Formule 1

Prost juge ’raisonnable’ un début de saison de la F1 en Europe

Et accepte l’idée de deux courses sur chaque circuit vu l’urgence

Recherche

Par Olivier Ferret

2 mai 2020 - 08:53
Prost juge ’raisonnable’ un début de (...)

La mise en place d’un nouveau calendrier de la Formule 1 pour la saison 2020 n’est pas chose facile, c’est ce qu’Alain Prost, directeur non exécutif de Renault F1, a tenu à faire savoir alors que la FOM souhaite arriver à un enchaînement de courses qui commencerait en juillet.

Pour le Français, qui s’est confié à Canal+ récemment, commencer en Europe est "raisonnable parce qu’on ne peut pas partir comme cela à l’étranger" pour l’instant.

Il y a aussi deux courses possibles sur chaque circuit. Prost est a priori "opposé" à ce genre de solution mais "dans un état d’urgence, vu le contexte, il faut être ouvert à tout."

"Quand il y aura une décision, il faudra être derrière cette décision. On ne sera dans la critique parce que la critique doit être positive en proposant autre chose. Là aujourd’hui, on est dans l’urgence."

« La seule crainte que l’on peut avoir, et en fait il y en a deux, c’est que si on fait toutes les courses à huis clos c’est mieux que rien parce que dans ce cas là il y a le contexte, les gens ont besoin de voir de la F1, c’est un sport comme un autre et les gens ont besoin de rêver un peu. Mais on a aussi besoin économiquement, pour la F1 en particulier, c’est des milliards d’euros entre des pays comme la France, l’Angleterre, l’Italie.. C’est important même si le huis clos reste quand même assez spécifique."

Et si l’impossibilité de voyager plus tard dans l’année s’imposait à la F1 ?

"Même si on ne fait que des courses en Europe, il faut bien monter un calendrier. Quand est-ce qu’on pourra le faire ? On ne peut pas dire qu’on va d’abord commencer en Autriche, puis à Silverstone et après on verra. C’est très compliqué de faire ça. On peut très bien avoir peut-être quinze courses, parce que les choses vont, peut-être là aussi, évoluer favorablement dans certains pays. Et quand je dis quinze courses, ce n’est pas 15 destinations ou même 16, il y aura certainement deux courses sur le même circuit."

Prost redoute une annulation du championnat 2020.

"La FIA pourrait dire aussi qu’on ne va pas faire un championnat au rabais. Est-ce que quand on va déconfiner, en mai, peu importe les pays comme l’Italie, l’Allemagne, la France, on va peut-être avoir une autre vague, on va prendre peur’. Je n’en sais rien. Là on est vraiment des citoyens comme les autres. La F1... Moi je reste persuadé que dans un monde tout reste important, le sport, l’économie, faire rêver les gens c’est important. Après, on ne peut pas faire non plus n’importe quoi, mais j’essaie de rester positif quand même."

Faut-il vraiment beaucoup de courses pour faire un beau championnat ?

"Certains disent qu’il faut faire absolument 18 courses pour ça. Sincèrement, moi j’ai commencé en 1980 on avait 11 courses, la moyenne des courses c’était quinze ou seize à peu près. Même si on avait que onze ou douze courses, on peut avoir un très beau championnat. Je pense qu’il faut être un tout petit peu magnanime là dessus."

Certains pays ont proposé leur circuit pour aider la F1, comme le Portugal. D’autres comme l’Italie, ont proposé Imola ou le Mugello en plus de Monza. Lequel Prost aimerait revoir en F1 s’il avait le choix ?

"On devait aller à Zandvoort, j’adorais Zandvoort même s’il est étroit (...) Ou encore Charade, mais bon on ne peut plus aller sur ce genre de piste (...) L’ancien Kyalami était fabuleux, pas celui refait quand j’y ai couru en 1993."

Renault F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less