Pourquoi Ferrari était meilleure en course qu’au Sprint en Autriche

Clear explique les différences de performance de la F1-75

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 juillet 2022 - 13:49
Pourquoi Ferrari était meilleure en (...)

Jock Clear, ingénieur performance en chef de Ferrari, est revenu sur le Grand Prix d’Autriche, et notamment sur les performances meilleures lors de la course que lors du Sprint pour Charles Leclerc et Carlos Sainz.

Le Britannique révèle le rôle qu’a joué la quantité d’essence embarquée pour un Sprint et pour une course, ce qui a évidemment eu un effet sur la dégradation des pneus, qui a davantage touché Max Verstappen le dimanche que le samedi.

"Je pense que nous avons senti samedi que nous étions plus compétitifs que nous le paraissions" a déclaré Clear au podcast de F1 Nation. "Nous avions un bon rythme, mais nous n’avons pas été en mesure de vraiment combler l’écart au cours de ces 23 tours parce que la dégradation des pneus n’était pas un problème."

"Le niveau de carburant était beaucoup plus bas, donc les contraintes étaient beaucoup moins importantes. Dimanche, nous avions le plein et l’avantage que nous avions sur la gestion des pneus était clair dès le début de la course. Cela ne s’est donc pas manifesté dans le Sprint et je pense que c’est ce qui a fait la différence dans la course."

Une fin de course "sur le fil du rasoir"

L’ingénieur admet que la fin de course a été très difficile à vivre pour l’équipe italienne, avec la casse moteur de Sainz et le problème d’accélérateur de Leclerc : "Avec ce que nous avons eu au cours des quatre dernières courses, on se demande ce qui va se passer ensuite."

"Ce qui semblait être un problème mineur au départ nous inquiétait, et l’on s’est dit ’ok, ça va se passer de deux façons, on va atteindre l’arrivée ou la voiture va complètement lâcher’. Et heureusement, il a atteint l’arrivée."

"Mais mon Dieu, nous étions sur le fil du rasoir. Il n’avait pas le freinage qu’il voulait, donc il freinait tôt et se laissait un peu de marge. Mais bien sûr, quand vous avez Verstappen derrière vous, avec les mêmes pneus, et qui se rapproche, vous devez juger à quel point vous allez ralentir."

"Il l’a très bien géré, mais bien sûr, on se dit toujours ’il y a clairement quelque chose qui ne va pas, est-ce que ça va empirer ou est-ce que ça va soudainement arrêter de fonctionner complètement ?’ Ça vous met vraiment le bazar dans la tête".

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos