Pourquoi il y a une ’énorme pression’ unique chez Ferrari

De la Rosa et Smedley racontent leurs expériences

Recherche

Par Emmanuel Touzot

19 avril 2023 - 15:03
Pourquoi il y a une 'énorme (...)

Il est de notoriété publique que Ferrari subit une pression différente de celle que subissent les autres équipes de F1. Pedro de la Rosa se souvient que lorsqu’il était essayeur pour la Scuderia, il savait dès la fin de la course comment allaient se dérouler les jours suivants.

"Quand j’étais chez Ferrari, je me souviens qu’un lundi matin, après un mauvais résultat, je suis allé à l’usine et je suis entré dans le bureau de Stefano et il y avait La Gazzetta dello Sport ouverte, son courrier sur son bureau, et j’ai compris que nous étions en difficulté" a expliqué De la Rosa dans le podcast F1 Nation.

"Vous savez, c’est un peu la radiographie de ce qu’est Ferrari. C’est une équipe difficile. La pression de la presse est énorme et dès que vous n’avez pas eu un bon résultat le week-end, dès le dimanche, à 16 heures, vous savez déjà quel genre de semaine vous allez vivre la semaine suivante."

Selon l’ancien pilote, c’est aussi pour ça que les Italiens ne parviennent pas à briller dans l’équipe : "Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles les étrangers réussissent si bien chez Ferrari, parce qu’ils ne sont pas autant affectés par la presse, principalement parce que vous ne comprenez pas la presse, ou la presse italienne."

"C’est bien pour les étrangers, mais les ingénieurs italiens, les mécaniciens, les gens qui travaillent au quotidien et qui sont italiens, ressentent la pression. Il ne s’agit pas non plus de la langue elle-même, mais de l’éducation, de ce que Ferrari signifie vraiment et de la pression qu’ils parviennent à gérer."

Le moindre commentaire est "réel" dans l’équipe

Rob Smedley, qui était l’ingénieur de course de Felipe Massa au sein de l’équipe, déplore que des commentaires comme celui de Lapo Elkann, frère du PDG John Elkann, aient un effet néfaste au sein du team. Le frère Elkann a récemment conseillé à Ferrari de se "réveiller".

"Pedro a tout à fait raison, les médias font presque partie de l’équipe, et de nombreux directeurs d’équipe ont tenté de l’accepter ou de l’arrêter. Mais en fin de compte, c’est une sorte de réalité que la force des médias italiens, ou le pouvoir des médias italiens, est ancré dans la psyché de l’équipe" note Smedley.

"Quand vous faites une bonne course, ils écrivent des choses brillantes sur vous, et quand les choses ne vont pas aussi bien, alors, vous savez, il suffit que quelqu’un comme Lapo Elkann dise quelque chose comme ’Ferrari doit se réveiller’, et cela devient une chose réelle au sein de l’équipe."

"Maintenant, la mesure dans laquelle Fred [Vasseur, actuel directeur de l’équipe] peut protéger tout le monde de cela dépend de la mesure dans laquelle les gens sont distraits, mais cela peut être une distraction. Et je sais par expérience que cela peut être une distraction, surtout lorsqu’il s’agit de vous personnellement."

"Mais je pense qu’avec le temps, les plus anciens apprennent à s’en accommoder. Cela fait tout simplement partie de ce que vous faites. Et comme Pedro l’a mentionné, Stefano avait La Gazzetta ouverte, et il y avait même un dossier sur ce qui était écrit. Quand je suis arrivé chez Ferrari, il y avait ce dossier qui était distribué tous les matins."

"Et je pense que Ross Brawn, quand il était là, voulait vraiment se débarrasser de tout ça, parce que c’est juste une distraction. On s’y habitue, on s’en occupe, et puis ça devient un bruit de fond. Il suffit de faire en sorte que ce soit un bruit de fond."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos