Formule 1

Pour Shovlin, Mercedes aurait dû imiter la stratégie de Stroll pour éviter le chaos

Mais personne n’a réussi la meilleure stratégie en course

Recherche

Par A. Combralier

31 juillet 2019 - 15:43
Pour Shovlin, Mercedes aurait dû (...)

Hockenheim, l’exception qui confirmera la règle pour Mercedes ? La deuxième moitié de saison le dira. Ce qui est certain, c’est que l’équipe référence du plateau a totalement perdu pied pour son Grand Prix à domicile.

Stratégiquement parlant, l’écurie aussi a coulé. Dans une vidéo de debrief postée aujourd’hui, Andrew Shovlin, le directeur des opérations piste, a tenté d’expliquer pourquoi Mercedes avait été finalement piégé par les conditions changeantes du dernier Grand Prix.

« Sur le plan stratégique, personne n’a en fait réussi la bonne stratégie » s’est tout d’abord justifié Shovlin.

« La bonne stratégie aurait été de partir en inters, et non en maxi-pluie, au départ ; de chausser de nouveaux inters lors de la première voiture de sécurité ; et ensuite de faire ce qu’a fait Lance Stroll à la fin : chausser des tendres neufs alors que la voiture de sécurité était toujours en piste, pour être la première voiture sur le sec ; et finir la course ainsi. »

« Le fait que personne n’ait pris les bonnes décisions montre à quel point cette course était difficile. »

« Mais certainement, nous étudions les décisions que nous avons prises, parce que nous savons qu’elles n’ont pas été assez bonnes ; et c’est pourquoi notre résultat a été si mauvais. »

Le moment le plus chaotique s’est déroulé à la mi-course : Lewis Hamilton a été appelé à son stand pour passer des slicks, ce qui fut un bien mauvais choix puisque même sous voiture de sécurité, il sortit de piste au même endroit que Charles Leclerc ; le Britannique rentra précipitamment aux stands pour changer son aileron avant cassé (photo) et chausser des inters, mais son équipe n’était pas prête ; un vrai chaos s’instaura, qui empêcha Valtteri Bottas de rentrer aux stands. Le grand gagnant de l’affaire fut Max Verstappen…

« Nous parlions avec lui de chausser les médiums, nous pensions que la piste allait sécher, c’était ce que disait la météo, et les médiums étaient les seuls pneus avec lesquels il était envisageable, avec une certaine sérénité, d’aller jusqu’à la fin de la course. Red Bull a pensé la même chose avec Max Verstappen, et il est d’ailleurs parti en tête-à-queue. »

« Lewis disait que les médiums étaient des pneus trop durs, et c’est pourquoi nous lui avons mis des tendres. Nous savons aujourd’hui que nous aurions dû envisager de passer en inters, mais à ce moment, nous discutions juste de médiums ou de tendres avec Lewis. »

Le chaos s’est ensuite déclenché lorsque Lewis Hamilton, qui venait de taper, est rentré à la place de Valtteri Bottas… Son arrêt dura quasiment une minute.

« Il y avait beaucoup de chaos quand Lewis est rentré, mais nous étions prêts dans les stands, en fait, pour Valtteri. Il a décidé de rester en piste et dans le même temps, Lewis est parti au large, a heurté le mur et a cassé l’aileron avant. Et il est rentré aux stands. Nous pouvions le voir arriver mais il a fallu un moment pour que les gars aillent chercher des pneus différents ; et comme l’aileron était cassé, nous ne pouvions soulever la voiture normalement sur l’élévateur, donc nous avions dû prendre des outils différents pour le faire. »

« L’arrêt a semblé être un vrai bazar… Le pilote qui devait rentrer avait changé, nous étions aussi passés des tendres aux inters, et discuter avec les gars de tout ce chaos était très difficile. Nous savons qu’à la TV, ça n’avait pas l’air joli, mais les gars dans les stands ont, en réalité, fait du très bon travail pour réagir, afin que nous mettions au moins les bons pneus sur la bonne voiture. Ce genre de situations est très difficile, on n’en reverra pas de sitôt, mais cela montre qu’il nous faudra être plus forts dans le futur. »

Ce ne fut pas la dernière erreur commise par Mercedes : lorsque Nico Hulkenberg s’est à son tour crashé, Mercedes avait laissé Lewis Hamilton en piste, pour ne pas que le Britannique observe sa pénalité de cinq secondes (car il avait oublié de contourner le plot à l’entrée des stands) sous voiture de sécurité.

« Nous avions échangé pour voir s’il fallait observer la pénalité sous voiture de sécurité, mais nous étions inquiets de le voir ressortir derrière des voitures de milieu de grille, nous n’étions pas sûrs de pouvoir les dépasser facilement. Mais avec le recul, ç’aurait été mieux de faire cela. Mieux que ce que nous avons fait. »

« Cependant, la décision vraiment intelligente aurait été de faire quelque chose de similaire à ce qu’a fait Racing Point avec Lance Stroll. De nouveau. Nous serions rentrés avant que la voiture de sécurité ne s’efface, pour observer la pénalité, chausser des tendres, et nous aurions été une des premières voitures en tendres, ce qui nous aurait donné le meilleur résultat dans l’ensemble. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less