Formule 1

Rattraper dès 2021 les écuries de pointe sera ‘incroyablement difficile’

C’est l’avis de Claire Williams, mais aussi de Franz Tost et de Zak Brown

Recherche

Par A. Combralier

2 novembre 2019 - 18:53
Rattraper dès 2021 les écuries de (...)

Les écuries de milieu de grille font face, dès maintenant, à un dilemme : faut-il compromettre le développement de la monoplace 2020, pour se concentrer sur 2021, étant donné que le nouveau règlement est connu ? Et tandis que ces écuries de milieu de grille devront faire ce choix, les écuries de pointe, elles, pourront mener deux programmes ambitieux en parallèle, puisque les budgets plafonnés n’entreront en vigueur qu’en 2021.

Du reste, ne sera-t-il pas plus difficile, pour le milieu de grille, de rattraper les écuries de pointe, à partir de 2021, avec des budgets contraints , si comme on peut le craindre, les écarts se creusent encore d’ici là ?

« C’est difficile de les rattraper dès aujourd’hui » relativise Zak Brown pour McLaren.

« Ferrari et Mercedes sont des équipes fantastiques, avec des ressources énormes. Oui, ce sera long, ces budgets plafonnés… Il y aura beaucoup de dépenses faites l’an prochain, ce qui aura des conséquences pour 2021. Et bien sûr, une fois qu’un nouveau règlement est en place, comme on peut le voir sur le plan des unités de puissance, la stabilité tend, avec les années, à rapprocher les performances. Donc je pense que Ferrari et Mercedes sont dans une position de force, et nous allons tous essayer de les rattraper, mais cela prendra du temps. »

La situation est déjà complexe pour McLaren, elle l’est encore plus pour la dernière équipe du plateau aujourd’hui.

« Nous sommes dans une position légèrement différente de McLaren » admet Claire Williams. « Notre budget est bien plus petit que le leur. Pour Williams, ou Alfa Romeo, ou Haas… nous fonctionnons avec un budget considérablement moins important que le reste de la grille. C’est un travail vraiment difficile pour le moment, d’essayer de marier ces programmes – pas seulement pour cette année, mais aussi pour l’an prochain et 2021. »

« Mais c’est le moindre de deux maux. Nous avons essayé, au sein du Groupe Stratégique, de voir si nous pouvions mettre en place les budgets plafonnés plus tôt. Comme ça, les écuries de pointe n’auraient pas eu la possibilité de dépenser tout cet argent l’an prochain. Ce serait clairement un bonus. Il faut clairement de la convergence aussi, et je suis sûre, nous en verrons – ce règlement 2021 restera stable pour cinq années et au-delà. C’est difficile… incroyablement difficile. Mais ce règlement, notamment le règlement financier, est ce qu’il faut pour les équipes comme la nôtre – qui sont vraiment indépendantes, et ne s’appuient vraiment que sur les sponsors. »

Franz Tost craint aussi que dans un premier temps, les écuries de pointe puissent dormir sur leurs deux oreilles…

« Il est clair que les écuries de pointe ont un avantage. Elles vont l’utiliser l’an prochain, et même déjà cette année, en développant la voiture 2021. Elles auront cet avantage de performance pour 2021. Les budgets plafonnés, les vrais, compteront à partir de 2022, en 2023, et au-delà. 2021, ce sera une année difficile. Mais nous en avons déjà parlé. »

FOM (Liberty Media)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less