Formule 1

Protocoles, télétravail… Comment le McLaren Technology Center fonctionne en temps de Covid

Et alors que le Royaume-Uni est reconfiné

Recherche

Par Alexandre C.

7 février 2021 - 18:04
Protocoles, télétravail… Comment le (...)

McLaren a un double défi en ces mois hivernaux. Il faut d’abord développer la MCL35M en l’adaptant à la nouvelle unité de puissance Mercedes, alors que le châssis 2020 était développé pour un V6 Renault. Il faut aussi et surtout gérer le reconfinement au Royaume-Uni, qui perturbe les opérations à Woking, comme pour toutes les équipes anglaises.

Comment alors construire une voiture en temps de coronavirus ? Piers Thynne, le directeur de la production à Woking, commence par répondre par une boutade à cette question sur les réunions à distance…

« Qui se soucie de savoir si vous êtes toujours en pyjama ou si vous vous êtes coiffé ? »

Le coronavirus n’a cependant pas eu que des conséquences capillaires sur les employés à Woking. Les méthodes de travail ont dû être en revues en profondeur, qu’il s’agisse des protocoles sanitaires ou du télétravail...

« Le Covid-19 a eu une influence considérable sur ce que nous avons fait au cours des six à huit derniers mois et sur la manière de travailler. Nous avons été les premiers à définir des protocoles et des pratiques de travail sûrs pour le Covid, car nous avons dû les mettre en place dès le premier confinement afin de pouvoir fabriquer des pièces de ventilateur dans le cadre du projet Ventilator Challenge UK. »

« La quantité de travail à distance a augmenté massivement, ce qui a entraîné de nombreux appels vidéo. Pour les membres de l’équipe de production qui travaillent au McLaren Technology Centre, nous faisons des équipes fractionnées, soit tôt ou tard, soit jour ou nuit, de sorte qu’en cas d’épidémie, toute l’équipe de production ne soit pas mise hors service. »

« Même si les gens ne peuvent pas se déplacer librement dans le centre McLaren, les pièces doivent le faire. Nous avons divisé le bâtiment en zones et les gens de chaque zone sont encouragés, dans la mesure du possible, à ne pas aller dans une autre zone. Par exemple, une personne travaillant pour l’usinage ne doit pas aller dans la section des composites et vice versa. Lorsque les pièces doivent passer d’une zone à l’autre, elles sont placées dans des zones d’attente désignées d’où elles peuvent être collectées - nous n’avons jamais de pièce passant, d’une main à l’autre, entre humains. »

« Rester en sécurité face au Covid est un énorme défi, mais tous les membres de l’équipe ont adopté les protocoles et savent qu’ils sont là pour nous garder tous en bonne santé. Personne n’entre au MTC à moins d’en avoir absolument besoin, le protocole a été signé par son directeur et son responsable, et il a été testé pour le Covid-19. Cela a conduit à utiliser des appels vidéo et des photographies pour permettre aux membres de l’équipe travaillant à distance de comprendre les problèmes, afin qu’ils puissent aider à trouver les bonnes solutions. »

Le Covid pose un autre défi : comment maintenir une unité de groupe, une culture d’entreprise et d’équipe, alors que tout le monde ne se croise plus que sur Zoom ? Piers Thynne a essayé de trouver...

« Travailler ensemble dans un environnement virtuel a apporté ses propres défis. Ce n’est pas tout à fait la même chose que d’être dans la même pièce que quelqu’un et c’est pourquoi il est si important d’encourager l’engagement et la participation de chacun dans chaque réunion virtuelle. »

« Ce qui compte, c’est que chaque membre de l’équipe soit réel - et j’entends par là qu’il faut juste être honnête et ouvert dans ce qui est vraiment un moment bizarre. Si vous devez répondre à la porte pour prendre la livraison d’un colis, c’est très bien. Si l’enseignement à domicile s’avère être un cauchemar et que vous n’êtes pas en mesure d’achever votre travail avant la fin de la journée, c’est très bien. Tout cela est bien réel. C’est la réalité de la vie en ce moment et les gens doivent se sentir à l’aise pour dire à quoi ils ont affaire et comment cela peut avoir un impact sur leur travail. C’est grâce à ce niveau d’ouverture que nous pouvons rester ensemble lorsque l’interaction physique n’est pas possible. »

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less