Formule 1

Pérez savoure un succès qui récompense des progrès constants dans sa Red Bull

Il avait peur aussi pour ses pneus en fin d’épreuve

Recherche

Par Alexandre C.

7 juin 2021 - 08:32
Pérez savoure un succès qui récompense

Comme à Sakhir l’an dernier, Sergio Pérez a récolté les fruits d’une course folle, durant laquelle les Mercedes sont passées au travers, pour s’imposer (sa deuxième victoire en F1).

Après son début de saison difficile, et des qualifications de nouveau complexes à Bakou (9e place), le Mexicain voit les promesses d’un rythme solide se concrétiser de manière si spectaculaire en Azerbaïdjan. Il coche enfin les cases du fameux « deuxième baquet Red Bull », finalement pas si maudit que cela…

Cette victoire était ainsi l’occasion de pousser un grand ouf de soulagement pour lui !

« Je veux commencer par dire un grand merci à toute mon équipe. Ils m’ont donné une énorme opportunité. Nous n’avons pas eu le début de saison que nous espérions. J’ai trouvé mon adaptation plus difficile que prévu mais nous avons travaillé extrêmement dur depuis le premier jour avec les ingénieurs de l’usine et oui, nous avons finalement obtenu un très bon résultat pour l’équipe. Nous avions déjà montré des signes, des éclairs de vitesse ici et là. »

« Ce week-end, tout allait bien jusqu’au dernier tour en qualifications, où tout s’est mal passé. Mais nous ne nous sommes pas laissés abattre. Nous avons regardé vers l’avant et nous avons fait une course formidable, donc oui, je suis extrêmement satisfait du résultat. Nous avons de telles montagnes russes au fil des saisons… il est important de profiter de ces moments. »

Cette première victoire avec Red Bull est-elle plus belle encore que sa première victoire en F1 tout court l’an dernier à Sakhir ?

« Eh bien, obtenir votre première victoire en Formule 1 est quelque chose d’incroyable, mais obtenir une première victoire avec une nouvelle famille, avec une nouvelle équipe, j’ai l’impression que cela vous soude davantage. Partager ces moments ensemble est quelque chose d’extrêmement spécial. Nous vivons pour ces moments et nous sommes tous ici pour profiter de ces dimanches, alors oui, c’est extrêmement spécial. Je n’ai pas beaucoup de victoires dans ma carrière, mais elles ont toutes été très spéciales et je dois dire que la course était à fond et très stressante mentalement. »

Désormais Sergio Pérez va-t-il pouvoir répéter ce genre de performance à chaque Grand Prix ? C’est bien sûr l’objectif...

« J’ai fait de bons progrès, pas seulement ce week-end, mais aussi à Monaco, chaque week-end la compréhension augmente et nous faisons beaucoup de travail d’analyse à l’usine pour essayer de comprendre ce que nous pouvons faire mieux en tant qu’équipe. Mais oui, certainement, je pense que nous y arrivons, nous nous améliorons et je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas avoir le même type de performance sur un autre circuit. Ma confiance augmente. »

Le Mexicain n’a-t-il pas eu peur quand il a vu que la course repartirait avec un départ arrêté, suite au drapeau rouge ? Et Pérez a-t-il vraiment craint de perdre la tête au premier virage face à Lewis Hamilton, qui est finalement parti tout droit ?

« Oui, c’était un gros problème. L’équipe m’a demandé, en gros, de ne pas faire des zig-zag avec les pneus parce que j’avais un problème hydraulique. Je n’ai pas pu faire chauffer les pneus au redémarrage, alors on a essayé d’aller jusqu’au bout, il ne restait que deux tours à faire. C’était une course à perdre, vous savez, parce que nous étions en tête, il y avait tout à perdre. Pas grand chose à gagner parce qu’on était devant et qu’on avait juste deux tours à faire. Réussir ce départ était si important et nous avions des pneus assez froids pour ce redémarrage. J’ai juste essayé de freiner le plus tard possible. Je me disais "pas question de perdre cette fois". J’ai juste essayé de freiner le plus tard possible. »

« Lewis... c’est malheureux pour lui. Cela montre juste à quel point nous sommes tous vulnérables aux erreurs. Nous travaillons à un tel niveau tour après tour que ces choses peuvent arriver à n’importe qui. Je ne pouvais pas voir les freins de Lewis chauffer, j’étais plus concentré sur mes freins pour être honnête. »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less