Formule 1

Pérez : Un ’grand défi’ de se mesurer à Verstappen chez Red Bull

Il dit avoir passé "un moment critique" de sa carrière en F1

Recherche

Par Emmanuel Touzot

20 janvier 2021 - 16:09
Pérez : Un ’grand défi’ de se mesurer (...)

Sergio Pérez a fait sa première apparition publique sous les couleurs de Red Bull, et le Mexicain a été interrogé sur ses attentes avant sa première saison sous les couleurs de l’équipe autrichienne.

"C’est un grand défi, on connaît tous le talent de Max et la vitesse à laquelle il va depuis plusieurs années" note l’ancien pilote Racing Point. "C’est l’un des meilleurs et l’un des plus rapides, sinon le plus rapide sur la grille."

"C’est un défi énorme, il est dans l’équipe depuis longtemps, il sait ce dont il a besoin de la voiture. C’est un grand défi mais j’ai hâte de le relever et de pouvoir travailler avec lui."

Il explique ce qu’il attend le plus de découvrir : "La voiture. Voir à quel point on est compétitifs, nous devons réduire l’écart face à Mercedes pour espérer les battre avec les deux voitures, et donner un meilleur spectacle pour la F1. Il faudra trouver le moyen de changer un peu tout cela, et l’on va travailler dur cet hiver."

Son approche est forcément différente cette année puisqu’il découvre une nouvelle équipe, après sept saisons sans bouger de chez Force India, devenue Racing Point : "C’est très différent car c’est une nouvelle équipe, il y a beaucoup de choses à apprendre, ça prend du temps."

"Je vais être de mieux en mieux dans l’équipe, il faut du temps pour faire tout le processus. Il faut du travail et j’ai déjà travaillé avec mes ingénieurs. C’est la clé pour essayer d’accélérer le processus. J’ai fait quelques jours dans le simulateur et j’ai une bonne idée du genre de monoplace qu’est la Red Bull."

"C’est déjà dans un coin de ma tête, mais on sait que rien n’arrivera facilement. On doit apprendre et travailler pour faire accélérer la voiture. On aura des essais limités cette année avec une journée et demi dans la voiture."

Il espère pouvoir capitaliser sur le fait que près de la moitié du peloton découvrira une nouvelle équipe en 2021 : "C’est peu mais c’est comme ça, c’est pareil pour tout le monde et beaucoup de gens changent d’équipe. Ce sera marrant de voir qui s’adapte le mieux à sa nouvelle équipe."

Sa saison 2020 a été très contrastée, avec des performances en piste parfaites mais des moments difficiles en dehors. Touché par le Covid-19 en juillet, il a aussi passé la plupart de la saison sans savoir de quoi son avenir serait fait.

"J’ai vécu une année difficile, j’ai été le premier à avoir le coronavirus. Maintenant c’est un peu plus normal quand les gens l’ont, mais à cette époque on me prenait pour le gars le plus stupide car je l’avais eu."

"C’était difficile à gérer pour moi et c’était un moment critique de ma carrière car j’ai perdu le volant dans mon équipe, mais tout s’est bien fini. Je ne savais pas ce qui allait se passer, j’étais perdu quand c’est arrivé."

"J’avais eu une bonne carrière, j’étais serein, mais je voulais quand même tout donner, week-end après week-end. Mais quand l’opportunité ave Red Bull s’est présentée, c’était unique. Je le sais et je suis prêt à le faire fonctionner."

Mais il a aussi connu les joies de la victoire pour la première fois en 2020. Une revanche après un licenciement difficile accepter, qui avait provoqué la création d’une campagne menée par ses fans mexicains pour qu’il reste en F1 : "J’avais connaissance de cette campagne, car c’était lorsque j’ai perdu mon volant."

"C’était difficile car j’ai tout donné à cette équipe et je ne m’attendais pas à ça, mais j’ai eu du soutien de mes fans au Mexique et ça m’a remotivé. J’ai hâte de piloter une Red Bull au Grand Prix du Mexique et je suis sûr que beaucoup de Mexicains aiment Red Bull maintenant."

Il se tourne donc vers la saison 2020 avec sérénité, et celle-ci débutera à Bahreïn par les essais hivernaux, puis par le premier Grand Prix sur le même circuit : "Je pense que ce n’est pas une mauvaise chose car il fait froid en Europe à cette époque."

"C’est une bonne référence et ça m’aidera à me mettre un peu plus vite dans le rythme car on fera les tests puis la course là-bas. Je ne pense pas que ça change beaucoup les choses mais c’est juste une chose supplémentaire qui peut me faciliter les choses."

Pour la première fois depuis 2012, Pérez n’aura pas un moteur Mercedes dans le dos, et il découvrira Honda. Il fait part de sa volonté de travailler avec les ingénieurs du motoriste et ceux de Red Bull pour faire triompher l’équipe avant le retrait du constructeur japonais.

"Je suis impatient de travailler avec Honda et les ingénieurs. Je suis conscient de ce qu’ils veulent faire pour cette dernière saison, et on voudra faire triompher la famille Red Bull ensemble et donner à l’équipe le championnat. "

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less