Formule 1

Piégé par sa dette, le groupe McLaren est sur le point de vendre son QG

Une vente du MTC à 180 millions de livres évoquée

Recherche

Par Alexandre C.

9 mars 2021 - 17:48
Piégé par sa dette, le groupe McLaren (...)

Face à la crise économique du coronavirus, le groupe McLaren avait été très sévèrement touché. 30 % du personnel (dans le total du groupe) avait été remercié, dont une petite partie en F1. McLaren avait dû être aussi secourue par la Banque Nationale du Bahreïn, avant un autre sauvetage – un investissement de 200 millions d’euros environ de MSP Sports Capital, qui pouvait ainsi acquérir 15 % du groupe.

Les opérations financières ne sont hélas pas finies chez McLaren et vont inclure, comme attendu, la vente du siège, le fameux McLaren Technology Center – que l’équipe louera ensuite sous hypothèque, en lease (cession-bail) de longue durée.

Le MTC accueille sur 50 hectares, à Woking, non seulement l’équipe de F1, mais encore tout le groupe McLaren.

Des sources concordantes de médias au Royaume-Uni (dont la Sky) rapportent aujourd’hui que McLaren serait sur le pont de trouver un acquéreur, un groupe d’investissements puissant, basé en Californie et au Texas, Texas Pacific Group (TPG). McLaren est entrée en négociations exclusives avec TPG selon ces médias, pour un rachat estimé à 180 millions de livres.

McLaren n’a cependant pas voulu confirmer l’information.

La transaction, qui pourrait être finalisée dès ce mois-ci, sera structurée comme une cession-bail du MTC. McLaren continuera d’occuper les locaux, tout en pouvant lever une somme d’argent nécessaire, pour rééquilibrer les comptes.

D’autres mouvements financiers pourraient survenir ces prochaines semaines selon Sky : un refinancement de dettes notamment auprès de Goldman Sachs et de la banque HSBC (ou bien une autre levée de capital). Ce qui prouve bien que la crise est toujours très vive à Woking…

Les mois derniers, le gouvernement du Royaume-Uni avait refusé d’accorder un prêt de 150 millions de livres au groupe : il faut donc bien trouver de l’argent ailleurs…

Le président exécutif du groupe McLaren, Paul Walsh, avait défendu cette option, en rappelant qu’elle faisait « pleinement sens » et qu’il s’agissait d’avoir un capital « plus efficient. »

« Nous recherchons des fonds propres, nous devrons refinancer notre dette. » rappelait à l’époque Walsh.

« Les gens qui me connaissent savent que je n’aime pas avoir beaucoup de dettes, alors si nous pouvons mettre en place un capital très efficace grâce à la vente et à la cession-bail, avec un engagement à long terme pour y rester, pourquoi ne le feriez-vous pas ? »

Ces opérations de refinancement avaient récemment valu à McLaren une pique venue de Haas et de Günther Steiner (qui lui a trouvé de l’argent via une autre source, elle de Nikita Mazepin) : « Nous sommes aussi très stables financièrement. Je n’ai pas eu à hypothéquer mes bâtiments [comme McLaren, ndlr], ou quoi que ce soit d’autre. Nous ne faisons pas comme certaines autres équipes qui hypothèquent tout ce qu’elles ont pour aller courir. Nous fonctionnons simplement avec l’argent et les budgets dont nous disposons, et nous pouvons le faire avec beaucoup de succès. Cela nous garantit donc que nous serons au moins là pour les cinq prochaines années. »

Williams a également reçu de l’argent frais de Dorilton, avec 100 millions de livres investis. Mais visiblement, McLaren est dans une situation plus périlleuse encore…

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less