Pourquoi le choix Hülkenberg s’est ’imposé’ chez Haas F1

Steiner voulait un pilote qui fait progresser ses équipes

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 novembre 2022 - 11:40
Pourquoi le choix Hülkenberg s'est

Günther Steiner est revenu longuement sur les raisons qui ont poussé Haas F1 à choisir Nico Hülkenberg pour épauler Kevin Magnussen l’an prochain, au détriment de Mick Schumacher. Le directeur de l’équipe a discuté avec Gene Haas, et les conclusions ont été les mêmes pour lui et le propriétaire du team.

"Ce n’était pas une décision facile sur ce qui est le mieux à faire avec l’équipe. Le contrat n’a été signé qu’hier, par exemple. Nous voulions voir ce qu’il y avait de mieux à faire et donner à Mick autant de temps que possible, pour prendre la meilleure décision possible" a déclaré Steiner.

"Et c’est ce à quoi nous sommes arrivés. Il y a eu des discussions continues avec Gene sur ce qui est le mieux pour l’équipe, et puis nous sommes arrivés à une conclusion la semaine dernière sur ce qu’il fallait faire."

"Il a été en F1 pendant longtemps et il a été avec les équipes du milieu de peloton pendant longtemps, donc il sait comment elles fonctionnent, comment les rendre meilleures. Et nous avons regardé que partout où il était, l’équipe a toujours fait des progrès, et nous espérons le faire aussi ici."

"C’est pourquoi ce choix s’est imposé. Je dirais que Mick n’a pas l’expérience de Nico, vous savez ? Et nous avions besoin d’expérience pour faire avancer l’équipe parce que je ne veux pas dire que le pilote n’était pas prêt pour l’avenir, l’équipe doit aussi être bien meilleure pour que l’avenir s’améliore."

Aucune crainte entre Hülkenberg et Magnussen

Hülkenberg et Magnussen ont connu une relation houleuse par le passé, notamment au Grand Prix de Hongrie 2017, où le Danois avait été très peu délicat dans sa réponse à celui qui roulait alors pour Renault F1.

Mais Steiner assure que de l’eau a coulé sous les ponts, même si l’on apprend que les deux hommes se reparlent depuis peu. Le fait qu’ils se parlent semble suffisant pour garantir une bonne entente dans l’équipe.

"J’ai parlé avec lui brièvement mais je ne lui ai pas demandé ’tu l’aimes ou non ?’. Nous devons nous assurer qu’ils s’entendent bien, mais je pense qu’ils s’entendent plutôt bien. Je pense qu’ils peuvent partir en vacances ensemble. Ils ont des enfants qui ont à peu près le même âge."

"Et ne faites pas ce que Kevin a invité Nico à faire il y a quelques années (S*** my b**** honey !) ! Je pense qu’ils se parlent maintenant. Ils ne se sont pas parlé pendant cinq ans mais ils se sont parlé cette année. J’ai demandé à Kevin et il m’a dit qu’il avait une relation normale avec lui."

Trouver "un moyen plus rapide" de progresser

Schumacher n’est pas directement mis en cause dans les raisons évoquées par Steiner, qui pense toutefois que l’équipe en a assez fait pour aider l’Allemand. Selon lui, Haas ne doit pas être au service de Schumacher, et l’équipe doit faire ses propres progrès.

"Je pense que nous avons suffisamment soutenu Mick. Il est injuste de dire que c’est la faute de Mick si nous ne sommes pas là où nous voudrions être car parfois, en tant qu’équipe, nous n’avons aussi tout simplement pas été performants. Nous devons faire mieux."

"Mais je pense que nous avons fait du mieux que nous pouvions pour Mick et que nous l’avons traité équitablement. Ça n’a jamais été un problème. C’est difficile de répondre à cette question car quelles sont les attentes ?"

"Mais peut-être que nous voyons des choses dans l’équipe maintenant, que nous devons régler, où nous pouvons faire mieux avec quelqu’un d’autre. Si l’on met de côté ses performances et ainsi de suite, c’est plutôt que nous devons faire progresser toute l’équipe, pas seulement le pilote."

"Ce n’est pas la faute de Mick si nous sommes là où nous sommes, nous sommes les seuls à blâmer. Mais nous devons remonter et il y a un moyen plus rapide de le faire en prenant un gars avec beaucoup d’expérience, qui l’a fait dans plusieurs équipes qui étaient dans des positions très similaires à celle où nous sommes maintenant."

Les accidents, une partie des raisons d’écarter Schumacher

L’Italien confirme que la décision d’écarter Schumacher a été prise après ses accidents, et déplore le manque d’impact de ses performances sur l’ensemble du team : "Cela en fait partie, mais vous ne pouvez pas simplement dire ’il a eu des accidents’, ce qui n’était évidemment pas bon."

"Je n’essaie pas de dire que c’est bon maintenant, mais quelle influence ont eu ses très bons résultats ? C’est cet équilibre que vous devez trouver. Les résultats qu’il a obtenus en Autriche et à Silverstone étaient très bons, mais il y avait aussi les mauvaises choses, les accidents."

"Donc c’est un mélange de tout ça, mais ce n’est pas un seul événement, même si ça en a l’air, qui a déclenché ça. C’est une combinaison de choses et le plus important pour l’avenir est que nous voulions reconstruire l’équipe."

