Formule 1

Räikkönen : Si je fais la fête entre les courses, c’est pour être plus rapide !

Une méthode comme une autre pour se détendre

Recherche

Par Valentin Vilnius

13 mars 2019 - 16:20
Räikkönen : Si je fais la fête entre (...)

Lors du gala annuel de la FIA, à la fin de la saison dernière, Kimi Räikkönen avait amusé le public sur scène : le Finlandais, fidèle à son habitude, n’avait, semble-t-il, pas bu que du Red Bull pendant le dîner…

L’image d’un Kimi Räikkönen amateur d’alcools forts, volontiers fêtard en dehors des circuits, n’est pas une légende, à en croire le principal intéressé. Mais, selon le nouveau pilote Alfa Romeo Racing, cet équilibre de vie lui est nécessaire pour être détendu sur les circuits, et donc plus véloce.

« Bien sûr, on en plaisante souvent. Mais en fait, je pense que c’est mon style de vie fêtard, c’est plus une vérité qu’une blague ! Quand je fais un peu ce que je veux entre les courses, je conduis souvent mieux que si je n’ai pas pris du plaisir en buvant un peu, et en faisant tout ce genre de choses. »

« Il y a tant de théories validées, qui prouvent que cela pourrait mieux fonctionner pour vous si vous vous amusez un peu. »

« Pendant tout l’été dernier, j’ai fait, plus ou moins, deux choses : la course et la fête. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil : pour moi, c’est normal. Vu de l’extérieur, cela pourrait sembler un peu bizarre mais pour moi, par le passé, c’était quelque chose de très normal. »

« J’ai toujours pensé que cela vous rend plus détendu ; si vous ne l’êtes pas, si vous n’êtes pas sûr de vous, vous devez fournir plus d’efforts, être plus concentré sur la piste. Et à la fin, si vous faites ce que je fais, vos résultats s’améliorent. »

« J’ai toujours plaisanté par le passé : du moment que vous faites plus souvent la fête que vous n’êtes en gueule de bois, alors tout va bien ! Pour moi, de ce côté-là, c’est sûr que le bilan était bon ! »

Le plaisir : faire la course, sans se prendre trop la tête. Telle est la philosophie de Kimi Räikkönen, et c’est sans doute ce qui l’a conduit à passer chez Alfa Romeo Racing : dans cette écurie plus modeste, le Finlandais sera éloigné de toute la politique de la F1, pour se concentrer sur la piste.

« Je prends du plaisir, sinon, je ne serais plus là » confirme-t-il. « Je pense que la vitesse, c’est ce qui me fait plaisir. Mais je n’y ai jamais trop pensé. »

« J’apprécie de faire la course. Les essais, c’est génial avec les nouvelles voitures, c’est toujours excitant de voir de nouvelles voitures, mais disons que je suis heureux qu’il n’y ait que huit jours d’essais au bout du compte, parce qu’au bout d’un moment, nous tournons en rond sur le même circuit pendant une éternité. »

« Le plus important, c’est la course, courir l’un contre l’autre, faire tout ce que pouvez, du mieux possible. Parfois, c’est douloureux, quand vous commettez des erreurs, ou que vous n’obtenez pas exactement ce que vous voulez ; mais je pense que c’est ce qui rend aussi ce défi plaisant. »

Alfa Romeo Racing

expand_less