Formule 1

Points de pénalité : Hamilton et Russell feront attention dès Bahreïn…

Le point sur les statistiques

Recherche

Par Alexandre C.

20 février 2021 - 18:13
Points de pénalité : Hamilton et (...)

Une nouvelle saison va bientôt démarrer, et les compteurs seront remis à zéro. Quoique, pas tous : en effet, les points de pénalité sur les permis des pilotes restent valables durant douze mois d’affilée. Rappelons qu’après 12 points de suspension, un pilote est banni d’une course - ce qui n’est jamais encore arrivé avec ce nouveau système en F1.

Qui alors sera le plus en danger dès le début de la saison ? Deux pilotes du giron Mercedes : Lewis Hamilton et George Russell compteront chacun 6 points de pénalité. Le champion du monde était passé même proche de la correctionnelle l’an dernier (10 points en moins).

Comment Lewis Hamilton en est-il arrivé à ce total ? 2 points en Autriche, pour n’avoir pas ralenti sous drapeau jaune ; à nouveau 2 points, pour avoir causé une collision (sur Alexander Albon) ; et enfin 2 points en Italie, pour être entré dans la pitlane alors qu’elle était fermée (une erreur aussi imputable à son équipe).

George Russell a écopé lui de 3 points en Grande-Bretagne (non-ralentissement sous drapeau jaune) et 3 en Turquie (même motif).

Si le total de Lewis Hamilton (et de George Russell) est relativement élevé dès le début de saison, c’est aussi parce que le calendrier a été très resserré l’an dernier : avec peu de courses en peu de semaines, cette accumulation de pénalités est plus facile.

Un troisième Britannique compte le plus de points de pénalités ensuite : Lando Norris, avec 5 points, dont 3 récoltés en Turquie (non-ralentissement sous drapeau jaune).

Suivent les pilotes Alfa Romeo, Kimi Räikkönen (4 points dont 2 pour avoir causé une collision au Nürburgring) et Antonio Giovinazzi (3 points dont 2 pour l’affaire de la pitlane fermée à Monza)

Lance Stroll a aussi 3 points de pénalité – tous récoltés au Portugal (2 pour avoir causé une collision, 1 pour avoir ignoré les limites de la piste).

Charles Leclerc compte également 3 points retirés sur son permis, dont 2 pour avoir causé une collision à Sakhir (sur Sergio Pérez).

Sergio Pérez d’ailleurs a 2 points sur son permis en moins (1 pour avoir ignoré des drapeaux bleus en Espagne, 1 pour avoir causé une collision en Toscane).

Plusieurs pilotes peuvent ensuite voir venir avec seulement 1 point de pénalité : Daniel Ricciardo, Esteban Ocon et Carlos Sainz.

Enfin les bons élèves de la classe, sans aucun point de pénalité, se nomment Valtteri Bottas, Sebastian Vettel, Max Verstappen, Pierre Gasly et Nicholas Latifi.

Fernando Alonso, Mick Schumacher, Nikita Mazepin et Yuki Tsunoda, qui font leur retour ou leur arrivée en F1, ne comptent logiquement aucun point.

Pour l’anecdote, Alexander Albon avait fini la saison dernière avec 7 points et aurait dû figurer en tête de ce classement.

De mémoire dans les statistiques, Daniil Kvyat est le pilote ayant récolté le plus de pénalités depuis l’introduction de ce système (27 points). Romain Grosjean (23) et Kevin Magnussen (22) suivent.

Nikita Mazepin devra lui faire attention : en F2 l’an dernier, il a accumulé jusqu’à 11 points de pénalité, à une unité du bannissement. Il a de la chance que ses pénalités aient été remises à zéro !

« Les règlements de la Formule 2 et de la Formule 3 sont structurés de manière à ce que les points de pénalité s’accumulent au cours du championnat plutôt que sur une période de 12 mois comme le fait la Formule 1 » précise sur ce point Michael Masi, le directeur de course de la FIA.

« Nous sommes très chanceux de pouvoir compter sur l’abondance de talents qui nous rejoindront du championnat de Formule 2 de la FIA à la Formule 1 l’année prochaine. Mais cela a toujours été considéré comme un moyen de suivre l’évolution des courses au sein de la catégorie respective elle-même, et c’est, d’après ce que j’ai compris, la façon dont tout cela est conçu. »

Enfin notons que l’an dernier, seulement 50 pénalités ont été attribuées, soit 3 par course. Même en ajustant avec le nombre de Grands Prix par saison, c’était le total le plus faible depuis 2015.

Mercedes

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less