Formule 1

Pour Wolff, il est ‘surréel’ de savoir que Lauda n’est plus en vie

Il raconte son émotion et celle de Lewis Hamilton

Recherche

Par A. Combralier

23 mai 2019 - 13:12
Pour Wolff, il est ‘surréel' de (...)

C’est au cours d’une conférence de presse ce matin à Monaco, une conférence forcément teintée d’émotion, de nostalgie et de stupeur, que Toto Wolff a exprimé ses sentiments, trois jours après la disparition de Niki Lauda, l’ancien président non-exécutif de Mercedes.

Le directeur de l’écurie Mercedes confie qu’il est pour lui, aujourd’hui, « surréel d’être dans un paddock de F1 sans que Niki ne soit en vie. »

Toto Wolff aura parlé à Niki Lauda pour la dernière fois après le doublé de l’équipe allemande, à Bakou, le mois dernier.

« Le dimanche soir, après la course, nous avons parlé au téléphone. Il m’a dit ‘Vas-y, continue comme ça, ça ne pourrait aller mieux’. Je lui ai décrit la course, il l’avait regardée, je lui ai dit ce que nous avions prévu sur le plan du développement de la voiture, j’ai essayé de ramener, autant que possible, de la normalité dans sa vie. »

« Nous savions qu’il n’allait pas bien, durant les derniers jours de sa vie. C’était probablement une question de jours avant de recevoir la terrible nouvelle… »

« J’ai reçu un SMS de sa femme, le lundi soir. Depuis lors, je ne suis plus moi-même, d’une certaine façon. Cela semble surréel d’être dans un paddock de F1 sans que Niki soit en vie. Même si nous avons pu le voir venir, quand cela arrive vraiment, c’est si brut, si rude, de réaliser que vous ne le verrez plus. »

Niki Lauda était davantage qu’un collègue de travail ou un compatriote pour Toto Wolff.

« Niki était la personnalité la plus connue en Autriche. Tout le monde l’admirait, et moi aussi. »

« Mais nous avions un autre lien : ma première femme est sa cousine, donc nous nous connaissions auparavant. Nous avons commencé à mieux nous connaître quand j’étais chez Williams, quand j’ai commencé à me rendre sur certaines courses. Il est l’Autrichien le plus emblématique, bien sûr, la personnalité la plus emblématique de la F1, et l’un des plus grands noms du sport à l’échelle globale. »

Toto Wolff a également tenté une carrière de pilote, évidemment moins couronnée de succès. Il avait tenté, il y a quelques années, de battre le record du tour de Niki Lauda sur le Nürburgring, en GT.

« Je lui ai dit que je tentais de battre son record. Et il m’a dit ‘C’est la chose la plus idiote que j’aie jamais entendue. Qui se soucie de voir que tu battras un record sur le Nordschleife ? Le risque de te blesser est là, et personne ne s’en souciera’. »

L’émotion est forte dans tout le garage Mercedes : c’est ainsi que Toto Wolff comme Lewis Hamilton (que Niki Lauda avait convaincu de venir chez Mercedes en 2013) ont été excusés de la journée médias d’hier – trop émus.

« Nous sommes peut-être dans le même état d’esprit » a expliqué Toto Wolff, alors que John Watson, l’ancien coéquipier de Niki Lauda, a vertement critiqué l’absence du pilote Mercedes.

« Nous avons juste perdu un ami. Bradley [Lord le directeur de la communication] et l’équipe ont été très sympathiques de nous laisser tranquilles hier. La FIA nous a soutenus. »

« C’est très difficile dans notre environnement, de commenter, 48 heures après, la perte d’un ami. Au-delà de l’amitié que nous avions, avec Lewis, pour Niki, il y avait un lien additionnel qui reliait Niki à Lewis : les deux étaient champions du monde de F1. Donc c’est l’ensemble de l’équipe qui est triste, pour Lewis, pour tous ceux qui étaient amis avec Niki. »

Toto Wolff et Lewis Hamilton ont immédiatement échangé après avoir appris la nouvelle.

« Nous avons eu le message en même temps, et nous avons échangé juste après. Tout le monde aura sa manière personnelle de faire ce travail de deuil, de ressentir cette tristesse. »

« Mais pour conclure, je pense que Niki voudrait que nous nous concentrions sur le week-end de course, pour être performants samedi et dimanche. »

Mercedes

expand_less