Pour finir 2e, Leclerc s’est concentré sur les pneus dès le samedi

Le Monégasque ne voulait pas autre chose qu’un seul arrêt à Abu Dhabi

Recherche

Par Franck Drui

21 novembre 2022 - 08:44
Pour finir 2e, Leclerc s'est (...)

Charles Leclerc aura réussi, in extremis, à sauver la 2e place du championnat pilotes, lors de la dernière course, en finissant juste devant son rival pour cette place, Sergio Perez.

A Abu Dhabi, le Monégasque a dégainé la bonne stratégie pour y parvenir mais c’était tout de même tendu sur les derniers tours lorsque le Mexicain revenait fort sur sa Ferrari.

"C’était vraiment, vraiment délicat. Surtout en fin de relais sur le dur, même si on a fait une très, très bonne gestion des gommes pour être honnête. C’est délicat, parce qu’en fin de course, le blocage des freins à l’avant a commencé à devenir un problème, donc c’était très facile de faire une erreur. Mais à la fin, nous avons tout gardé sous contrôle et avons réussi à garder Checo derrière," explique Leclerc.

"Mais nous avons livré une exécution vraiment, vraiment parfaite de notre côté. Je ne pense pas que nous ayons encore le rythme des Red Bull, et notre objectif depuis le début était d’essayer de pousser Checo à faire quelque chose de différent, ce que nous avons parfaitement fait. Et encore une fois, avec une excellente gestion des pneus, nous avons fait le travail avec un seul arrêt, ce qui nous a finalement valu la deuxième place."

A-t-il été difficile de faire fonctionner cet arrêt unique ?

"C’était vraiment difficile, surtout avec un départ en médiums parce qu’évidemment tu fais la première partie de la course en essayant de ne pas trop te battre pour aller loin avec les gommes. Mais évidemment, dans les premiers tours, Lewis était assez proche et nous mettait la pression. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais il a dû rendre sa place à Carlos. A ce moment-là, j’ai pu gérer un peu mieux mes pneus. Cela m’a donné un peu de répit. Nous avons fait un excellent travail ensuite."

"Comme Max en fait, le plan a toujours été de faire un arrêt unique. Je ne voulais rien d’autre. Et nous avons réussi à les pousser à faire deux arrêts avec Checo."

La Ferrari semblait beaucoup plus délicate en rythme de course et usait ses pneus en Libres 2, lors des simulations de longs relais. Quelle a été, selon lui, la clé de ce renversement de situation.

"C’était une combinaison de choses. Un changement de réglages entre vendredi et samedi et ma volonté d’accorder un peu plus d’importance à la course en termes de performance. Bien évidemment, le style de pilotage aussi a joué, je l’ai pas mal adapté pour préserver mes gommes afin de réussir la stratégie à un arrêt. Je me suis concentré sur les pneus et ça a payé."

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos