Formule 1

’Pas un mot en 25 ans’ : Frank Williams et la tragédie Senna, une blessure intime

’On était considérés comme des meurtriers’ se souvient Claire

Recherche

Par Alexandre C.

29 novembre 2021 - 09:02
’Pas un mot en 25 ans’ : Frank Williams

La longue et brillante carrière de Frank Williams en F1 fut marquée d’immenses réussites, mais aussi de drames. La plus grande blessure pour « Sir Frank », la première tant dans l’ordre chronologique que dans l’ordre d’importance, restera peut-être la disparition tragique de Piers Courage, son ami et pilote, en 1970 à Zandvoort.

Mais bien sûr, celle, plus célèbre, qui revient à l’esprit de chacun, est la mort brutale d’Ayrton Senna à Imola, un dimanche de mai 1994.

La tragédie frappa à nouveau l’équipe lors de ce fameux 1er mai 1994, qui vit la mort d’Ayrton Senna

Envers ce décès brutal, et même concernant ses sentiments intimes après le drame, Frank Williams a dit très, très peu de choses depuis mai 1994.

Cela dans un cadre public, aux médias bien sûr ; mais même dans un cadre privé, à sa fille : c’est ainsi ce que Claire Williams, sa successeure à la tête de Grove, confiait en mai 2019 : « Ayrton était un dieu dans notre maison et l’avait été pendant de nombreuses années, voire même de nombreuses décennies. »

Cependant Frank Williams, poursuit Claire, parlait avec ses yeux sur Senna : « Le rêve de papa était devenu réalité, mais ça a terminé de la pire des manières. Frank n’a jamais parlé de cela à personne. Il intériorise et garde tout pour lui. C’est comme ça qu’il a été élevé, mais vous pouvez voir la douleur dans ses yeux à chaque fois qu’il pense à l’accident. Il parlera de l’homme exceptionnel qu’Ayrton était, et du pilote exceptionnel qu’il était, mais rien à voir avec l’accident. Pas un mot en 25 ans. »

Frank Williams, plus que par les discours, voulut ainsi signifier son émotion par les actes. C’est ainsi par exemple qu’il tint à se rendre, malgré tous les risques encourus (et pas seulement en raison de son handicap), aux funérailles nationales du dieu vivant brésilien : « Puis il y a eu les funérailles au Brésil » se souvenait Claire Williams. « Papa voulait y aller, même si c’était le héros national brésilien qui était mort à bord d’une de nos voitures. On était considérés comme des meurtriers. Mais papa voulait y être. Je ne l’avais jamais vu comme ça. »

« Dans le documentaire [sur l’équipe], il y a une scène où Frank est à l’enterrement d’Ayrton, et je ne lui ai jamais vu un tel regard. Il y a une phrase où on lui demande comment il se sentait ce jour-là, et il dit ’loin d’être bien’. Je pense que ça veut tout dire. Je pense qu’il s’est senti mal pendant de très nombreuses années et il n’en parle toujours pas. »

« Il parle du grand homme qu’était Ayrton, du grand pilote qu’il était, mas rien avec l’accident. Je suis sûr que mon père a parfois eu envie de ne pas courir, de rester sous la couette. Des fois, vous voulez arrêter et c’est le pire. Mais les gens dans ce sport sont différents, et Ayrton voudrait surement que l’on continue. »

Quand Frank évoquait Ayrton

Cependant à de rares occasions Frank Williams est revenu sur ce décès tragique. Et qui plus est dans les circonstances particulières de juillet 2012.

L’équipe Williams avait alors décidé de ne plus faire figurer le logo des S de Senna sur ses monoplaces – qui ornait chaque châssis estampillé « FW » (les initiales de Frank Williams) depuis le décès de Senna.

« Nous avons abandonné ça. Il était temps. Et puis maintenant, nous avons aussi Bruno » expliquait alors Frank Williams, en référence au neveu d’Ayrton, qui pilotait alors pour l’équipe aux côtés de Pastor Maldonado.

Cependant Frank Williams se défendait de tout « manque d’émotion » - des années après, le reproche était, nous l’avons vu, très injuste – à propos du Brésilien. Et le Britannique d’évoquer alors l’accident d’Imola : « Je suis très émotif à ce sujet [ndlr : la mort d’Ayrton Senna], parce que c’était une de nos voitures et qu’il avait une personnalité très spéciale. Il était vraiment charmant, mais également dur, impitoyable et brillamment doué. »

« C’était un grand homme, il était immensément talentueux, une popularité immense avec des centaines de milliers, sinon des millions de fans » expliquait encore Frank Williams en 2012, après être revenu sur la décision.

Rapidement cependant, Williams revint sur sa décision de ne plus faire figurer les S de Senna. En 2014, pour les 20 ans de la disparition du Brésilien, un nouveau logo fut même conçu.

« J’étais très proche d’Ayrton et son légendaire logo en forme de double S n’a pas quitté nos monoplaces depuis sa mort il y a bientôt 20 ans » commenta alors Frank Williams sur cette nouvelle initiative mémorielle. « Ce nouveau logo est notre manière de célébrer ses accomplissements en tant que pilote et ceux de sa Fondation, très active pour soutenir l’éducation au Brésil. »

Tabou ou blessure profonde, la disparition d’Ayrton Senna a quoi qu’il en soit profondément atteint Frank Williams en son être : loin d’être un directeur d’écurie insensible, il avait aussi « sa manière à lui », sa carapace caractéristique, pour faire bloc, et affronter le pire.

« Cinquante ans en F1, honnêtement, je n’y ai pas trop pensé. Je ne peux dire que j’ai adoré chaque minute, parce que certains moments furent vraiment difficiles. J’ai perdu ma femme, et des pilotes. Mais la F1 a été très bonne avec moi. La vitesse m’a toujours fait vibrer, depuis que je suis gamin » résumait ainsi Frank Williams au Grand Prix de Silverstone 2019. Une de ses dernières apparitions dans le paddock.

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less