Formule 1

Présentation du Grand Prix d’Australie 2020

La saison devrait être lancée ce week-end

Recherche

Par Emmanuel Touzot

9 mars 2020 - 08:00
Présentation du Grand Prix d’Australie

Le Grand Prix d’Australie marque le début de la saison 2020 de Formule 1, et il doit se dérouler ce week-end... normalement. En effet, la Formule 1 est tributaire des décisions gouvernementales qui seront prises au sujet de l’épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde.

Malgré de gros doutes il y a quelques jours, l’épreuve est pour le moment maintenue, les équipes étant majoritairement arrivées en Australie, peu avant la quarantaine massive instaurée en Italie.

S’il a bien lieu, le GP marquera donc le début d’une saison qui s’annonce agitée sur tous les fronts. Le coronavirus va forcément être l’un des thèmes abordés en ce début de saison, puisqu’il menace les courses de Bahreïn et du Vietnam, et a déjà contraint au report du Grand Prix de Chine.

Outre cela, il y aura le DAS de Mercedes qui sera peut-être utilisé en piste, et les suites de l’affaire entre Ferrari et la FIA qui devrait agiter le paddock. Mais bien évidemment, l’enjeu sera avant tout sportif, puisque Mercedes tentera de poser une première pierre à un septième titre, face à une concurrence qui aura plus que jamais à cœur de s’attaquer aux champions en titre.

Les caractéristiques de la piste :

La caractéristique principale de la piste de Melbourne, c’est qu’elle n’est pas permanente. Ainsi, elle est souvent ’verte’ au moment où débutent les essais et elle garde des caractéristiques évolutives durant le week-end de course.

À cette époque de l’année, la température ambiante peut passer de 35 à 15°C d’un jour à l’autre, en fonction de la direction du vent. Il fait chaud si le vent vient du nord, et frais s’il souffle du sud. Cette donnée peut avoir une grande influence sur les réglages du refroidissement, mais également sur la gestion des pneumatiques en raison des variations de température de piste.

Tout au long du week-end, l’animation bat son plein dans le bac à graviers situé au bout de la ligne droite des stands. Il se montre particulièrement accueillant pour les monoplaces au premier tour.

Le virage 3 offre de belles opportunités de dépassement.

Relâcher légèrement l’accélérateur au virage 5 était une habitude, mais elle devrait disparaître avec les nouvelles F1.

La piste est assez bosselée, surtout dans les zones de freinage en amont des virages 1 et 6. De quoi faciliter les blocages de roues à l’avant.

Négociée à plus de 200 km/h, la chicane rapide des virages 11 et 12 constitue un véritable défi avec son gros vibreur.

Le dernier secteur se révèle relativement lent par rapport au reste du tracé, mais on peut y gagner beaucoup de temps.

La voiture doit être aussi parfaite que possible pour les deux derniers virages du circuit (15 et 16). Ils sont très lents et permettent de faire la différence. En augmentant le niveau d’adhérence de 5 %, on gagne près de deux dixièmes, un chiffre énorme !

Le piège du dernier virage. L’accélération y déterminera la vitesse sur la ligne droite, mais les pneus à l’arrière tendent à surchauffer après la séquence qui le précède. Il sera plus rapide cette année avec les nouvelles F1.

Le bout de la ligne droite de départ est l’endroit le plus rapide du circuit, avec une vitesse de plus de 320 km/h. Ce point précède l’important freinage du premier virage.

Côté moteur :

En raison des franches accélérations entre les virages, l’Albert Park est un des circuits les plus exigeants pour les groupes propulseurs. Sur chaque tour, on dénombre dix phases d’accélération où les vitesses augmentent de 150 à presque 300 km/h en moins de trois secondes. Le moteur à combustion interne monte alors en régime de 9 000 à 13 000 tr/min.

D’énormes charges s’appliquent sur le moteur lors des phases de freinage. La plus importante se situe au virage 13. La vitesse chute de 300 à 125 km/h en deux secondes et demie. La décélération génère un pic de 4G, autant que la force subie par un pilote de chasse.

Une bonne motricité et une réponse parfaite du moteur seront les clés pour avaler les virages, dont la majorité se négocie sur les trois premiers rapports avant une réaccélération immédiate. Le turbo devra être parfaitement calibré (ou « souple ») pour éliminer le temps de réponse.

L’optimisation de la cartographie du groupe propulseur pour délivrer la puissance peut permettre de gagner plusieurs dixièmes de seconde au tour.

Pronostics :

Difficile de ne pas placer Mercedes en tête devant Red Bull et Ferrari après les essais hivernaux. C’est la seule hiérarchie à notre disposition, même si elle reste encore à affiner en termes d’écarts réels. L’équipe allemande semble mieux préparée et Max Verstappen a envie de bien faire tout de suite...

Podium : 1. Hamilton / 2. Bottas / 3. Verstappen

Le palmarès complet du Grand Prix d’Australie :

Année Circuit Vainqueur Equipe Moteur
2019 Albert Park Valtteri Bottas Mercedes Mercedes
2018 Albert Park Sebastian Vettel Ferrari Ferrari
2017 Albert Park Sebastian Vettel Ferrari Ferrari
2016 Albert Park Nico Rosberg Mercedes Mercedes
2015 Albert Park Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2014 Albert Park Nico Rosberg Mercedes Mercedes
2013 Albert Park Kimi Räikkönen Lotus Renault
2012 Albert Park Jenson Button McLaren Mercedes
2011 Albert Park Sebastian Vettel Red Bull Renault
2010 Albert Park Jenson Button McLaren Mercedes
2009 Albert Park Jenson Button Brawn GP Mercedes
2008 Albert Park Lewis Hamilton McLaren Mercedes
2007 Albert Park Kimi Räikkönen Ferrari Ferrari
2006 Albert Park Fernando Alonso Renault Renault
2005 Albert Park Giancarlo Fisichella Renault Renault
2004 Albert Park Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2003 Albert Park David Coulthard McLaren Mercedes
2002 Albert Park Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2001 Albert Park Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2000 Albert Park Michael Schumacher Ferrari Ferrari
1999 Albert Park Eddie Irvine Ferrari Ferrari
1998 Albert Park Mika Häkkinen McLaren Mercedes
1997 Albert Park David Coulthard McLaren Mercedes
1996 Albert Park Damon Hill Williams Renault
1995 Adélaïde Damon Hill Williams Renault
1994 Adélaïde Nigel Mansell Williams Renault
1993 Adélaïde Ayrton Senna McLaren Ford
1992 Adélaïde Gerhard Berger McLaren Honda
1991 Adélaïde Ayrton Senna McLaren Honda
1990 Adélaïde Nelson Piquet Benetton Ford
1989 Adélaïde Thierry Boutsen Williams Renault
1988 Adélaïde Alain Prost McLaren Honda
1987 Adélaïde Gerhard Berger Ferrari Ferrari
1986 Adélaïde Alain Prost McLaren TAG
1985 Adélaïde Keke Rosberg Williams Honda

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less