Pourquoi Alonso n’a pas été pénalisé pour sa roue détachée

Le pilote Alpine F1 a subi une casse et agi comme il le fallait

Recherche

Par Emmanuel Touzot

11 juillet 2022 - 15:47
Pourquoi Alonso n'a pas été (...)

Fernando Alonso a été contraint de s’arrêter deux fois de suite lors du Grand Prix d’Autriche, à cause d’une roue mal fixée lors de son premier arrêt. Heureusement, le pilote Alpine F1 a évité une pénalité, qui est souvent de rigueur sur ce type d’action. C’est une défaillance technique qui a provoqué le fait que la roue ne soit plus fixée.

Les circonstances lui ont été favorables, puisqu’il n’avait aucune visibilité sur le fait que la roue se détachait. Les commissaires ont également statué que l’équipe l’avait fixée correctement, ce qui exclut leur responsabilité d’avoir renvoyé la voiture de manière dangereuse en piste.

"Il n’y a rien dans la vidéo qui indique que l’arrêt au stand était autre chose qu’un arrêt au stand normal, y compris le fait que la roue concernée semble s’engager complètement et devenir complètement serrée" expliquent les commissaires.

"Le directeur d’équipe a indiqué que le mécanicien qui a monté la roue a signalé que tout semblait normal, et en effet son langage corporel sur la vidéo semble tout à fait normal. Tout semble aller bien jusqu’au troisième virage, où la roue se désengage légèrement de la voiture, très peu."

C’est le moment où Alonso a expliqué ressentir une vibration, et c’est le pilote lui-même qui a demandé à rentrer au stand, comprenant que quelque chose n’allait pas. Mais avec le peu de visibilité sur la roue, notamment à cause des protections, il lui était impossible de comprendre que la roue s’était détachée.

"Peu après le troisième virage, le pilote a déclaré à la radio qu’ils allaient devoir rentrer à nouveau au stand. Lorsqu’il a été interrogé par l’équipe, le pilote a simplement signalé qu’il devait à nouveau rentrer."

"Lors de l’audition, le pilote a déclaré qu’il ne pouvait pas voir la jante de la roue et que tout ce qu’il a ressenti était une petite vibration. Cela correspond à la vidéo, dans la mesure où le mouvement du pneu était à peine perceptible."

"Après être entré dans la voie des stands, le pilote a déclaré ’vérifiez l’avant gauche’. Lors de l’audition, il a déclaré que la sensation était pire lorsqu’il tournait vers la droite que lorsqu’il tournait vers la gauche, mais qu’il n’y avait toujours rien d’évident de son point de vue."

Le délégué technique de la FIA, Jo Bauer, ainsi que Nikolas Tombazis, ont étudié le problème et inspecté la roue, confirmant une casse postérieure à l’arrêt : "Ils ont rapporté aux commissaires que les dégâts à la roue sont cohérents avec une défaillance des pièces, selon toute probabilité, après la sortie de la voiture des stands."

"Sur la base des images de la voiture depuis le moment où la roue a été montée, jusqu’à ce que la défaillance devienne apparente, les commissaires concluent que la roue était entièrement montée, et qu’après la défaillance, tous les systèmes de rétention ont fonctionné comme prévu."

Alpine F1 Team - Renault

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos