Formule 1

Plafond budgétaire en F1 : les sanctions sont-elles assez lourdes ?

McLaren et Alpine discutent de cette hypothèse

Recherche

Par Alexandre C.

5 décembre 2021 - 17:07
Plafond budgétaire en F1 : les (...)

La réglementation nouvelle des budgets plafonnés s’accompagne de sanctions en cas de non-respect, jusqu’au retrait de points - voire l’exclusion du championnat. Et si en mars, au moment des contrôles et du verdict, la FIA dénonçait un dépassement incontrôlé des budgets plafonnés par Mercedes ou Red Bull ? Le titre 2021 pourrait-il se jouer, in fine, sur tapis vert en mars 2022 ? Cette hypothèse n’est pas totalement à exclure.

Comment se passe alors le respect de ces budgets plafonnés dans le détail ? N’est-ce pas une tâche immensément bureaucratique ?

Chez Andreas Seidl, le directeur de l’écurie McLaren en F1, on assure que tout va bien pour le moment pour commencer…

« Pour être honnête, je suis très satisfait de l’ensemble du processus qui est en place actuellement, en ce qui concerne l’application du plafond budgétaire ou des règlements financiers, et pour le moment je ne vois pas de drapeaux rouges, pour être honnête. »

Marcin Budkowski, directeur exécutif, assure aussi qu’il n’y a pas de problème pour Alpine. Il faut dire que comme McLaren, Alpine n’opère pas vraiment au-dessus du plafond budgétaire en temps normal, ce qui facilite bien sûr la vie.

« Oui, c’est la même chose. Il y a pas mal de contrôles en cours. Nous recevons des visites régulières de la FIA. Nous recevons régulièrement des demandes de données et d’informations. Probablement plus que ce à quoi nous nous attendions, et elles sont annoncées dans des délais très courts, et il y a aussi des visites surprises à l’usine. Et nous en sommes très heureux, parce que c’est comme ça que ça doit être, et c’est comme ça que ça doit être contrôlé. »

« Nous avons la chance de ne pas être affectés par le plafonnement des coûts cette année et nous la prenons comme une année d’apprentissage pour être prêts pour les années suivantes, mais oui, évidemment, nous sommes très favorables au plafonnement des coûts. Nous avons été l’une des équipes qui l’a soutenu tout au long du processus et nous avons travaillé très étroitement avec la FIA pour le rendre aussi robuste et aussi contrôlable que possible ; et nous sommes évidemment en faveur de son contrôle et de son respect parce que nous pensons que c’est la bonne chose pour la Formule 1. Donc, jusqu’à présent, c’est très bien. »

Mais si les pénalités en cas de dépassement ne sont pas assez élevées ? Ne serait-il pas tentant pour une équipe, notamment Mercedes ou Red Bull, de dépasser le plafond en considérant que cela vaille le coup (un peu comme pour les pénalités moteur) ?

Seidl ne le croit pas chez McLaren...

« Pour être honnête, je suis plutôt satisfait du règlement actuel, des dispositions qu’il contient. J’ai une confiance totale dans le système qui est en place, et s’il y a une infraction, selon la nature de l’infraction, il y a la bonne sanction pour cela. Encore une fois, nous revenons à ce que nous avons dit auparavant. Ce n’est pas un grand secret que nous sommes de grands partisans de ces règlements qui sont en place. C’est vraiment bien de voir l’interaction détaillée qui a lieu en ce moment entre les équipes et la FIA et je suis très, très confiant. Nous sommes dans cette période dans laquelle nous devons tous apprendre à respecter ces nouvelles règles pour la première fois. Nous avons un système en place qui assure que nous jouions sur un pied d’égalité en termes de budget que nous dépensons. »

« Oui, je suis d’accord avec Andreas » poursuit pour sa part Budkowski. Qui nuance cependant...

« La seule chose que j’ajouterais est que les règlements, tels qu’ils sont rédigés, ne précisent pas quelle est la sanction pour quel type de violation. Nous savons qu’elle peut être financière, ce qui signifie une amende, ou une sanction sportive, ce qui peut aller du retrait de points à la disqualification de tout le championnat. Et la raison pour laquelle elles ne sont pas définies est que dès que vous définissez une pénalité, les équipes commencent à calculer si c’est la bonne chose à faire ou non. Si vous savez que vous risquez une pénalité de cinq secondes dans une course pour limites de piste ou quelque chose comme ça, vous allez décider s’il est préférable de purger votre pénalité ou de ne pas la purger et de construire un écart si vous voulez, si vous obtenez un avantage. C’est ce que nous faisons sur la piste et il n’y a aucune raison pour que les équipes ne fassent pas de même dans le cadre du règlement financier, et c’est exactement ce que le règlement essaie d’empêcher. »

« Maintenant, nous n’avons pas encore vu d’infraction, nous n’avons pas encore vu de sanction, donc nous verrons effectivement si cela se produit, mais espérons que ce ne sera pas nécessaire et que tout le monde les respectera. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less