Performance, stratégie : tout ne va pas si mal chez Ferrari selon Sainz

Il se voit dans le même dixième que Red Bull à Spa

Recherche

Par Alexandre C.

1er septembre 2022 - 16:14
Performance, stratégie : tout ne va (...)

S’il a pu sauver les meubles pour Ferrari à Spa, Carlos Sainz peut tout de même s’inquiéter du rythme de course de la Scuderia : en Belgique, la Mercedes de George Russell n’est pas passée loin de ravir la 3e place à l’Espagnol…

Alors, Ferrari a-t-elle déjà décroché dans la hiérarchie par rapport à Red Bull ? Mercedes menace-t-elle de devenir la deuxième force ?

Carlos Sainz ne le croit pas : selon lui, Zandvoort devrait voir un certain retour à la normale dans la hiérarchie pour Ferrari.

« Spa est un excellent exemple de la façon dont nous pouvons changer la perception sur chaque équipe en F1. »

« Je ne pense pas que nous étions aussi mauvais qu’il y paraît et nous pouvons être de retour en forme ce week-end et nous battre pour la pole et la victoire. »

« Il n’y a pas si longtemps, en Autriche, nous avons battu les Red Bull de beaucoup, et en France, c’est moi qui ai été dépassé par la Red Bull de Perez qui partait de la 20e place et c’était il y a seulement deux ou trois courses. »

« Je ne crois pas qu’ils [Red Bull] se soient autant améliorés qu’à Spa, je pense que si nous devions retourner à Spa 10 fois, 10 fois sur 10 ils gagneraient simplement parce qu’ils ont un meilleur package pour ce circuit. »

« Peut-être que je suis trop optimiste et que j’espère que nous ne verrons pas cela [un grand écart avec Red Bull] se reproduire, mais c’est mon sentiment et peut-être que ce week-end me prouvera que j’ai complètement tort. »

« Pour ce week-end, j’espère retrouver mon niveau avant la pause estivale. J’apprends beaucoup de choses course après course, la voiture est compétitive. »

Carlos Sainz voit même Ferrari revenir dans le même dixième que Red Bull à Zandvoort.

« Nous pouvons nous rapprocher encore plus en tirant les leçons d’un week-end difficile. Dans les autres courses, nous étions toujours dans un dixième et j’ai le sentiment que nous ne verrons plus ces écarts entre nous et Red Bull. »

Le moral est-il toujours là dans le garage Ferrari, malgré l’écart abyssal désormais creusé par Max Verstappen et Red Bull ?

« L’objectif est de se battre pour les premières places. Il y a encore des domaines à améliorer, mais l’ambiance dans le garage est positive. Red Bull a élevé la barre course après course, mais nous ne sommes pas si loin derrière. »

En revanche, Carlos Sainz admet que la nervosité commence à gagner Maranello, car à Monza, l’écart vu à Spa risque de se reproduire en faveur de Red Bull… Cela ferait désordre devant les tifosi.

« Nerveux pour Monza après avoir vu Red Bull à Spa ? Oui, un peu. »

« Mais les victoires peuvent venir de différentes manières, même sans avoir la voiture la plus rapide. Monza sera un week-end incroyable, avec un public nombreux et une chance de se battre avec une Ferrari compétitive. »

Un problème de stratégies chez Ferrari ?

N’y a-t-il cependant qu’un problème de performance pure chez Ferrari ? Les nombreuses erreurs stratégiques, encore en Belgique avec le meilleur tour raté de Charles Leclerc et la pénalité, ont mis en lumière les failles de la Scuderia.

Carlos Sainz perçoit-il le problème alors que la Scuderia semble faire la sourde oreille aux critiques ? L’Espagnol pense qu’on exagère surtout les erreurs de Ferrari, parce que c’est Ferrari...

« Il est très difficile de généraliser, de dire que nous aurions dû être plus courageux ou plus prudents. Il faudrait choisir un par un les Grands Prix, et les analyser indépendamment. »

« Peut-être que nous aurions pu être un peu plus courageux ici, nous aurions pu la jouer un peu plus prudemment ici. »

« Il y a eu beaucoup de fois au cours de l’année où nous avons pris les bonnes décisions et personne n’est venu nous voir pour nous dire "Oh, vous avez pris la bonne décision" ou nous féliciter pour cela. »

« Mais d’un autre côté, quand il y a eu deux ou trois, disons mauvais choix avec le recul, il y a eu des critiques massives. »

« Je trouve cela un peu plus difficile chez Ferrari, j’ai l’impression que lorsque j’étais chez McLaren, Toro Rosso ou Renault, lorsqu’il y avait une grosse erreur de stratégie, personne ne venait la souligner, vous critiquer et vous mettre à terre comme avec Ferrari. »

« Chez Ferrari, tout semble plus grand. La victoire est plus grande. L’erreur est plus grande et c’est juste comme ça. »

« C’est quelque chose auquel je m’adapte et je dois apprendre à mieux réagir dans [ces] situations. »

Ferrari ne surcommunique-t-elle pas trop aussi avec ses pilotes pour parler stratégie ? Carlos Sainz ne voit pas de problème non plus.

« Personnellement, j’ai toujours été un pilote qui aime ouvrir la radio et dire clairement ce que je ressens dans la voiture. »

« Je veux qu’ils [l’équipe] continuent à me dire ce qu’ils voient en course et quel pneu se comporte comme prévu, pire ou mieux. »

« Continuez à me le dire parce que je vais continuer à vous renvoyer ce que je ressens sur le circuit pour voir si nous pouvons ensemble arriver à la même conclusion. »

Sa relation avec Norris plus difficile vers la fin ?

Sur un tout autre sujet, Carlos Sainz s’est enfin confié sur sa relation avec Lando Norris : le Britannique n’a pas eu que des mots forcément très compatissants avec Daniel Ricciardo suite à son départ (voir notre article)…

Et la relation Sainz-Norris, comment s’était-elle terminée ?

L’Espagnol répond : « La relation avec Lando s’est améliorée après la fin de notre expérience en tant que coéquipiers. Maintenant, nous pouvons parler plus ouvertement, sans obstacles. C’est un type formidable et nous passons de bons moments ensemble. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos