Red Bull avait dit à Verstappen de faire ‘l’opposé’ de Leclerc sous VSC

Il n’avait jamais autant dominé depuis… le karting !

Recherche

Par Alexandre C.

12 septembre 2022 - 08:23
Red Bull avait dit à Verstappen de (...)

La 5e victoire consécutive de Max Verstappen cette année, restera aussi comme son premier succès en carrière à Monza – et même son premier podium.

Certes sous les huées des tifosi, le pilote Red Bull a donc goûté au très particulier podium italien, « sous » la foule. Comment était l’expérience ?

« Ouais, on avait une super vue. C’est un... C’est un bel endroit, vous savez. Mais bon, l’ambiance pour moi, c’était pas génial. Mais c’est ce que c’est. »

Les réglages avec plus d’appui aérodynamique de Red Bull (plus que Ferrari) ont eu leur efficacité pour conserver les pneus, et tenir globalement un rythme élevé. Ces réglages étaient-ils une des clefs de la victoire du Néerlandais ?

« Oui. Je veux dire, en course, il faisait très chaud et nous pouvions vraiment prendre soin de nos pneus avec ça. Bien sûr, ça m’a beaucoup aidé d’avoir fait un excellent premier tour, et j’ai pu effacer la plupart des voitures avant qu’elles ne se retrouvent dans, disons, un train DRS. Et, oui, à partir de là, les deux composés se sentaient bien et j’ai pu prolonger un peu le premier relais. Et même sur les mediums, tout a très bien fonctionné. »

Max Verstappen a-t-il été surpris par la vitesse de sa remontée ?

« Eh bien, on ne sait jamais ce qui va se passer avant le virage 1, n’est-ce pas. Mais oui, ça a très bien marché pour moi. »

Evoquons la stratégie à présent : Ferrari a-t-elle fait le bon choix en arrêtant Charles Leclerc sous régime de voiture de sécurité virtuelle ? Si Charles Leclerc était resté en piste, Max Verstappen aurait-il fait l’inverse ?

« Oui, ils m’ont dit de faire l’opposé de Charles, donc ça aurait pu aller dans les deux sens, je suppose. »

Quant à la voiture de sécurité réelle, elle ne s’est pas effacée avant la fin du Grand Prix. En tendres neufs contre les tendres rodés de Charles Leclerc, Max Verstappen aurait-il pu tout de même résister au retour de Leclerc et à son petit avantage en vitesse de pointe ?

« J’avais un nouveau train de tendres aussi, donc je n’étais pas trop inquiet. Même si c’était pour une course d’un tour. »

Et comprend-il que la relance de course ait pris tant de temps... qu’elle n’ait jamais eu lieu ?

« Ce que j’ai compris, c’est que la voiture de Daniel était coincée avec une vitesse enclenchée et que c’est pour ça que ça a pris tant de temps. Parce que, bien sûr, quand la voiture est garée là, il n’y a pas d’espace dans lequel on peut la pousser, comparé à d’autres endroits. Et c’est pourquoi la grue a dû venir. Et c’est pourquoi je suppose qu’ils ont manqué de temps. Donc, c’était très malchanceux. »

« Normalement, je pense que tout le monde veut finir sous le drapeau vert. Mais oui, malheureusement, nous étions juste à court de tours. »

Où va-t-il s’arrêter ?

Avec 5 victoires consécutives, Max Verstappen écrase plus que jamais la F1. Qu’est-ce qui explique cette réussite étourdissante ?

« C’est incroyable ce que nous vivons au sein de l’équipe. Nous vivons une année exceptionnelle. Et c’est important d’en profiter aussi. Nous avons eu beaucoup de défis différents sur différents types de circuits et maintenant la voiture semble vraiment fonctionner sur tous les circuits. Nous sommes extrêmement satisfaits. »

A-t-il déjà connu pareille domination ?

« Oui, dans ma dernière année en karting. Mais c’est très différent en termes de sentiments. À l’époque, votre objectif est la Formule 1, donc bien sûr vous appréciez ce que vous accomplissez, mais vous pensez aussi qu’il y a encore tellement de chemin à parcourir avant d’arriver en Formule 1. C’est donc un peu une autre vague d’excitation et ce que vous ressentez. Mais cette dernière année en karting était bien aussi. »

La domination de Red Bull peut-elle néanmoins s’arrêter au prochain Grand Prix à Singapour, où Ferrari et Mercedes pourraient être bien davantage une menace ? Max Verstappen n’était d’ailleurs pas satisfait de sa Red Bull à Monaco, un autre circuit urbain et tortueux.

« J’ai expliqué que la voiture était très lourde à Monaco et qu’elle était surchargée au mauvais endroit, c’est pourquoi elle sous-virait beaucoup plus et avait tendance à bloquer les pneus avant. Donc je ne pense pas que ce sera un problème à Singapour, mais peut-être que nous rencontrerons des choses différentes. »

« Nous n’y sommes pas allés depuis longtemps, c’est normalement un circuit assez bosselé, donc nous devons juste travailler sur les réglages, voir comment ces voitures réagissent aux bosses et essayer d’aller aussi vite que possible. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos