Formule 1

Présentation du Grand Prix d’Allemagne 2019

Ferrari peut-elle enfin briller ?

Recherche

Par Olivier Ferret

22 juillet 2019 - 08:22
Présentation du Grand Prix d’Allemagne

La Formule 1 se rend en Allemagne, à Hockenheim, pour la 11e manche de la saison. Le Grand Prix d’Allemagne se tient pour la 1ère fois pour la deuxième année de suite depuis 2014.

Mercedes a remporté les trois dernières éditions et est donc invaincue depuis... 2014 ! En 2013, c’est Sebastian Vettel qui avait remporté l’épreuve au volant de sa Red Bull. L’Allemand avait bien failli gagner l’an dernier avec Ferrari mais une erreur en course (sur piste glissante) l’a envoyé dans les graviers et lui a fait perdre la course.

Le circuit comportait en 2018 trois zones de DRS et permet de belles luttes dans la longue et large ligne droite qui mène à l’épingle. En 2019, à l’image de ce qui s’est passé pour Silverstone, la zone située devant les stands a été supprimée, il n’y en aura donc plus que deux.

Après deux courses plébiscitées, le circuit de Hockenheim pourrait permettre de nouveau du spectacle en piste, avec l’épingle au bout de la longue ligne droite.

Le point technique sur le tracé...

Virage 1 – De bons appuis permettent de passer ce virage plus vite, mais il ne sera toujours pas à fond. Il devient encore plus essentiel cette année avec une zone DRS qui le précède.

Virage 2 – Une monoplace stable au freinage est requise au deuxième virage pour permettre une sortie propre et une excellente relance vers la section la plus rapide du circuit.

Virages 3 et 4 – De bonnes aptitudes de changement de direction sont nécessaire pour que l’arrière se positionne parfaitement en sortie et optimise l’accélération en ligne droite.

Virage 6 – Lancés à pleine vitesse, les pilotes freinent vers cet important virage, le plus lent du tracé. Une bonne traction est capitale à sa sortie.

Virage 7 – Virage rapide, le 7 se négocie à plein régime avec peu d’essence, mais il se révèle plus piégeux selon la charge du réservoir.

Virage 10 – Un véritable défi à maîtriser avec son dévers. S’il peut se négocier à pleine charge avec une bonne voiture en fin de course, ce sera beaucoup plus dur avec une monoplace lourde.

Virages 12 à 17 – De forts appuis aérodynamiques sont requis entre les virages 12 et 17, la portion lente et étroite du Stadium où les dépassements sont difficiles.

... et sur le groupe propulseur

Environ 65 % du tour se négocie à plein régime grâce aux quatre longues lignes droites. Mesurant plus d’un kilomètre, la Parabolika se situe parmi les plus longues de la saison avec celles de Bakou, Shanghai et à Abu Dhabi. Les groupes propulseurs y passeront plus de 14 secondes à pleine charge, soit l’un des plus longs moments de l’année.

Les pilotes dépasseront à trois reprises 300 km/h (ou plus de 310 km/h par deux fois) sur les deux premiers tiers du tour, soumettant le moteur à combustion interne et le turbo à de fortes charges.

La récupération d’énergie au freinage est relativement aisée puisque les lignes droites sont reliées par des virages lents et à moyennes vitesses, à l’instar de l’épingle et de l’ancien Stadium. C’est un bon point en ce qui concerne la consommation d’essence.

Avec une lente épingle négociée à 70 km/h, un droite rapide et le nouveau stadium, la dernière partie du tour possède une vitesse moyenne bien moins élevée que les secteurs précédents. Le caractère sinueux et étroit de cette portion requiert une bonne stabilité au freinage et une excellente réponse du couple, en particulier dans le Stadium où la moyenne atteint 210 km/h.

Avec de telles contraintes sur chaque élément du groupe propulseur, tout va devenir très chaud et les températures ambiantes élevées ne feront qu’aggraver ce défi. Pour éviter tout risque de surchauffe, il est probable que les équipes utilisent un système de refroidissement modifié tout en ajustant l’emploi des composants du groupe propulseur.

Pronostic

En dépit du palmarès de Mercedes en Allemagne, Ferrari n’était pas loin de gagner l’an dernier à Hockenheim, et les performances de Red Bull pourraient de nouveau donner lieu à une lutte serrée entre les six premiers pilotes.

Sebastian Vettel pourra-t-il viser la rédemption après son erreur de 2018, ou verra-t-on Charles Leclerc décrocher enfin sa première victoire ? Tout cela ne sera possible qu’en étant au niveau de Mercedes et d’un Lewis Hamilton qui, cette saison, est capable de saisir chaque opportunité de victoire.

En 2018, la course allemande avait été le théâtre de la première frustration de Valtteri Bottas, qui avait été battu par Hamilton alors que ce dernier s’était élancé 15e suite à un souci mécanique. De fait, on pourrait plutôt penser voir le Britannique lutter contre les Ferrari. Et pour la belle histoire, on parie sur une victoire de Vettel, dont la spirale infernale a commencé chez lui, il y a tout juste un an.

Podium : 1. Vettel / 2. Hamilton / 3. Leclerc

Le palmarès du Grand Prix d’Allemagne

AnnéeCircuitVainqueurÉquipeMoteur
2018 Hockenheim Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2016 Hockenheim Lewis Hamilton Mercedes Mercedes
2014 Hockenheim Nico Rosberg Mercedes Mercedes
2013 Nurburgring Sebastian Vettel Red Bull Renault
2012 Hockenheim Fernando Alonso Ferrari Ferrari
2011 Nurburgring Lewis Hamilton McLaren Mercedes
2010 Hockenheim Fernando Alonso Ferrari Ferrari
2009 Nurburgring Mark Webber Red Bull Renault
2008 Hockenheim Lewis Hamilton McLaren Mercedes
2006 Hockenheim Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2005 Hockenheim Fernando Alonso Renault Renault
2004 Hockenheim Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2003 Hockenheim Juan Pablo Montoya Williams BMW
2002 Hockenheim Michael Schumacher Ferrari Ferrari
2001 Hockenheim Ralf Schumacher Williams BMW
2000 Hockenheim Rubens Barrichello Ferrari Ferrari
1999 Hockenheim Eddie Irvine Ferrari Ferrari
1998 Hockenheim Mika Häkkinen McLaren Mercedes
1997 Hockenheim Gerhard Berger Benetton Renault
1996 Hockenheim Damon Hill Williams Renault
1995 Hockenheim Michael Schumacher Benetton Renault
1994 Hockenheim Gerhard Berger Ferrari Ferrari
1993 Hockenheim Alain Prost Williams Renault
1992 Hockenheim Nigel Mansell Williams Renault
1991 Hockenheim Nigel Mansell Williams Renault
1990 Hockenheim Ayrton Senna McLaren Ferrari
1989 Hockenheim Ayrton Senna McLaren Honda
1988 Hockenheim Ayrton Senna McLaren Honda
1987 Hockenheim Nelson Piquet Williams Honda
1986 Hockenheim Nelson Piquet Williams Honda
1985 Nurburgring Michele Alboreto Ferrari Ferrari
1984 Hockenheim Alain Prost McLaren TAG
1983 Hockenheim René Arnoux Ferrari Ferrari
1982 Hockenheim Patrick Tambay Ferrari Ferrari
1981 Hockenheim Nelson Piquet Brabham Ford
1980 Hockenheim Jacques Laffite Ligier Ford
1979 Hockenheim Alan Jones Williams Ford
1978 Hockenheim Mario Andretti Lotus Ford
1977 Hockenheim Niki Lauda Ferrari Ferrari
1976 Nurburgring James Hunt McLaren Ford
1975 Nurburgring Carlos Reutemann Brabham Ford
1974 Nurburgring Clay Regazzoni Ferrari Ferrari
1973 Nurburgring Jackie Stewart Tyrrell Ford
1972 Nurburgring Jacky Ickx Ferrari Ferrari
1971 Nurburgring Jackie Stewart Tyrrell Ford
1970 Nurburgring Jochen Rindt Lotus Ford
1969 Nurburgring Jacky Ickx Brabham Ford
1968 Nurburgring Jackie Stewart Matra Ford
1967 Nurburgring Denny Hulme Brabham Repco
1966 Nurburgring Jack Brabham Brabham Repco
1965 Nurburgring Jim Clark Lotus Climax
1964 Nurburgring John Surtees Ferrari Ferrari
1963 Nurburgring John Surtees Ferrari Ferrari
1962 Nurburgring Graham Hill BRM BRM
1961 Nurburgring Stirling Moss Lotus Climax
1959 AVUS Tony Brooks Ferrari Ferrari
1958 Nurburgring Tony Brooks Vanwall Vanwall
1957 Nurburgring Juan Manuel Fangio Maserati Maserati
1956 Nurburgring Juan Manuel Fangio Ferrari Ferrari
1954 Nurburgring Juan Manuel Fangio Mercedes Mercedes
1953 Nurburgring Giuseppe Farina Ferrari Ferrari
1952 Nurburgring Alberto Ascari Ferrari Ferrari
1951 Nurburgring Alberto Ascari Ferrari Ferrari

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less