Propriétaire de l’IndyCar, Penske ne voit pas la F1 comme une menace

Il veut davantage s’en inspirer que s’en inquiéter

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 avril 2022 - 18:01
Propriétaire de l'IndyCar, (...)

Il y a deux ans, Roger Penske s’est porté acquéreur de l’IndyCar et de l’Indianapolis Motor Speedway.

L’Américain, propriétaire d’équipe en IndyCar, ne voit pas l’expansion de la F1 aux Etats-Unis comme un problème pour son propre championnat avec l’arrivée des Grands Prix de Miami cette année puis Las Vegas l’an prochain en plus de celui qui se tient déjà à Austin au COTA.

"Je vois la Formule 1 comme une discipline internationale, et elle est presque l’Indy 500 de presque tous les pays qu’elle visite" a déclaré Penske à RACER.

"Le marché américain est un grand marché, surtout dans le monde d’aujourd’hui. Mais nous avons eu la F1 ici pendant de nombreuses années, nous avons eu le COTA, et ils se développent avec des circuits temporaires."

"Je pense donc qu’il y aura plus de fans. Mais nous devrons être compétitifs. Nous avons la diversité de l’IndyCar. Nous avons des ovales à grande vitesse, il n’y a pas de course de F1 où ils se qualifient à 370 km/h de moyenne sur 15 kilomètres comme nous le faisons à Indianapolis."

"Deuxièmement, nous avons des circuits urbains, des circuits routiers, des ovales courts et des ovales de taille moyenne. Je pense donc que la différenciation et la diversité de l’IndyCar sont ce qui fait de nous un produit différent."

"Ils essaient d’avoir une plus grosse diffusion ici, et c’est une bonne chose pour nous. Parce que s’il y a une dynamique sur ce que sont les valeurs de la série, et je regarde nos chiffres de télévision et leurs chiffres de télévision sont à peu près les mêmes du point de vue des audiences, je pense que c’est bon pour nous."

Selon Penske, l’IndyCar doit faire en sorte de proposer un beau spectacle pour continuer à attirer son public. Il ne veut pas ignorer le championnat du monde mais plutôt s’en inspirer et chercher ce qu’elle fait pour avoir un tel succès.

"Nous devons gérer notre propre spectacle. J’ai toujours été dans un secteur où il y a de la concurrence. La F1 est une bonne concurrence, et nous pouvons apprendre d’elle. Le marché américain est un grand marché, et ce que nous devons faire, c’est de fournir plus partout où nous allons."

Penske ne vendra pas l’IndyCar à Liberty Media

Une rumeur a parcouru le paddock le week-end dernier à Long Beach, selon laquelle Liberty Media souhaiterait se porter acquéreur de l’IndyCar. L’entreprise américaine possède déjà la F1, et Liberty Groupe a acquis la Formule E. Mais Penske s’amuse de cette rumeur au sujet de l’IndyCar.

"C’est la chose la plus stupide que j’ai entendue. Laissez-moi vous dire ceci, cela n’a aucun sens pour moi. Vous ne pouvez pas posséder l’Indianapolis Motor Speedway et ne pas avoir la capacité de soutenir l’IndyCar, et inversement. L’IndyCar n’est rien sans Indianapolis, et nous sommes tous impliqués."

"Il n’y a pas assez d’argent pour que je sois tenté de le vendre. Je n’en ai pas besoin, je ne suis pas là pour l’argent. Je le fais parce que j’aime ce sport, du point de vue de la compétition, du marketing et de la technologie."

"En tant que famille, nous avons pris la responsabilité d’entretenir l’emblématique Indianapolis Motor Speedway et de l’améliorer. Et laissez-moi dire ceci : je ne suis normalement pas un gars qui vend quelque chose. Je suis normalement un gars qui achète des choses."

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos