Formule 1

Pirelli s’est rapproché de ses objectifs avec les pneus 2019

Revenir aux pneus 2018 l’en éloignerait

Recherche

Par Emmanuel Touzot

8 juillet 2019 - 13:13
Pirelli s'est rapproché de ses objectifs

Mario Isola a tenu à défendre Pirelli face aux critiques virulentes que subit le manufacturier depuis le début de saison. Le directeur de la marque en F1 a rappelé que les objectifs et les demandes des équipes ont été remplis.

"Les cibles actuelles définissent un niveau de delta au tour entre les composés et un niveau de dégradation" explique Isola. "Et si je regarde les huit premières courses, nous sommes très près des cibles."

"L’autre demande était d’avoir moins de surchauffe et par rapport à l’année dernière, nous avons moins de surchauffe. Comme je l’ai dit, nous pouvons nous améliorer, mais nous avons moins de surchauffe."

"L’année dernière, nous avons eu un problème avec les écarts entre les temps des pneus tendres, super-tendres et ultra-tendres qui étaient trop proches, mais maintenant nous avons le bon espace entre les composés. C’est pourquoi je dis que la plupart des objectifs ont été atteints."

Certaines équipes voulaient revenir à la spécification 2018 des pneumatiques, mais cela n’a finalement pas été voté. Isola pense que ce serait pire : "Nous n’avons jamais testé les pneus 2018 sur les voitures 2019. Les voitures sont différentes et nous ne sommes pas 100% sûrs que ça fonctionnerait."

"Je dirais même que le niveau de cloquage et de surchauffe serait pire, car les voitures sont plus rapides et plus lourdes que l’an dernier. Il n’y a donc pas d’élément qui va dans la direction d’une diminution de cela, dans ce cas."

Il révèle avoir expliqué aux équipes, lors de la réunion tenue vendredi dernier en Autriche, qu’un retour aux pneus 2018 aurait pu être dangereux : "Si nous travaillons ensemble, nous ne faisons rien de dangereux ou de mauvais pour l’image de l’entreprise, nous sommes toujours disponibles pour discuter de toute solution, de toute idée d’amélioration."

"Si c’est au cours de l’année, il y a un règlement qui dit qu’au moins 70% des équipes doivent être d’accord pour modifier les spécifications, ou nous pouvons envoyer une demande pour un problème de sécurité. Mais s’il n’y a pas de problème de sécurité et que le produit actuel n’a pas de problème de sécurité, nous ne pouvons envoyer aucune demande."

"S’il y a une idée sensée de changer le pneu lui-même, les règles sportives, l’attribution de l’allocation, ou de changer n’importe lequel de ces éléments qui peut être bon pour le sport, il faut l’accord de la FIA, de la FOM et des équipes, et nous sommes toujours disponibles pour considérer cela et pour mettre cela en œuvre."

Pirelli

expand_less