Formule 1

Quand elle suit une autre F1, la Williams devient inconduisible pour Russell

Le vrai mal de Williams cette année

Recherche

Par A. Combralier

21 juillet 2020 - 16:01
Quand elle suit une autre F1, la (...)

12e des qualifications, George Russell a confirmé les nets progrès de Williams sur un tour, en Hongrie. Mais en course, le rythme de la monoplace anglaise est encore très loin du compte – George Russell n’a ainsi guère pu lutter face aux Alfa Romeo ou face à Daniil Kvyat et Esteban Ocon. Quant à Nicholas Latifi, il a connu une course cataclysmique, avec cinq arrêts et cinq tours de retard sur Lewis Hamilton.

Williams est finalement la seule équipe à ne pas avoir encore inscrit de points, en dépit de performances supérieures à Haas ou Alfa Romeo en qualifications. George Russell qualifie cette situation d’étrange… et de de décevante.

« C’est un peu étrange en ce moment, nous avons eu trois courses maintenant, deux très bons [résultats] de qualification, une bonne qualification et trois très mauvaises courses. « 

« Cela n’avait pas été le cas l’année dernière. L’année dernière, notre rythme de course était meilleur que notre rythme de qualification. »

Comment expliquer cette chute de performance le dimanche ? La Williams serait en fait très instable...

« Notre voiture est très sensible quand elle suit les autres F1 et devient très difficile à contrôler dans ce cas ; et il est évident que le samedi, on ne suit pas les autres. »

« C’est la seule leçon que nous pouvons en tirer. »

« J’ai l’impression de perdre beaucoup d’adhérence et la voiture devient très imprévisible. La voiture est très forte et c’est très agréable de la conduire en qualifications, mais pas vraiment en course quand on suit les autres. »

« Cela m’enlève de la confiance et lorsque j’ai la piste dégagée en course, notre rythme est solide, donc tout indique que notre sensibilité aérodynamique est trop élevée. »

Que faire alors pour Williams ? Y a-t-il des évolutions prévues à Silverstone pour changer la donne ? George Russell n’est pas très optimiste pour le court terme...

« Je pense que sur le papier, la Hongrie va être le circuit qui nous convient le mieux, qui convient le mieux aux caractéristiques de nos voitures. »

« Je pense que cela a été prouvé en qualifications. Je pense que notre performance lors de la première manche en Autriche était probablement le vrai rythme de la voiture sur le sec, évidemment la deuxième course était sur le mouillé la hiérarchie a été bousculée, donc finalement je pense que nos concurrents réalistes sont les Alfas et les Haas et notre objectif réaliste est d’entrer en Q2. »

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less