesse. Et puis nous avons tendance à être meilleurs dans d’autres domaines. C’est assez clair quand vous regardez où nous gagnons du temps. »

« Nous apprenons à faire évoluer notre programme. Et c’est relatif et en fonction de Ferrari. Nous pouvons regarder dans quels domaines la Ferrari est bonne et mauvaise. Et je pense que ce serait naïf de notre part de ne pas le faire. »

« Sont-ils coincés dans leur schéma ? Je ne sais pas. Sommes-nous coincés dans le nôtre ? Non, pas du tout. Nous sommes ouverts au changement. »

« Si vous restez immobile dans ce sport, vous pouvez souvent être décrocher, donc si nous ne regardons pas, n’apprenons pas et ne reconsidérons pas la direction du développement, ce serait un peu présomptueux de notre part. »

Mais peut-on vraiment estimer avec certitude la performance d’une autre équipe sur tel ou tel circuit sans connaître ses réglages en détails par exemple ? Et puisque Ferrari est si forte dans les virages lents, pourquoi la différence n’était-elle pas encore plus massive à Monaco lors du dernier Grand Prix ?

« Ce sera toujours une opinion légèrement subjective que nous pourrons avoir, sur notre rythme relatif par rapport aux concurrents. »

« J’espère que c’est la même chose pour eux, car nous sommes suffisamment confiants pour dire que nous avons à chaque course une voiture décente. Il semble que les deux équipes aient en quelque sorte atteint leur objectif, et je me disputerais sur leur hiérarchie. »

« Alors une fois qu’on a une voiture solide, il ne faut pas venir sur un circuit comme Monaco en le craignant particulièrement. Certaines des caractéristiques de ce circuit, et je vais devoir vous laisser extrapoler jusqu’à ce que nous voulons vraiment dire, pourraient amplifier les problèmes de certaines voitures et en atténuer d’autres, mais c’est à chaque équipe de faire son propre travail. »

« Et c’est peut-être mal de ma part de livrer un jugement subjectif sur les autres voitures. Vous avez assez à faire de votre côté pour essayer de faire évoluer votre voiture et de l’exploiter à son plein potentiel. »

Avec des circuits rapides où l’efficacité de la traînée prime, Red Bull semble en forme. De quoi être optimiste pour Bakou ou Silverstone par exemple, avec aussi ses virages à haute vitesse.

Monaghan analyse avec ce prisme les Grands Prix estivaux à venir.

« Pour le moment, je dirais que nous sommes assez satisfaits de notre situation, et je pense que Bakou va emmener tout le monde dans une direction particulière. Silverstone, cela pourrait produire un peu de différence de performance sur la grille, le Red Bull Ring aussi. »

« En Hongrie, un circuit plus lent, je m’attends à ce qu’il y ait à nouveau une convergence, mais c’est la nature du circuit et la meilleure façon d’exploiter notre vitesse qui compteront surtout. »

« Même nous sommes plutôt heureux pour le moment, ce n’est qu’à Abu Dhabi que nous saurons peut-être si nous avons eu raison ou tort sur le développement de notre voiture. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos