Formule 1

Pour Vettel, la 2e place n’est pas une revanche mais une ‘petite victoire’

Il rebondit de très belle manière un an après

Recherche

Par A. Combralier

29 juillet 2019 - 14:04
Pour Vettel, la 2e place n’est pas (...)

Parti dernier du Grand Prix d’Allemagne, Sebastian Vettel, au terme d’une course rocambolesque, est parvenu à monter sur la deuxième marche du podium. Son 50e podium avec Ferrari restera, assurément, dans les mémoires.

La veille de la course pourtant, Sebastian Vettel essuyait une nouvelle déconvenue : en raison d’un problème lié à l’alimentation de son turbo, il ne pouvait disputer les qualifications.

Comment a-t-il vécu cet ascenseur émotionnel ?

« Tout était prêt avant les qualifications : le public, moi, l’équipe. J’étais très excité, en partant dernier, d’avoir des conditions telles que celles-ci [pluie]. Tout peut arriver. La course s’est avérée beaucoup plus folle que je ne le pensais, mais oui, je suis très heureux, pour l’équipe avant tout. C’est une période difficile pour nous. Nous poussons très dur, nous commettons des erreurs, nous ne sommes pas là où nous voulons être, mais il faut continuer à croire en nous, dans nos capacités, nos forces, et je suis confiant, notre jour finira par arriver. »

« Je suis très heureux pour moi, pour ma course à domicile, c’était formidable de voir le public, surtout à la fin, il était très excité quand je réussissais un dépassement. J’ai vraiment apprécié cela. Une course folle, beaucoup de décisions à prendre, beaucoup de communication avec le muret des stands, mais nous sommes restés calmes. La plupart de nos choix étaient bons, parfois, non. La fin de la course fut décisive, j’ai commencé à prendre vie dans ces conditions séchantes en pneus slicks, nous étions très à l’aise et avons pu faire de bons progrès, parce qu’au moment des voitures de sécurité vers la fin, je n’étais pas même dans le top 10 et je me demandais ce qui m’arrivait. Mais avec un jour comme celui-ci… je suis heureux. »

Après son crash de l’an dernier à Hockenheim, et la Q1 manquée, Sebastian Vettel a pu avoir le sentiment de prendre sa revanche. Cette 2e place a-t-elle aussi le parfum d’une victoire ?

« Max a fini premier, donc ce n’est pas une victoire, mais en partant dernier, avec notre course, nous pouvons être très heureux d’être revenus. C’était une course très difficile, il était facile de perdre sa concentration. Donc oui, c’est une petite victoire. »

« J’étais aussi très heureux de courir ici. J’espère que nous ne perdrons pas cette course. Pas seulement pour Nico et moi, mais pour le public allemand, qui est très passionné. Je ne sais pas ce que réserve le futur, s’il y a une chance de garder Hockenheim, mais la passion de ce public est très grande… Les gens prennent parfois des décisions en se fondant sur le bon sens, pas sur le porte-monnaie. Nous avons des courses qu’il ne faut pas perdre, comme Monza, Silverstone. L’Allemagne et l’Espagne ont une longue histoire dans le sport auto, donc ce serait dommage de les perdre pour aller dans des endroits où il n’y a personne dans les tribunes, mais qui paient des millions pour organiser un Grand Prix. Pour nous les pilotes, c’est étrange. »

Si Hockenheim a été un succès populaire cette année, c’est aussi parce qu’il y avait de nombreux supporters de Max Verstappen et de Red Bull…

« Oui, l’orange est similaire au rouge, donc je prends ça pour moi » plaisante à ce sujet Sebastian Vettel.

Avec cette 2e place, Ferrari peut-elle désormais voir plus haut ?

« C’est une période difficile pour nous chez Ferrari » constate Sebastian Vettel. « Les qualifications ont montré qu’il nous fallait corriger des choses, mais dans cette période, il est important de garder le moral, de continuer à soutenir l’équipe. De l’intérieur comme de l’extérieur. Je sais que les tifosi sont derrière nous mais parfois, les gros titres peuvent être tournés d’une certaine manière. Il est très important de continuer à être soutenu parce que je pense que les choses changent, nous poussons très dur, les gens sont très déterminés. Je suis aussi impatient que tout le monde pour obtenir des résultats, mais cela prendra un peu de temps. Nous savons ce que nous pouvons améliorer, nous y travaillons, mais j’espère que les gens seront un peu patients, et nous donneront la liberté de prendre ce temps. »

Sebastian Vettel a commis de nombreuses erreurs depuis un an, mais dimanche dernier à Hockenheim, il a commis un sans-faute, alors que de nombreux autres pilotes (Nico Hulkenberg, Sergio Pérez, Lewis Hamilton, Charles Leclerc…) sont partis à la faute. Le pilote Ferrari se sent-il soulagé ?

« Pas vraiment, non. Pour les protéger, je sais ce qu’ils font, les erreurs arrivent, donc il ne faudrait pas leur mener la vie trop dure. C’était très délicat à gérer. Nous avons tous commis des petites erreurs ici et là. Parfois, certaines erreurs étaient plus importantes, et commises au mauvais endroit, mais c’est la course. Aujourd’hui, beaucoup de personnes tendent à tout juger assez rapidement, mais je ne les écoute pas. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less