Formule 1

Pirelli répète que ne pas s’arrêter était déconseillé aux équipes de F1

La stratégie de Bottas était parfaite

Recherche

Par Alexandre C.

11 octobre 2021 - 13:33
Pirelli répète que ne pas s’arrêter (...)

Changer ou ne pas changer ? Pour des nouveaux intermédiaires ou pour des slicks ? C’est le dilemme qu’ont eu à affronter tous les pilotes en piste hier, à Istanbul.

Finalement seul Esteban Ocon n’a pas changé d’intermédiaires, arrachant la 10e place mais au prix d’une énorme perte de temps dans les derniers tours (50 secondes perdues sur Carlos Sainz dans les derniers 14 tours par exemple). Le Français est devenu le premier pilote depuis Mika Salo à Monaco en 1997 à ne pas changer de gommes sous drapeau vert du début à la fin de la course, et à n’effectuer aucun arrêt lors d’une course sans drapeau rouge.

Autrement, tous les pilotes ont donc changé d’intermédiaires, pour ne faire qu’un seul arrêt, prolongeant leur relais de 35 à 50 tours. Sauf Sebastian Vettel qui, on le sait, a totalement perdu son pari de totalement s’arrêter en médiums à la mi-course, rentrant peu de temps après aux stands.

Lewis Hamilton s’est certainement arrêté trop tard (50 tours avec ses premiers intermédiaires) pour que sa stratégie marche véritablement. Charles Leclerc s’est aussi arrêté tard.

Les conditions étaient très problématiques pour les ingénieurs de course : la piste n’a pas vraiment séché, et il continuait un peu à pleuvoir ; les températures (17 dans l’air et 19 sur la piste) rendaient la chauffe des slicks impossible, comme l’a constaté Sebastian Vettel.

Les intermédiaires ont ainsi tenu le coup, même ceux d’Esteban Ocon qui quoique défigurés, n’ont pas « explosé » et ont donc assuré sur le plan de la sécurité. C’est donc une réussite pour Mario Isola et Pirelli.

« Après les conditions humides des essais libres du samedi, nous avons eu du temps humide du début à la fin du Grand Prix. Cependant, il ne s’agissait jamais de fortes pluies qui nécessitaient l’utilisation de pneus maxi-pluie : au lieu de cela, c’était un territoire parfait pour les intermédiaires, qui se sont montrés très bien adaptés à un large éventail de conditions humides changeantes. Les pilotes qui ont changé leurs pneus dans les derniers instants de la course ont trouvé une piste légèrement plus sèche, ce qui a entraîné un peu plus de "graining". Ceux qui se sont arrêtés plus tôt ont pu limiter le graining sur une piste plus humide, ce qui a été un avantage clé dans les conditions de pluie intermittente. Bottas a appliqué la stratégie parfaite dans ces circonstances exigeantes : un seul arrêt avec deux relais sur les intermédiaires. Beaucoup d’autres pilotes ont retardé leur arrêt : aussi parce qu’il n’était pas clair dans quelle mesure la piste allait sécher avant la fin de la course, permettant peut-être même un dernier run sur les slicks. »

Isola répète que Lewis Hamilton a tort d’en vouloir à son équipe sur la stratégie...

« Faire toute la course sur les intermédiaires n’était pas ce que nous aurions conseillé, et en fait nous avons alerté certaines équipes sur le risque potentiel de le faire. Néanmoins, la performance des intermédiaires a été très solide ici, sans qu’un seul pilote n’abandonne malgré les conditions glissantes sur les 58 tours. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less