Formule 1

Racing Point continue de payer la banqueroute de Force India l’an dernier

Ce qui explique un début de saison difficile

Recherche

Par A. Combralier

12 avril 2019 - 19:02
Racing Point continue de payer la (...)

Racing Point s’attendait à un début de saison compliqué : l’écurie souffre toujours, en effet, des déboires budgétaires de Force India en 2018, ce qui a logiquement retardé le développement de la monoplace actuelle.

« C’est un début de saison difficile » a ainsi admis volontiers Andy Green, le directeur technique de Racing Point.

« Le plateau est extrêmement resserré en milieu de grille cette année, le plus serré que j’ai connu depuis longtemps. Nous sommes légèrement derrière. Nous ne sommes pas loin derrière, mais nos faiblesses ont été probablement exposées lors des deux premiers courses. »

« Nous avons un plan pour revenir à notre objectif de performance, cela prendra du temps, mais il faut se rappeler que la voiture a été originellement conçue à la fin de l’été dernier, alors que l’équipe traversait des difficultés sérieuses. Nous souffrions vraiment à ce moment. Il a fallu prendre quelques décisions à propos de la voiture, de son architecture, sans vraiment savoir le futur de l’équipe, si elle allait même survivre ou non. »

« Nous sommes toujours dans ce contexte. Cela prendra du temps. Nous sommes dans une bien meilleure situation maintenant, mais progresser prendra du temps. Cela prend du temps pour reconstruire les infrastructures là où elles doivent être. C’est facile aujourd’hui de dire que nous pourrons payer les factures à la fin du mois. Auparavant, nous n’en avions pas l’habitude. Donc c’est un sujet d’inquiétude en moins. »

Pour accélérer son développement plus encore, Racing Point a récemment signé un accord avec Mercedes pour avoir le droit d’utiliser la soufflerie de l’équipe allemande.

« Plus tard dans la saison, nous allons utiliser le tunnel de Mercedes à Brackley pour de pures raisons d’efficience » explique le directeur technique de Racing Point. « Notre département aérodynamique est à Brackley, la soufflerie Mercedes aussi. C’est beaucoup plus facile d’aller à Brackley qu’à Cologne. Donc, c’était une opportunité qui s’est présentée à nous, et c’était ainsi un choix évident. »

Racing Point serait-elle en train de devenir l’écurie B de Mercedes ?

« Nous utilisons aussi leur boîte de vitesses et leur hydraulique. Nous discutons de tout cela pour 2021. C’est dans l’agenda. Nous pensons au futur, à l’après-2020 dans la construction de notre équipe. Nous voulons reconstruire notre équipe pour qu’elle soit la plus efficiente dans le cadre du règlement actuel, et quand les nouvelles règles seront finalisées, alors, nous aurons une idée claire de ce que nous devrons faire. »

La présence de Lance Stroll, un pilote plus inexpérimenté, n’est-elle pas un handicap pour le développement et l’efficience de l’écurie ?

« Nos premières impressions sur lui sont vraiment bonnes » assure Green à propos du fils du propriétaire. « Nous l’avions vu dès les essais d’Abu Dhabi l’an dernier. Nous pouvions voir que le talent était là, il a du talent pur. Nous l’avons vu dans le simulateur aussi. Il a réalisé une quantité immense de travail pendant l’intersaison pour nous. Son dévouement est incroyable, son enthousiasme aussi. Il s’est bien adapté à l’équipe, très bien, et il a un futur billant avec nous. »

Racing Point F1

expand_less