Il concède toutefois que Schumacher n’aurait pas gardé son volant s’il avait signé la pole au Brésil comme l’a fait Magnussen : "Rien n’aurait changé. Parce que vous ne pouvez pas prendre cette décision sur un résultat émotionnel d’une course ou d’une qualification, ce serait mal, ça pourrait être mal dans les deux sens."

Hülkenberg débutera dès mardi avec Haas F1

Steiner explique que la question a été de savoir si Hülkenberg serait vite au niveau, et ses piges pour Racing Point et Aston Martin F1 ont joué en sa faveur. De plus, il aura déjà la possibilité de rouler pour Haas mardi à Abu Dhabi, lors des tests privés.

"On a regardé cela aussi, mais quand il est arrivé, quand il a remplacé des pilotes ces dernières années, il a été assez vite sur le coup. Aston Martin vient de nous envoyer un SMS disant qu’ils le laisseront piloter pour nous mardi. Merci à eux de nous laisser faire ça."

"Ensuite, nous pourrons affiner les choses la semaine prochaine, et puis nous avons aussi les essais de pré-saison à Bahreïn et je pense qu’il sera directement dans le coup. Physiquement, ces voitures de F1 sont assez exigeantes et il lui faudra un certain temps pour s’y habituer, car la seule façon d’entraîner ses muscles est de piloter."

"Nous traverserons ce pont l’année prochaine, mais il est plutôt en forme. Nous nous sommes évidemment posé la question de savoir s’il est directement au niveau lorsqu’il revient après une absence. Mais ensuite, vous regardez les résultats qu’il a obtenus quand il est entré en jeu à la dernière minute, il était plutôt bon."

Des objectifs à court terme avant tout

Confirmant que Hülkenberg a été choisi pour sa connaissance du milieu de peloton, Steiner explique que le but premier sera de progresser au sein de celui-ci : "L’objectif à court terme est de ramener l’équipe là où nous voulons être, au moins dans le milieu de peloton, si ce n’est dans le haut du terrain dans les deux prochaines années. "

"Nous battre correctement dans le peloton, parce que cette année nous nous sommes battus, nous sommes sortis, nous nous sommes battus à nouveau, ça a été un peu des hauts et des bas et des montagnes russes cette année."

"Nous avons besoin d’un peu de stabilité l’année prochaine. Nous avons fait un grand pas cette année par rapport à ce que nous étions ces deux dernières années, mais nous voulons continuer à nous améliorer. C’est l’objectif, car les autres équipes veulent évidemment faire de même."

L’échec avec Ricciardo vient du pilote

Haas F1 n’a pas caché vouloir engager Daniel Ricciardo quand il semblait acquis que celui-ci n’était plus en odeur de sainteté chez McLaren F1. Mais les discussions ont vite tourné court, et Steiner assure que ce n’est pas de sa faute.

"Au début, j’ai tendu la main. Avant que l’affaire McLaren n’arrive, je lui ai tendu la main pour voir ce qu’il faisait l’année prochaine, mais ensuite nous ne sommes allés nulle part. Il faut lui demander pourquoi. Il n’a jamais parlé avec moi."

Et de plaisanter sur le fait qu’il n’a pas intérêt à l’appeler après avoir éliminé Magnussen au Brésil : "Il ne me parle toujours pas, et il ferait mieux de ne pas le faire après le week-end dernier, quand il nous a percutés ! Donc je ne réponds plus au téléphone."

"Danny cette année, de toute évidence, n’a pas bien réussi, sinon il serait encore chez McLaren. Donc je pense que nous devons considérer celui-là aussi, nous aurions su que sur le moment ce n’est pas l’apogée de sa carrière."

"Et je ne comprends toujours pas parce que je pense que c’est un très bon pilote, parce qu’il a gagné des courses avec Red Bull, il était très bon. Et cette année, il n’a tout simplement pas été à la hauteur. Donc si vous prenez quelqu’un comme ça, vous prenez le risque - pouvez-vous le ramener ou pas ?"

Giovinazzi et Shwartzman ont aussi été candidats

D’autres candidats au baquet ont aussi rejoint cette liste avant de la quitter. Antonio Giovinazzi, notamment, a été envisagé, avant son accident à Austin : "Il était au début sur la liste des pilotes, mais ensuite je pense que vous pouvez voir que nous avons pris la meilleure décision pour l’équipe."

"Evidemment tout le monde a sa propre opinion sur les pilotes. Mais je pense que pour nous, en ce moment, pour faire ce que nous voulons faire et pour faire avancer l’équipe, je pense que Nico Hülkenberg était la meilleure option pour nous. Et donc nous l’avons pris."

Robert Shwartzman, protégé de Ferrari, était aussi une option : "Nous parlons toujours avec eux parce que nous avons leurs juniors lors des EL1, et nous essayons de les aider. Et évidemment, nous travaillons étroitement ensemble, nous avons une très bonne relation."

"Mais ils sont aussi très professionnels, ils voient ce qui se passe, nous avons expliqué ce que nous voulons faire, et pourquoi nous voulons le faire. Et c’est comme d’habitude, on parle avec les gens et on explique. Puis ça marche, parce qu’ils voient que nous le faisons pour les bonnes raisons, pour avoir plus de performance."

"Dans cette ère de la F1, les 10 équipes sont de bonnes équipes, personne n’est plus là juste pour mettre un pilote pour un an comme nous voyions dans le passé. Tout le monde ici veut progresser. Et avec le plafond budgétaire, c’est possible pour tout le monde. Donc nous devons faire de notre mieux, c’est pourquoi nous sommes en F1."

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos