Formule 1

Présentation du Grand Prix de Singapour 2019

La garantie d’une course animée !

Recherche

Par Emmanuel Touzot

16 septembre 2019 - 08:21
Présentation du Grand Prix de Singapour

Deuxième course nocturne mais aussi troisième course urbaine de la saison, Singapour représente une quantité impressionnante de défis. La course est en effet la plus longue de l’année, avec la limite des deux heures souvent atteinte, la plus cassante, avec un taux de sortie du Safety Car de 100%, et la plus contraignante pour les pilotes.

La chaleur et l’humidité poussent en effet les hommes à faire des erreurs, mais les plus célèbres d’entre elles n’avaient pas cela pour cause, puisque l’on peut se rappeler de l’accident de Nelson Piquet Jr, demandé par Flavio Briatore et point de départ du Crashgate, ou encore l’accrochage entre les Ferrari au départ en 2017.

Les défis de Singapour

Le circuit urbain de Marina Bay contraste radicalement avec le rendez-vous précédent. Si les appuis étaient faibles à Monza, les pilotes doivent cette fois s’adapter à une piste en ville, composée presque intégralement de virages lents, où les rails ne sont jamais très loin et où toutes les voitures auront un maximum de charge aérodynamique.

Avec ses gros freinages et ses demandes sur la traction, le tracé fait souffrir les pneumatiques. La surchauffe à l’arrière pose souvent problème, notamment dans le dernier secteur marqué par une série de chicanes droite-gauche et gauche-droite. C’est la course la plus longue de l’année. La chaleur et l’humidité en font par ailleurs un véritable défi physique pour les concurrents.

Côté technique

Le circuit de Marina Bay n’offre que deux petites lignes droites : celle des stands (500 m) et celle séparant le virage 5 et le virage 7 via le Raffles Boulevard. Bien qu’incurvés, ces 700 mètres représentent l’unique occasion de voir les pilotes dépasser 300 km/h. Et même si les vibreurs sont allégrement utilisés à Singapour, la plupart sont presque plats.

La longueur du tour et la forte probabilité d’intervention de la voiture de sécurité font de Singapour l’une des épreuves les plus longues de la saison. À ce jour, l’édition 2009 reste la plus courte : 1h56.

En raison du caractère ‘on-off’ du tracé, la consommation est élevée à Singapour. Avec le moteur à combustion interne seul, près de 150 kg d’essence seraient nécessaires en course, mais la récupération d’énergie et sa restitution ont réduit ce chiffre à moins de 105.

Les pilotes peuvent perdre jusqu’à 3 kg de liquide en raison de l’air chaud et humide. Une donnée qui doit être prise en compte pour fixer le poids de la monoplace avant le départ.

- Avec ses 23 virages, Singapour est l’un des circuits les plus lents du calendrier. Sa moyenne de 175 km/h le place juste au-dessus de Monaco et de la Hongrie.

- On dénombre 82 changements de rapports par tour contre seulement 52 à Monaco et 44 à Monza. En raison des accélérations très courtes, la huitième vitesse n’est engagée qu’à deux reprises par boucle. Il n’y a qu’à Monaco que cela arrive encore moins souvent.

- À Singapour, l’humidité ambiante peut dépasser allégrement 80 %. Par le passé, cela aurait grandement pu impacter la puissance, très sensible à la quantité d’oxygène nécessaire à la combustion. Avec les moteurs suralimentés, le turbo compensera en tournant plus vite… Bien plus que pour une course similaire dans des conditions arides !

- Le virage 7 et le virage 14 forment les deux gros points de freinages puisque les pilotes y passent de 300 à 110 km/h.

- Malgré le peu de lignes droites, les occasions ne manquent pas pour récupérer l’énergie au freinage avec le MGU-K. Celui-ci pourra être utilisé pour propulser la monoplace avec davantage de couple qu’à l’accoutumée pour économiser du carburant sur ce circuit particulièrement gourmand.

- Avec les séances tardives, l’humidité diminuera progressivement au coucher du soleil. Les composants électriques du groupe propulseur seront ainsi isolés de la moiteur. En cas d’averses, l’eau sera détournée à l’aide de conduits spéciaux.

Notes du tracé

Virage 1 – Sur la ligne droite des stands, les voitures atteignent près de 290 km/h avant le gros freinage de Sheares (virage 1). Les pilotes devront se méfier des bosses avant de s’y inscrire.

Virage 5 – Encore une entrée bosselée avant un difficile droit négocié à moyenne vitesse. Le virage 5 s’ouvre sur le tronçon le plus rapide du tracé avec un petit crochet (virage 6) pris à plein régime.

Virage 7 – Les concurrents concluent la ligne droite en freinant à plus de 300 km/h avant d’affronter le virage 7, un gauche à 90°.

Virage 10 – Revu ces dernières années, cet enchaînement étroit reste piégeux. Le virage 10 mène à un droite-gauche (virages 11 et 12) avant l’épingle du virage 13, le plus lent des vingt-trois virages du circuit.

Virage 14 – Le virage 14 lance la section de l’hôtel qui serpente entre les tribunes. Le MGU-K peut enfin récupérer de l’énergie grâce aux freinages répétés sur sept virages à angle droit. Les pneus arrière commencent à surchauffer dans ce secteur.

Virages 22-23 – Les courbes les plus rapides du tracé. Très serrée, l’entrée des stands se situe à gauche. Il faut viser les deux cordes avant d’élargir sur la ligne droite des stands.

Pronostic

Mercedes n’a échoué qu’une seule fois à remporter la course depuis le début de l’ère hybride, et Lewis Hamilton s’est imposé ces deux dernières années contre toute attente. La W10 étant une arme redoutable sur les circuits sinueux, elle pourrait lui permettre de nouveau d’aller viser un succès qui lui échappe d’ailleurs depuis deux courses.

Les Ferrari devraient subir un retour à la réalité assez brutal après deux courses où la performance était au rendez-vous, et c’est de nouveau Red Bull qui pourrait jouer les trouble-fêtes. De quoi miser, au terme d’une course animée, sur un podium d’Alex Albon ?

Podium : 1. Hamilton / 2. Verstappen / 3. Albon

Les vainqueurs du Grand Prix de Singapour

AnnéeCircuitVainqueurÉquipeMoteur
2018 Marina Bay Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2017 Marina Bay Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2016 Marina Bay Nico Rosberg Mercedes Mercedes
2015 Marina Bay Sebastian Vettel Ferrari Ferrari
2014 Marina Bay Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2013 Marina Bay Sebastian Vettel Red Bull Renault
2012 Marina Bay Sebastian Vettel Red Bull Renault
2011 Marina Bay Sebastian Vettel Red Bull Renault
2010 Marina Bay Fernando Alonso Ferrari Ferrari
2009 Marina Bay Lewis Hamilton McLaren Mercedes
2008 Marina Bay Fernando Alonso Renault Renault

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less