Pirelli confirme que l’undercut est moins puissant cette année en F1

Un effet de la règlementation sur les couvertures chauffantes

Recherche

Par Alexandre C.

21 mars 2022 - 13:19
Pirelli confirme que l'undercut (...)

Pirelli s’attendait à deux arrêts aux stands, ce fut, en réalité, une majorité de trois arrêts aux stands que l’on a vus à Bahreïn hier. Et pas seulement à cause de l’entrée en piste tardive de la voiture de sécurité : Max Verstappen ou Lewis Hamilton par exemple avaient opté pour une stratégie à trois arrêts aux stands avant la voiture de sécurité.

Le libre choix de pneus au départ, remarque Pirelli, a eu pour effet de standardiser les choix : seuls deux pilotes ne sont pas partis en tendres, les pilotes McLaren. Et ce fut la mauvaise pioche car les Orange ont sombré en début d’épreuve.

Le premier arrêt des pneus 18 pouces en F1 aura été celui de Lewis Hamilton, au 18e tour, pour troquer des durs. Un choix peu payant et vite abandonné, puisque ces C1 ont fait perdre presque une seconde par tour au Britannique par rapport aux meilleurs.

Les pneus durs ont été en particulier difficiles à chauffer, même si les températures de piste (27 degrés au départ) étaient un peu plus chaudes que durant le reste du week-end. Pirelli y voit aussi l’effet de la nouvelle réglementation sur les couvertures chauffantes (température abaissée à 70 degrés).

Autre conséquence de cette règle : « l’undercut est moins efficace cette année » note Pirelli. Même si Max Verstappen en a presque tiré profit pour dépasser Charles Leclerc par deux fois.

Les pneus médiums ont été centraux dans les stratégies, avec une performance et une dégradation bonnes, conformes à ce qui fut prévu. Ceux qui disposaient de deux trains de médiums neufs en ont ainsi tiré avantage.

Mario Isola fait le bilan pour ce qui restera comme le premier Grand Prix de l’ère 18 pouces.

« Les débuts de la nouvelle réglementation de la Formule 1 avec nos derniers pneus de 18 pouces ont donné lieu à une course pleine de suspense du début à la fin et à de belles batailles. Nous sommes satisfaits de la performance des pneus. Les tendres et médiums ont été essentiels ici, tandis que les durs représentaient une alternative avec une performance constante. »

« La température plus basse des couvertures de pneus cette année a également contribué au défi de placer les pneus dans la bonne fenêtre, rendant l’undercut pour les C1 durs moins puissant que d’habitude, tandis que la nature abrasive de la piste a assuré qu’il y aurait au moins deux arrêts pour chaque pilote. La stratégie a également été influencée par l’arrivée tardive de la voiture de sécurité, ce qui a finalement conduit à trois arrêts et à un sprint final spectaculaire. Félicitations à Ferrari ! »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos