Rebonds et séquelles à long terme : Verstappen dédramatise, pas Hamilton et Vettel

Alonso et Ricciardo apportent leurs points de vue aussi

Recherche

Par Alexandre C.

18 juin 2022 - 14:10
Rebonds et séquelles à long terme : (...)

Le marsouinage est le grand sujet de discussion dans le paddock de Montréal ce week-end. Les inquiétudes portent non seulement sur la nouvelle régulation de la FIA (surtout de la part des directeurs d’équipe), mais aussi et peut-être fondamentalement sur la santé des pilotes.

Les pilotes ne risquent-t-ils d’endommager leur colonne vertébrale à moyen terme en ne cessant de rebondir de Grand Prix en Grand Prix (voir notre article) ?

C’est bien parce que ces risques sont réels que la FIA a agi.

Cependant, les pilotes opposés à cette intervention de la FIA, comme Max Verstappen, ont toujours tendance à relativiser le problème. Ecoutons ainsi le Néerlandais s’exprimant dans le paddock de Montréal.

« Oui, je veux dire, il y a beaucoup de sports où vous endommagez votre corps en général. Je veux dire qu’une fois que vous aurez mis fin à votre carrière, vous ne serez plus comme vous étiez à 20 ans. C’est tout simplement comme ça. Je veux dire que les joueurs de football ont des problèmes avec leurs genoux, toutes sortes de blessures, ou quand vous êtes un pilote de motocross ou un pilote de Moto GP, le nombre d’os qu’ils ont cassés dans leur corps… Vous pouvez toujours juger, "oui, est-ce la chose la plus sûre à faire ? Non, mais nous sommes prêts à prendre des risques". C’est notre sport. C’est ce que j’aime faire. »

« C’est sûr. Ce n’est pas sympathique et je ne pense pas que ce soit correct, mais certaines équipes sont capables de gérer ces choses beaucoup mieux que d’autres. Il est donc possible de s’en débarrasser. Je ne pense pas qu’il faille dramatiser ce qui se passe en ce moment. Nous avons beaucoup de gens intelligents dans ce sport qui peuvent se débarrasser de ces peut se débarrasser de ces choses et pour sûr, en général, toutes les voitures rebondissent un peu trop. »

On sent que Max Verstappen dénonce surtout l’injustice faite à Red Bull, selon lui, par la régulation de la FIA...

« Eh bien, vous pouvez voir clairement en ce moment qu’il y a quelques équipes qui n’ont pas vraiment ce problème aussi grave. Mais c’est quelque chose que nous devons examiner. C’est juste la façon dont la voiture est conçue, parce qu’il faut la faire rouler si bas pour l’appui aérodynamique et la faire rouler avec tant de rigidité. C’est juste la conception entière de la voiture. Donc si vous voulez vous débarrasser de ça, vous devez changer toute la philosophie de la voiture. »

Hamilton priorise plutôt la santé et souffre de nombreux bleus après chaque Grand Prix

Lewis Hamilton affiche un autre point de vue, semblant prioriser la santé sur toute autre considération, et ce même si la régulation risque de nuire à Mercedes.

« En mettant de côté le côté technique de la chose, nous ne pouvons définitivement pas ..... Je ne pourrai jamais assez insister sur l’importance de la santé pour nous. Nous avons un sport incroyable, mais la sécurité doit être primordiale, elle doit être la chose la plus importante. Je n’ai pas parlé avec un médecin spécialiste, mais je peux définitivement sentir que je me sens un peu plus… petit cette semaine. Et mes disques ne sont certainement pas dans la meilleure forme en ce moment. »

« Ce n’est pas bon pour la longévité. Et il y a des choses que nous pouvons faire pour améliorer cela pour tous les pilotes ici. Il n’y a pas besoin pour nous d’avoir des blessures à long terme. Donc oui, nous devons travailler en étroite collaboration avec la FIA et ne pas prendre cela à la légère, ce que je ne pense pas qu’ils fassent, et continuer à le faire. »

Le pilote Mercedes a détaillé l’étendue du problème, pour dire à quel point il souffrait plus des Grands Prix cette année que l’an dernier.

« Il y a beaucoup plus d’hématomes dans le corps après les courses de nos jours. Il vous faut donc presque toute la semaine pour récupérer, et vous devez en faire beaucoup plus. Et je ne pense pas que cela ait quelque chose à voir avec l’âge, c’est juste, généralement, parce que les contusions peuvent être assez graves. Quand vous subissez 10 G sur une bosse, ce qui m’est arrivé lors de la dernière course. C’est une charge très, très lourde sur la partie inférieure et la partie supérieure de votre cou aussi. »

Alonso, Vettel et Ricciardo soutiennent la FIA

Le point de vue de Lewis Hamilton semble finalement se rapprocher de celui de Fernando Alonso, même si Alpine souffre moins de ce marsouinage.

« En tant que pilotes, nous avons voulu demander de l’aide à la FIA, parce qu’il est évident que pour nous, il est parfois difficile d’aller voir nos équipes et de leur dire de perdre en performance, juste parce que nous avons mal ou autre. Donc vous savez, s’ils peuvent le faire pour nous, c’est mieux, plus facile. »

En soutien de la FIA, est aussi venu Sebastian Vettel : le directeur du GPDA se méfiant des séquelles à moyen terme.

« Oui, je pense que c’est bien. Évidemment, il sera très difficile de prévoir maintenant quelle sera la solution, pour tout le monde. Il sera impossible pour toutes les équipes de se mettre d’accord non plus. Mais, vous savez, il ne faut pas qu’en tant que pilotes nous souffrions de blessures à court ou potentiellement à long terme, et que nous souffrions pour le reste de notre vie pour des choses qui peuvent être évitées. »

« Tous les sports pratiqués à l’extrême ne sont pas forcément sains à un certain degré, mais oui, en regardant l’avenir, on ne peut pas continuer comme ça pendant encore quatre ou cinq ans. C’est donc une bonne chose que la FIA commence à se pencher sur la question et à faire passer la sécurité avant la performance. »

Daniel Ricciardo lui propose une méthode pour juger du problème : s’agit-il d’un risque nécessaire ou dispensable ?

« Oui, c’est probablement l’un de ceux où : s’agit-il d’un risque nécessaire ou dispensable ? C’est ce à quoi nous devons, évidemment, répondre. Nous prenons beaucoup de risques en montant dans les voitures chaque week-end et cela fait partie de ce que nous aimons dans ce sport. Mais pour celui-là, ce n’est pas une question de savoir qui est le plus courageux, c’est un risque que je suppose hors de notre contrôle. »

« Nous ne sommes pas vraiment préparés à ces impacts. Nous sommes un peu recroquevillés dans le cockpit, donc nous sommes probablement un peu vulnérables avec notre posture. »

Des scanners pour Carlos Sainz

L’inquiétude est aussi et enfin présente chez Carlos Sainz, qui révèle avoir déjà plusieurs scanners pour surveiller sa colonne vertébrale…

« Oui, j’ai fait quelques séances de physiothérapie supplémentaires avec Rupert, mon entraîneur, quelques scanners supplémentaires pour essayer de voir ce qui se passe derrière, s’il y a quelque chose à surveiller ou à soigner. Mais en dehors de cela, j’ai fait quelques séances supplémentaires, des séances de mobilité, parce qu’il est évident que cela vous rend plus tendu et moins flexible, vous avez moins de mobilité et vous essayez d’en faire plus pour compenser. »

« Mais tout le monde nous écoute et je suis sûr que tout le monde va prendre des mesures pour l’avenir. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos