Räikkönen regrette les ravitaillements mais pas les F1 des années 2000

Quelle a été la meilleure génération de F1 ?

Recherche

Par Alexandre C.

15 janvier 2022 - 17:09
Räikkönen regrette les ravitaillements

350 Grands Prix disputés, 21 victoires, et un titre de champion en 2007 : Kimi Räikkönen a l’un des CV les plus riches de la F1.

Le Finlandais aura connu plusieurs générations de voitures depuis ses débuts avec Sauber, en 2001, et son retour dans l’équipe d’Hinwil, en 2019.

Quelle a été au final la génération préférée de F1 pour Kimi Räikkönen ? Celle du milieu des années 2000 ?

Kimi Räikkönen a comparé les époques et il est le mieux placé pour le faire…

« C’était différent au milieu des années 2000. Je ne sais pas s’il y avait plus de plaisir mais, honnêtement, la course était légèrement différente. Il n’y avait pas de DRS ou quoi que ce soit, mais nous pouvions toujours doubler. Cela a toujours été difficile et certains circuits sont généralement meilleurs pour la course que d’autres. »

« Mais est-ce que j’ai le plus apprécié cette période ? Peut-être juste parce que nous avions le ravitaillement en carburant. C’est ce qui fait la grande différence parce que maintenant nous sommes si lourds en début de course et plus nous avançons, plus nous sommes rapides. C’est la plus grande différence car à l’époque, à chaque tour, on essayait d’être à 100%. Maintenant, c’est le carburant, les pneus ou autre chose, qu’il faut gérer, et les voitures sont plus lourdes. »

« Mais je ne pourrais pas vous dire que la course est pire maintenant qu’elle ne l’était. C’est juste différent. Nous parlons toujours du milieu des années 2000 comme d’une époque folle et de bons moments. Cependant si demain je conduisais la McLaren 2005 par rapport à cette voiture 2021, je me dirais probablement que la 2005 est une vraie boîte à merde ! On pense toujours, dans notre esprit, que c’est la meilleure chose, mais je suis sûr que les voitures d’aujourd’hui sont beaucoup plus agréables à conduire. Oui, elles donnent une impression différente parce que les anciennes étaient beaucoup plus petites. »

La période préférée de Kimi Räikkönen aurait été potentiellement bien plus ancienne...

« Ça aurait été bien dans les années 60. Ce serait différent, le monde entier était différent. Mais je suis heureux d’être là où j’étais et je ne changerais rien à cela. Je suis heureux d’avoir commencé quand je l’ai fait et pas de nos jours. »

Le pilotage, une affaire d’instinct

Quelle que soit la génération de voitures, le pilotage, pour Kimi Räikkönen, est avant tout une affaire d’instinct, de ressenti, de tripes. C’est ce qu’il confie aussi.

« En tant que pilote, vous n’avez pas besoin de réfléchir à ce que vous faites, car dès que vous devez y réfléchir, quelque chose ne va pas. »

« Vous ne pensez pas à ce que vous entendez, vous le faites automatiquement et c’est correct, parce qu’une fois que vous devez penser et réagir, tout est retardé. »

« Les gens demandent où vous freinez, mais je ne peux pas vous le dire. Ça vient juste, je suppose que c’est un visuel du virage et de l’expérience - beaucoup de choses ensemble. Mais ce n’est pas comme si je regardais un point et qu’une fois que j’ai franchi cette ligne, je freine, parce que si vous étiez comme ça, vous vous tromperiez toujours un peu. »

« C’est vrai qu’on peut apprendre certaines choses, mais c’est automatique. Cela n’a pas d’importance si vous êtes dans un kart ou en F1 parce que relativement les virages sont aussi à grande vitesse et c’est la même chose. »

Alfa Romeo F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos